Aujourd’hui, 1er décembre 2016, c’est la 28e Journée mondiale de lutte contre le sida. Afin de revenir sur les bases de la prévention, et mieux comprendre les enjeux de ce combat à l’heure actuelle, nous avons interviewé Sœur Liliput du Chapelet Enchanté, du Couvent de Paname des Sœurs de la Perpétuelle Indulgence*.

soeurs

copyright @OlivierSamyde @Solidays Les Soeurs de la Perpétuelle Indulgence aux Solidays 2016, tenant un ruban rouge géant, poings levés. Soeur Liliput du Chapelet Enchanté est la seconde soeur au centre de la boucle du dit ruban.

Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence sont « un ordre pauvre, agnostique et dérisoire de folles radicales ». Depuis leur naissance à San Francisco en 1979, ces nonnes queer du XXIe siècle militent contre les discriminations, pour les droits et la visibilité de la communauté LGBTIAQP+ et font de la prévention en matière de santé sexuelle. Mi-clown, mi-drag queen/king, ces frangines ont fait le vœu de répandre la Joie Multiverselle et d’expier la Honte Culpabilisatrice.

Pourquoi ne parle-t-on pas de la même chose lorsque l’on dit « VIH » et lorsque l’on dit « sida » ?

T’as cru que j’étais une page Wiki de chez Google ?!! Bon ok je t’explique : être séropositif·ve, c’est être porteur du VIH (virus de l’immunodéficience humaine, ndlr) donc du virus. Le sida (syndrome d’immunodéficience acquise, ndlr) c’est la phase finale de la séropositivité tu vois ? Donc quand tu es séropo, tu n’as pas obligatoirement le sida. La distinction est importante, il y a déjà bien assez de désinformation comme ça sur le sujet.

Quels sont les modes de transmission ?

Les cinq fluides qui peuvent être contaminants sont : le sang, le sperme, le liquide séminal, les sécrétions vaginales et le lait maternel.

Y a-t-il des modes de transmission spécifiques pour le sexe entre personnes ayant des vulves ? Lesquels ?

Oui. Si t’as une vulve et que tu as des rapports sexuels non protégés avec une personne qui a un pénis, tu es certes davantage exposé·e du fait des muqueuses vaginales et de la haute concentration du virus dans le sperme, qui reste parfois plusieurs jours dans le vagin. Mais pour autant le risque n’est pas nul sans pénis dans l’équation ! Si tu as des rapports sexuels avec quelqu’un·e ayant ellui aussi une vulve, il est conseillé de mettre des préservatifs sur ses jouets sexuels, et de faire particulièrement attention durant la période des règles.

Quand et comment se faire dépister ?

Régulièrement. Tu peux aller en CeGIDD (Centre gratuit d’information, de dépistage et de diagnostic), faire un TROD (Test rapide d’orientation diagnostique)  là-bas ou auprès d’une asso, ou encore acheter un auto-test en pharmacie (si tu te sens de faire cette démarche seul·e).

Si tu as le moindre doute, et surtout, après une prise de risque tu peux aussi aller dans n’importe quel hôpital prendre un TPE, traitement post-exposition, dans les 48 h qui suivent la prise de risque, pour éviter la contamination.

Comment faire du sexe avec une personne séropositive (qui le sait et qui est traité·e) de manière safe ?

En se protégeant, bien sûr ! Il y a tout un arc-en-ciel de possibles avec le préservatif interne, le préservatif externe, la digue dentaire, les gants en latex ou en nitrile…

Si tu es en couple, que tu as une bonne observance du traitement, une charge virale indétectable depuis plus de six mois et pas d’autres rapports sexuels non protégés à côté, il est possible de retirer le préservatif avec l’accord du médecin, après en avoir parlé entre vous.

Quels sont les plus gros clichés sur ce virus, et sur la maladie qu’il cause ?

Qu’on peut l’attraper par la salive ou en allant dans des toilettes publiques ! N’imp…

Les gens qui propagent ces idées saugrenues pensent sans doute que l’on meurt dès que l’on est contaminé·e·s. Certes on meurt encore du sida en 2016, mais oui on peut vivre avec le VIH, on vit avec le VIH, il est important de le dire !

Qu’est-ce que la sérophobie ?

Ce mot désigne les discriminations que subissent les personnes séropositives (isolement social et affectif, discrimination à l’embauche ou pour l’accès à la propriété, interdiction de voyager dans une quarantaine de pays à travers le monde, stéréotypes réducteurs…). Il ne devrait même pas exister, mais malheureusement, c’est une réalité.

En 2016, où en est la lutte contre le sida, telle que tu la vis sur le terrain ?

Il y a encore beaucoup à faire en matière d’information, de prévention et d’accompagnement, et ce pour tout·e·s les communautés et quel que soit l’âge, le genre, l’orientation sexuelle dont on parle !

Montage de 3 affiches de prévention contre le vih avec des photos de couples homosexuels

Montage de 3 affiches de prévention contre le vih avec des photos de couples homosexuels

Que t’inspire la « polémique » au sujet de la campagne d’affichage censée sensibiliser les hommes gays au sujet du VIH (« censurée » dans certaines villes, vandalisée dans d’autres) ?

Ce « scandale » me désespère, et celleux qui ont cherché ou cherchent à faire disparaître ces affiches sont clairement homophobes, voire sérophobes. Je me questionne beaucoup sur leur propre rapport à la sexualité si cette campagne, qui peut sauver des vies, les met aussi « mal à l’aise ».

Que représente le 1er décembre, Journée mondiale de lutte contre le sida, pour toi ?

La mémoire ! La mémoire de nos luttes, de cette maladie, des stigmatisations autour de cette dernière et bien sûr, de nos mort·e·s.
J’espère qu’un jour, cette Journée Mondiale n’existera plus, qu’elle ne sera plus qu’un souvenir et que tout sera idéal pour tout le monde #MondeDesBisounours ! En attendant, on continue de taffer pour prévenir la casse ou du moins, essayer de la limiter avec le peu de moyens qu’on a sur le terrain…

On oublie trop souvent que le sida concerne tout le monde, bien au-delà du cliché gay. Pourquoi crois-tu que les pouvoirs publics ne s’affolent pas plus que ça ?

Sûrement parce qu’on ne doit pas être encore assez nombreux ou coûter suffisamment de fric à la sécu ! Tsss… Plus sérieusement, l’industrie pharmaceutique a aussi un rôle non négligeable dans le traitement réservé à cette question de santé publique : ce n’est pas une affaire assez rentable il faut croire.

Quel message souhaiterais-tu faire passer aujourd’hui aux autorités compétentes en matière de santé, au sujet du VIH ?

Je voudrais leur dire :
– que la santé sexuelle devrait nous être enseignée dès notre plus jeune âge et qu’il faut laisser le milieu associatif intervenir dans les établissements scolaires. De façon collective, mais aussi en leur donnant la possibilité de s’entretenir individuellement si besoin. Il faut lever le tabou sur cette maladie, et sur les sexualités.
– d’arrêter de penser à leur business. Il faut de faciliter l’accès aux soins et mettre de vrais moyens pour découvrir un vaccin, afin que cette maladie disparaisse enfin !

Autres comptes Twitter à suivre pour en savoir plus sur la lutte contre le Sida :

@Elle_sa @SoeurRose @MBrancourt @didierlestrade @DianeEssere

 

Les assos à suivre et à soutenir :

Act Up, Solidarité Sida, Les Soeurs de la Perpétuelle Indulgence, Les Petits Bonheurs, Basiliade, Arcat, Sidaction, Coalition Plus, Aides.