Si vous avez un minimum suivi les évènements de ces derniers mois, vous ne pouvez pas l’ignorer : les violences policières sont -malheureusement- plus que jamais d’actualité. En cette journée internationale de lutte contre les violences policières, nous vous proposons quelques articles, sites, magazines et comptes Twitter pour vous informer sur le sujet.

Cette liste est bien entendu loin d’être exhaustive, n’hésitez pas à nous proposer d’autres sources en commentaires !

  • Cet article sur les violences policières de 2005 à 2015, des chiffres, des graphiques ; un exploit étant donné le peu de données officielles disponibles : Violences policières en France : les 6 infos qui frappent fort.
  • En 2016, le vidéaste Usul a sorti une longue vidéo (43 minutes), sobrement intitulée « Les flics (tout le monde déteste la police ?) » :

    Nous vous en conseillons le visionnage, même si elle n’est pas parfaite, comme expliqué dans un très bon article d’État d’exception : Les flics d’Usul, entre sociologues blancs et victimes racisées Usul lui-même a reconnu le bien fondé de l’article.
  • Une interview réalisée par Mediapart d’un sociologue ayant écrit sur les violences policières.
  • Un guide d’auto-défense juridique face à la police (.pdf, 901ko)
  • Le BondyBlog, qui relate les événements sans attendre et s’intéresse particulièrement aux banlieues.
  • Les Observatoires des pratiques policières en Suisse : http://www.opp-ge.ch/contact.html , en France : https://observatoire-national-des-violences-policieres.fr/ , et en Belgique : https://www.obspol.be/
  • Ce compte twitter qui relaiera toute la journée les différents témoignages reçus en 2016 : @obs_violences
  • Lundi.am/. Fondé en Novembre 2014, par des proches du collectif « comité invisible », ce site se veut généraliste et apolitique, mais s’est clairement positionné politiquement notamment lors du mouvement « nuit debout » en relayant le témoignage d’un père d’enfant malade suite aux « vitres brisées de Necker ».
  • Stop le contrôle au facies, bien qu’il n’ait pas été mis à jour depuis un an, le site reste complet avec un certain nombre de témoignages, d’actions, et d’articles sur le sujet. Le compte twitter du collectif reste actif.
  • Le collectif du 8 juillet, constitué par les victimes du 8 juillet 2009 à Montreuil, blessé·e·s par flashball lors de l’expulsion de la « Clinique ». Iels collectent des témoignages de personnes touchées par ces « armes mutilantes dites non létales »
  • Buzzfeed France et David Perrotin : Nous tenons à souligner l’excellent travail de Buzzfeed France et plus particulièrement David Perrotin, pour la couverture des manifestations contre la Loi Travail, iels se sont révélé·e·s être parmi les meilleures, si ce n’est la meilleure, sources d’information sur le sujet parmi les sites « généralistes ». Vraiment, au milieu des quiz rigolol et des listes shopping, iels ont d’excellents articles.
  • Un film d’entretiens (1h33), avec plusieurs personnes dont Sylvie Tissot, professeure au département de sciences politiques de l’université Paris VIII, co-fondatrice des collectifs Les Mots sont importants et Les TumulTueuses, ainsi que le Mouvement de l’Immigration et des Banlieues. Il revient sur les « pratiques et discours sécuritaires » des années 60 à 2004.
  • Un entretien avec Mathieu Rigouste, militant, essayiste et chercheur en sciences sociales rattaché à l’université Paris-VIII. (Malheureusement, sans l’abonnement, vous ne pourrez voir que 2 minutes d’extraits)

Cela fait des années que les violences policières sont dénoncées dans les quartiers populaires. La première grosse manifestation contre les violences policières était la Marche pour l’égalité et contre le racisme en 1983. En 2005, la mort de Zyed Benna et de Bouna Traoré à Clichy-sous-bois sera le déclencheur de nombreuses révoltes urbaines cette année-là. En octobre 2015, la Marche pour la dignité, dans la continuité de celle de 1983, s’est tenue. Et le 19 mars prochain aura lieu la Marche pour la justice et la dignité. Toujours le même mot d’ordre : stop aux violences et à l’impunité policières.