Mon slow Noël

Vous avez peut être déjà entendu ces termes, slow Noël, slow cosmétique, slow motion. Qui sont-ils, d’où viennent-ils et surtout que veulent-ils dire ? Vous n’êtes pas sans savoir que dans notre société dite moderne tout va vite et tout se vend. Nous achetons, nous consommons et nous jetons les emballages. Oui mais ! Où vont ces détritus ? Brûlés ? Mis en tas dans un coin paumé en Picardie ? On préfère ne pas y penser ou peut être naïvement se dire que quelqu’un·e de plus intelligent·e, quelque part, a la solution.

De ce constat sont nées plusieurs mouvances dont le zéro déchet et les tendances « slow ». Curieuse de nature, sensibilisée à la cause et, par la force des évènements, extrêmement pauvre en cette fin d’année 2016, j’ai voulu essayer le slow Noël. J’entends déjà les remontrances « oui mais Noël c’est traditionnel, c’est familial, on veut faire plaisir », alors oui, je suis d’accord, mais sachez que l’on peut allier tout ça avec une dynamique plus éco-friendly et, franchement, ça c’est formidable.

Les cadeaux

Comme tout bon petit soldat de Noël j’ai commencé par penser cadeaux. Que faire, comment faire, et à qui faire des cadeaux. D’abord un peu déboussolée par ma propre démarche j’ai commencé à réfléchir puis j’ai trouvé près de chez moi un évènement organisé par trois associations strasbourgeoises (ndlr Zero Waste Strasbourg, Campus Vert et le Repair Café) qui proposait des ateliers autour du Noël Zéro Déchet. Il est vrai que tout le monde n’est pas sensible à l’écologie, aussi j’ai eu peur de commettre des impairs en choisissant de concevoir des cadeaux peut être trop originaux ou pas adaptés. Mais j’ai trouvé dans cet évènement et sur internet des recettes et des DIY de cadeaux qui ne pouvaient que plaire. C’est ainsi que j’ai opté pour le kit SOS Cookies. Proposée par l’évènement strasbourgeois Noël Zéro Déchet susmentionné, la recette est simple et efficace :

Pour chaque kit, il faut suivre scrupuleusement le DIY qui suit, afin d’avoir des couches bien distinctes pour un résultat plus joli et graphique. Et entre chaque ingrédients, il faut bien penser à taper le fond du bocal sur votre planche de travail.

Dans chaque bocal, il faut donc mettre : • 125g de farine ; • 1/4 de sachet de levure chimique ; • 1 petite pincée de sel ; • 100g de pépites de chocolat ; • 50g de sucre blanc ; • 50g de sucre roux.

Et n’oubliez pas la recette ! « Pour une bonne dizaine de cookies : Préchauffez votre four à 180°, mélangez tous les ingrédients du bocal dans un saladier en rajoutant 1 oeuf et 70g de beurre mou. Faites des boules de la taille d’une balle de golf. Mettre au four pendant une quinzaine de minutes. C’est prêt ! Bon appétit ! »

Préparation pour cookie dans un bocal de verre hermétique (type le « Parfait » pour faire des confitures)

Préparation pour cookie dans un bocal de verre hermétique fournie par ma douce cousine Capucine

J’ai également conçu un métier à tisser pour ma cousine douée de ses dix doigts et fait des lingettes nettoyantes au vinaigre pour ma môman.

Métier à tisser fabriqué à la main à l'aide d'un cadre photo en bois et de clous

Bonnet tricoté main en jacquard rouge et gris antracite avec un pompon

Bredele (petits gâteaux de Noël alsaciens) fourrés à la confiture à mettre dans un bocal pour offrir ou à pendre au sapin

Peinture reproduite à partir d'une photographie

Pot en verre avec des lingettes vinaigrées à l'intérieur et un petit tissus fleuri sur le couvercle

Vous l’avez compris, je peux me montrer habile de mes mains. Cependant je suis consciente que ce n’est pas le cas de tout le monde, aussi vous pouvez avoir deux mains gauches (ou même pas de mains du tout) et faire des cadeaux zéro déchet. En effet, le cadeau zéro déchet par excellence reste le cadeau qui se vit : le voyage, le restaurant, l’expérience (du saut à l’élastique aux cours de cuisine) et pourquoi pas l’abonnement Netflix. Ce sont des cadeaux qui font plaisir et qui ne génèrent pas, ou peu, de déchets.

L’emballage

Maintenant que nous avons les cadeaux, le temps est à l’emballage. Étrangement cette étape m’a posé moins de problème que la première, vous seriez étonnés de tout ce qu’on peut trouver pour emballer. Il y a les gens comme ma mère qui gardent tous les papiers cadeaux (oui vous avez bien lu), d’ailleurs,  la réutilisation c’est bien, mais le problème majeur des papiers cadeaux reste le fait qu’on ne peut pas vraiment les recycler ! (déso maman). Des solutions plus écologiques existent :

  • la ré-utilisation d’une boîte en carton (ça, ça se recycle bien) ;
  • celle de papier journal/prospectus/papier craft/magazines ;
  • l’utilisation de tissus (tradition japonaise du furoshiki) ;
  • l’utilisation de bocaux en verre (avec ou non du papier et/ou du tissu à l’intérieur).

Et j’en passe !

Gaufres sèches du Nord mises dans un bocal de verre

Joli non ?

La déco !

Alors pour la déco, c’est assez simple (à part si vous changez chaque année de couleur de sapin et que vous jetez toutes les déco des années précédentes). On ré-utilise évidemment les guirlandes et boules de Noël. Bon cette année, j’avoue, on a racheté une guirlande électrique, mais les ampoules de la précédente étaient montées en série, vous m’entendez ? En série ! Une ampoule (ou deux que sais-je) était morte et plus rien ne marchait… Bref la ré-utilisation est la clef. Reste le problème du sapin. Si vous avez un sapin en plastique vous pouvez le réutiliser. Sinon il va falloir ruser. Hors de question de couper un sapin de plus pour le laisser mourir dans le salon ! Pour l’arbre, il y a plusieurs écoles, celle qui fabrique

celle qui fabrique Sapin DIY, branches d'arbre posistionnées en triangle en mettant la plus grande en bas, puis une moins grande au dessus et ainsi de suite jusqu'à former un triangle, reliées entre elles par de la laine (par exemple) aux extrémités et décorées par des boules de Noël, des guirlandes et tout autre sortes d'accessoires hivernaux

et celle qui remplace Ficus de Noël

Il est bien évidemment de bon ton de décorer le sapin si vous en avez un dans votre jardin. Si vous m’avez bien suivie j’ai commencé par dire que l’on pouvait ré-utiliser la déco des années précédentes. Oui mais. Si l’on est loin du foyer familial ou si l’on a jamais investi dans ce genre de bouiboui on se trouve fort dépourvu·e ! Pas si vite ! La déco ça se fabrique. Oui même par toi qui est peu habile.

Le calendrier

Les vrai·e·s me demanderont où sont les chocolats, les Playmobils et les vernis à ongle. Le calendrier de l’avent, inconditionnel et incontournable. Sachez qu’un calendrier ré-utilisable peut être acheté ou fabriqué. Ou on peut ne pas avoir de courage et d’argent et s’en passer. Si vous avez des enfants jeunes, la case fabrication peut être très intéressante, vos enfants pourront faire et peindre leur propre calendrier de l’avent (avec l’aide de papa(s) maman(s) bien sûr). Ne pas oublier de penser à le remplir ! On peut le faire de plusieurs façons et pléthore de tutoriels sont disponibles sur internet mais je vais vous donner quelques pistes. Si les plus audacieux pourront s’attaquer aux planches de bois et faire un calendrier de cette façon (déjà bravo pour ça), les moins bricoleurs peuvent s’attaquer au carton qui marche tout aussi bien. Par contre si faire tenir quatre planches ensemble (ou quatre bouts de carton) vous inquiète ou vous décourage d’avance, pas de panique : le papier ou le tissus peut faire l’affaire !

La bouffe

Passons à la question existentielle : quand est-ce qu’on mange ? Mais surtout qu’est-ce qu’on mange ? Hé bien on va privilégier la nourriture qui génère le moins de déchets, exit les supermarchés et autres, et bonjour les épiceries locales, marchés (bio de préférence) et les magasins qui proposent du vrac ! Seulement on a pas toujours le choix ni les moyens, notamment de locomotion, pour se rendre au magasin bio ou de vrac le plus proche et ils ne sont pas légions (pas encore). Alors on se rabat sur le Auchan d’à côté. Mais rassurez-vous, là-bas aussi il existe des moyens de réduire son impact sur l’environnement : en effet la plupart des supermarchés sont désormais dotés d’un ou deux rayons vracs (par exemple à Auchan Arras ce sont les rayons « Hard Discount » et « Épicerie fine »), et il est tout à fait possible d’amener ses tupp pour se faire servir son fromage et sa viande, réservé à un public averti. Enfin choisissez les produits avec le moins d’emballages. Franchement, les mini pizzas apéritives ont-elles vraiment besoin d’un sachet plastique et d’un emballage carton ?

Courses aux déchets réduits, à gauche des courses en supermarché avec des produits dans des récipients en verre ou des sacs de tule, à doite une commande à la Ruche qui dit oui, site internet permettant de commander des produits frais locaux aux agriculteurs du coin.

Courses aux déchets réduits

Courses en vrac du Day by Day

Courses en vrac du Day by Day

Les bonnes adresses !

Réduire son impact sur la nature et embrasser ses convictions écologiques n’est pas chose aisée mais peut se faire petit à petit. Les petits ruisseaux font les grandes rivières ! Le plus important reste de se faire plaisir. Ne vous mettez pas des contraintes drastiques ! Certes il est important de penser à l’environnement, certes des pratiques sont meilleures que d’autres et certes elles sont à votre portée. Mais le risque à tout vouloir faire trop vite reste de se lasser ou pire se dégoûter de la chose. Alors prenez votre temps et surtout bon courage !

 

Pour aller plus loin : le blog de la Famille Zéro Déchet