Saviez-vous qu’en 2016, la version francophone du site Wikipédia comptait six fois moins de biographies de femmes que de biographies d’hommes, contribuant ainsi à leur invisibilisation [1] ? Que seulement 16 % des contributeurices à l’encyclopédie en ligne sont des femmes [2] ? Et que celles-ci réalisent en moyenne deux fois moins de modification sur les articles que les hommes [3] ? En 2011, S. Gadner, l’ancienne directrice de la fondation Wikimedia, a listé sur son site neuf raisons permettant de comprendre pourquoi le nombre de femmes dans la communauté wikipédienne était aussi réduit. Parmi celles-ci, elle cite notamment le manque de confiance en elles issu de notre éducation sexiste, la conviction que leurs contributions seront annulées ou supprimées, le manque de bienveillance au sein de la communauté ou encore l’atmosphère misogyne globale [5]. Alors que les buts de cette encyclopédie sont le partage universel et la démocratisation du savoir, force est de constater que ce dernier demeure encore majoritairement masculin, blanc et hétérocentré. Depuis 2016, le projet Les Sans PagEs a pour objectif de réduire ce fossé des genres. La présidente de l’association, Natacha Rault, a accepté de répondre à quelques-unes de nos questions.

Comment s’est développée l’initiative des Sans PagEs ?

Suite à la publication en 2011 d’un article du New York Times mentionnant la problématique du fossé des genres sur Wikipédia [5], l’association Émilie Gourd* a mandaté le service égalité de l’université de Genève (Unige) pour organiser une conférence sur le sujet. À cette occasion, j’ai proposé d’organiser des ateliers numériques, et un premier projet sur Wikipédia est né : Let’s fill the gender gap, financé par la fondation Wikimedia.

* L’association Émilie Gourd : Du nom de la journaliste et militante féministe genevoise, l’association a été fondée en 1984 à Genève. Cette fondation a pour but « d’encourager et de développer l’information et la réflexion sur les questions d’égalité, de genre, de rapports sociaux entre hommes et femmes en Suisse romande ».

Ce projet a été cité parmi les dix projets les plus cool de l’année lors du rassemblement de Wikimania en 2016 à Esino Lario (Italie). À ce rassemblement, j’ai rencontré Rosiestep, qui anime le projet Women in Red sur la version anglophone de Wikipédia. Elle a lancé un appel à fonder des projets similaires sur toutes les versions linguistiques de Wikipédia et nous avons créé le projet des Sans PagEs en juillet 2016.

La même année, j’ai rejoint l’équipe pédagogique du Wikimooc pour apprendre à contribuer en ligne sur Wikipédia. Ce qui fait que toute personne voulant apprendre à contribuer dispose maintenant de tutos interactifs.

Finalement, en janvier 2017, nous avons créé l’association pour gérer les fonds obtenus pour financer les activités du projet.

Quelques mots de vocabulaire

Wikimedia : Fondée en 2003, organisation à but non lucratif hébergeant notamment le projet Wikipédia.

Wikimania : Conférence internationale rassemblant chaque année depuis 2005 les contributeurices des différents projets Wikimedia.
Wikiconvention : Même type de conférence rassemblant depuis 2016 uniquement les contributeurices francophones.

Wikimooc : Cours gratuits en ligne et ouverts à tou·tes permettant d’apprendre à contribuer à Wikipédia.

Wikipermanence : Rencontre IRL (in real life, dans la vie réelle) entre contributeurices de Wikipédia souhaitant obtenir des informations et conseils sur le fonctionnement de l’encyclopédie.
Wikilundis/jeudis : Ateliers d’édition de l’encyclopédie en ligne ayant lieu à un jour fixe de la semaine.
Edithaton : Évènement au cours duquel les contributeurices créent ou améliorent des articles de l’encyclopédie en ligne selon un thème ou un sujet précis.

Une fois le projet lancé, comment s’est organisé le travail ?

Nous avons d’abord organisé des ateliers réguliers à Genève (Wikilundis) avec des personnes formées suite aux ateliers de l’Unige, de la HESSO (Haute École spécialisée de Suisse occidentale) et du service Égalité du canton du Valais. Nous avons dans un même temps participé aux évènements du mouvement Wikimedia en y apportant chaque fois la perspective du genre et des femmes pour réduire le fossé des genres. Nous avons aussi organisé des évènements Art+Féminisme.

En 2016, nous avons mené une campagne de sensibilisation sur le langage épicène, en organisant une conférence avec des spécialistes linguistes de la question à la toute première Wikiconvention francophone à Paris [6]. En 2017, lors de la deuxième Wikiconvention francophone à Strasbourg, c’est le thème du harcèlement qui a été retenu [7].

En 2017, le projet a pris une ampleur phénoménale sur Wikipédia. Près de 2 000 articles ont été publiés à ce jour au rythme de 150 à 200 par mois sur les derniers mois pour 133 participant·es. La contributrice Fhala.K a réalisé le logo des Sans PagEs qui figure actuellement sur nos t-shirts. Une de ses créations a également été intégrée dans notre exposition Art+Féminisme à Genève en 2017. Le contributeur GrandCelinien nous a concocté une carte interactive des évènements. Nous coopérons aussi étroitement avec les groupes Wikimujeres (hispanophone), Women in Red (anglophone) et Wikiedonne (italophone).
 

Logo du projet Les Sans PagEs réalisé par <a href="https://twitter.com/Fhala_K">Fhala_K</a> (son <a href="https://tictail.com/fhalak">Tictail</a>).

Logo du projet Les Sans PagEs réalisé par Fhala_K (son Tictail).

 
Un groupe nantais Ateliers Femmes et Féminisme* animé par Anne Baumstimler a vu le jour, et cette année nous soutenons de nouveaux groupes des Sans PagEs à Sion, Grenoble et Paris. Le 20 janvier 2018, le groupe de Paris s’est réuni pour la première fois à la Gaité Lyrique.

*Ateliers Femmes et Féminisme : Basé à Nantes, cet atelier de contribution s’inscrit dans la lignée du projet des Sans PagEs et a donc pour objectif de rendre davantage visibles les femmes sur l’encyclopédie en ligne et d’encourager les femmes à se lancer dans la contribution.

Nous avons pour finir collaboré avec Florence Devouard, qui s’occupe de WikilovesWomen*, sur un projet dédié aux femmes africaines, en organisant un concours en ligne sur les féministes africaines qui était intégré dans le concours global des Women in Red.

* Wiki Loves Women : Projet international encourageant la création d’articles ayant pour sujet les femmes et leurs réalisations. Initié par le projet WikiAfrica – projet Wikipédia ayant pour objectif l’amélioration des connaissances sur l’Afrique disponible en ligne – et le Goethe Institut – institution culturelle chargée de promouvoir la culture allemande à l’étranger –, il s’intéresse également au quotidien des femmes et filles en Afrique.

Comment se passe la gestion actuelle ? Des collaborations ou des projets IRL prévus pour l’année 2018 ? Et si oui, peux-tu nous en toucher quelques mots ? ?

En ce qui concerne les Wikijeudis à Genève, le groupe collabore cette année avec les associations Queercode et Lestime pour travailler sur les contenus LGBTQI relatifs aux femmes, avec des permanences Wikijeudis à Lestime une fois par mois.

Les groupes de Sion (Valais, Suisse), Paris, Nantes et Grenoble organisent aussi des wikipermanences et des éditathons au moins une fois par mois. On peut voir les évènements sur la carte interactive réalisée par le GrandCelinien.

Du 3 au 9 mars 2018, nous avons mis en place un évènement Art+Féminisme autour de Charlotte Salomon et Shamsia Hassani, ainsi que des éditathons à l’association Lestime.

Nous participerons également au projet WikiAlpenForum en documentant la place des femmes dans les clubs alpins, l’agriculture dans les Alpes, et la chasse aux sorcières.

En avril, je serai aussi à la Wikicon de Berlin pour représenter le Wiki Women User Group.

 

Pour finir, un mot pour une personne qui hésiterait à se lancer dans le projet ?

Foncez ! Nous vous attendons et nous avons besoin de vous car le fossé des genres existe toujours. [ndlr : En effet, même si l’objectif de la fondation Wikimedia était d’arriver à 25 % de contributrices en 2015, nous sommes aujourd’hui en 2018 encore bien loin de ce chiffre… De même, les biographies de femmes demeurent minoritaires.] Si vous voulez fonder un groupe d’activités locales, nous vous soutiendrons et partagerons notre savoir-faire !

D’ici 5 ans, nous voudrions avoir un groupe d’activité Sans PagEs dans chaque grande ville francophone. Dans la lignée du projet Wiki Loves Women, nous aimerions également développer davantage d’initiatives en Afrique.

Les Sans PagEs
Le projet sur Wikipédia
Leur page Facebook
Leur compte Twitter
Pour adhérer à l’association ou envoyer vos dons
Si vous voulez les soutenir en achetant un de leur t-shirts, c’est par ici que ça se passe !

Sources

[1] [FR] Pas à pas, les femmes deviennent plus visibles sur Wikipédia, 24heures, 07/02/2017 ; [EN] Gender by Wikipedia language. (retour au texte)

[2] [FR] Une approche féministe à la contribution sur Wikipédia, 24/09/2017. (retour au texte)

[3] [FR] Biais de genre sur Wikipédia. (retour au texte)

[4] [EN] S. Gadner, Nine reasons Women Don’t Edit Wikipedia (in their own words), 19/02/2011. (retour au texte)

[5] [EN] Define Gender Gap? Look Up Wikipedia’s Contributor List, New York Times, 30/01/2011. (retour au texte)

[6] La conférence a été filmée et peut être vue ici. (retour au texte)

[7] La seconde conférence peut être visionnée ici. Toutes les photos et ressources sont sous licence libre et peuvent être utilisées par tout le monde pour plancher sur un sujet du même type. (retour au texte)