Dans la lignée de mon article précédent sur le slow Noël et ayant la volonté de présenter encore et toujours des contenus inspirés et inspirants, je vous propose dans cette interview de découvrir Alys Boucher, sa chaîne YouTube, et son univers. Au programme aujourd’hui : les cosmétiques et recettes naturelles et la réduction des déchets.

Est-ce que tu aurais une petite description de ta chaîne pour les lecteurices qui ne la connaissent pas  ?

Je m’appelle Alys Boucher, c’est mon vrai nom, j’ai 25 ans et je suis actuellement étudiante en troisième année de théâtre, j’étais auparavant en cinéma. J’ai une chaîne Youtube depuis 2011 sur la cosmétique naturelle et sur la beauté mais uniquement au travers des produits que l’on peut trouver dans sa cuisine. Ce sont des produits qui sont très sains, écologiques, économiques, et bons pour les cheveux et pour la peau.

 

« Retrouvez sur ma chaîne tous mes tutos, trucs, et astuces pour une beauté naturelle au quotidien ! Parce que des soins 100% nature, c’est possible ! »

Est-ce qu’il y a eu une origine à la chaîne, une motivation, une genèse  ?

La motivation première c’est que j’ai toujours aimé tout ce qui était remède naturel, la nature etc. Je me souviens : quand j’étais petite et que j’étais malade, ma mère ne me soignait qu’avec de l’homéopathie, ce genre de chose. Je n’ai quasiment jamais pris un seul médicament [NDLR : les propos sur l’homéopathie n’engagent que l’interviewée, la rédaction de Simonæ ne pense pas que l’homéopathie puisse se substituer à la médecine]. C’est pareil pour la cosmétique, j’en utilisais très peu avant de passer au naturel, et bien sûr pas de maquillage. Après j’ai voulu trouver des alternatives naturelles aux produits chimiques et en fait il y avait très très peu d’informations à l’époque sur internet, c’était vraiment quelque chose de très novateur. La motivation de cette chaîne, ça a été de partager les recettes au plus grand nombre et de rendre accessibles toutes les informations.

Je suis étonnée que tu dises qu’il n’y avait pas grand chose. Mais c’est vrai que tout ce qui est slow cosmétique émerge en ce moment et qu’il est difficile de trouver des infos.

C’est vrai que trouver des infos pertinentes c’est dur, parce que souvent ce sont les mêmes informations qui tournent en boucle. Quand il nous faut un produit en particulier, c’est pas toujours évident.

 

La vidéo qui a propulsée ta carrière s’il y en a une  ?

C’est venu petit à petit. De temps en temps il y a une vidéo qui a un pic de vues, je ne sais pas trop pourquoi. Ça dépend aussi des sujets abordés. Si on parle épilation, shampoing ou après-shampoing, ce sont des sujets plus ouverts, alors que si on parle d’un masque spécial pour les peaux acnéiques avec une zone T il y aura moins de vues.

Le nombre d’abonnés vient graduellement. Il n’y a pas eu de tremplin particulier.

 

Pourquoi le zéro déchet  ?

Il faut savoir que c’est très très récent, ça ne fait vraiment que quelques mois que je commence me poser la question et que je change des choses. Mais c’est une évolution qui est un peu normale je trouve parce qu’au début je ne mettais du naturel que dans ma cosmétique, et puis très rapidement ça s’est étendu aux produits ménagers. Ensuite ça s’est étendu à l’alimentation, j’ai commencé vraiment à assainir. Maintenant avoir un mode de vie qui soit le plus écologique et le plus vert possible ça passe aussi par le zéro déchet, ça fait partie d’une évolution d’un tout.

 

Un livre / un site de référence à nous conseiller sur le sujet  ?

« La Famille Zéro Déchet », leur livre et leur blog. C’est vrai qu’en plus ce qui est bien avec la famille zéro déchet c’est que c’est une famille qui a des enfants, donc c’est pas des gens qui vivent dans une yourte au fin fond de la campagne. Ils sont en ville, ils sont ancrés dans la réalité de la ville, ils ont des enfants qui vont à l’école. Ils ont une vie qui est quand même normale et pourtant ils arrivent quand même à faire du zéro déchet. C’est très bien parce que ça montre que c’est accessible.

Trop belle photo fournie par la Famille (presque) Zéro Déchet, on y voit la famille derrière une planche de surf où sont disposés des denrées dans des bocaux en verre fermés par des bouchons de liège

Trop belle photo fournie par la Famille (presque) Zéro Déchet

Leur livre est très bien fait aussi

Oui c’est vrai.

 

Tes projets annexes en plus de ta chaine YouTube  ?

Là comme ça, tout est un peu naissant donc je ne peux pas trop me prononcer mais ça reste dans l’écologie.

 

Tu es particulièrement impliquée dans l’écologie qu’en est-il de tes autres engagements, te considères-tu féministe  ?

Je pense qu’en tant que femme, on est toutes un petit peu féministes, c’est normal que l’on défende la cause des femmes. Après des sujets me tiennent plus à cœur, comme l’image de soi. Par exemple j’ai créé il y a quelques semaines une vidéo sur une perte de poids. J’avais pris un petit peu de poids et je voulais le perdre parce ça m’énervait de ne plus être moi même. J’avais perdu de l’endurance, je voulais retrouver ma force. Et je l’ai fait pour moi. Je ne l’ai pas fait pour faire plaisir à quelqu’un d’autre, ou la société, et même ma famille me disait « t’as pas besoin, t’as pas besoin, c’est pas la peine que tu te prennes la tête, t’as pas besoin ». Mais moi mon corps ne me correspondait pas.

On vit dans une société qui est vraiment paradoxale parce que d’un côté on nous pousse à être parfait et de l’autre quand on veut changer on nous dit tu devrais accepter etc. C’est extrêmement énervant. J’aimerais que ça change, qu’on n’ait plus besoin de se poser la question, et que si l’on veuille progresser dans l’avenir on le fasse pour nous-même.

C’est vrai que c’est un important de s’aimer soi-même et c’est un peu compliqué quand on te montres du doigt ou qu’on regarde la télé et qu’on voit toutes ces injonctions.

Exactement, c’est vrai que je trouve, qu’on est toutes des féministes, mais à des niveaux différents, je pense qu’en tant que femme c’est important de s’aimer en étant soi-même.
D’ailleurs, si vous voulez une petite anecdote, ça fait 6 mois que je ne me suis pas épilée les jambes et je le vis bien.

Moi aussi mais c’est parce que c’est l’hiver, la vraie victoire ce serait si j’arrive à rester comme ça pendant la saison des débardeurs. Les poils j’ai vraiment du mal, autant sortir sans soutien-gorge ça m’a jamais trop dérangé autant ça.

Pas de soutien-gorge c’est le bonheur, vous êtes libre, liiibre !

 

Dernière question : conseils aux jeunes (ou moins jeunes) qui nous lisent ?

Déjà de s’aimer [elleux]-mêmes et de se respecter, mais aussi de réfléchir par [elleux]-mêmes et de faire les choses parce que ça a du sens pour [elleux] et pas parce que quelqu’un a dit de le faire. Ce qu’[iels] veulent, ce qui leur convient et ce qui leur fait plaisir. Après le reste on s’en fiche.