Aujourd’hui, on va parler médecines douces, et plus précisément aromathérapie ! (Ça reste dans le domaine de la santé, j’ai le droit.)
C’est la plus connue des médecines douces en France, et son efficacité n’est plus à prouver.

Disclaimer : je me permets de rappeler que cela ne saurait remplacer un traitement classique, et qu’en cas de maladie sérieuse l’avis de votre médecin prime sur le nôtre, quand même. L’aromathérapie permet avant tout de soigner les petits problèmes afin d’éviter de trop recourir, et donc d’entraîner une accoutumance, aux traitements pharmaceutiques et, éventuellement, de compléter un traitement en place.

On la retrouve la plupart du temps sous forme d’huiles essentielles, mais on peut la rencontrer en pommade, en infusion… Je vais ici vous parler des huiles essentielles (HE pour les intimes) à avoir dans son placard, et des petites recettes familiales de votre serviteuse pour enrayer, entre autres, rhumes et règles douloureuses.

Les huiles utiles seules :

Le tea-tree : le couteau suisse des huiles essentielles. Un puissant anti inflammatoire, c’est votre meilleur allié en application locale sur un bouton, ou à laisser fondre sur un sucre (c’est dégueulasse) pour le mal de gorge.

Branche de tea-tree

La lavande aspic : en application locale sur les brûlures. L’amie des cuisinier·es maladroit·es !

lavande aspir et huile essentielle

La lavande fine : il est important de bien la différencier de la lavande aspic ! L’une ne remplace pas l’autre, et elles n’ont absolument pas les mêmes effets. Pour l’anxiété ou les troubles du sommeil, quelques gouttes sur un mouchoir à respirer.

volée de lavande fine

La menthe poivrée : sur un sucre en cas de nausées. Si ça ne passe pas, mélanger une goutte et un peu d’huile végétale et masser sur les tempes.

Menthe poivrée coupée et huiles essentielles

L’hélicryse : en cas de coup, directement après en application locale.

Branches d’hélicryse

Le ravintsare : pour prévenir les rhumes et les grippes, deux gouttes sous la plante des pieds tous les soirs.

Branche de ravintsare

L’eucalyptus : en application locale sur la poitrine ou en inhalation en cas de rhume ou d’encombrement respiratoire. Attention : pour les asthmatiques et les personnes faisant des allergies respiratoires, on déconseille fortement de respirer de la vapeur.

Branche d’eucalyptus

La coriandre : une goutte sur un comprimé neutre (un comprimé rond à avaler sans aucun actif médicamenteux, trouvable en parapharmacie), et adieu ventre ballonné, indigestion, veaux, vaches, cochons ! Attention, contrairement au charbon qui absorbe, l’HE de coriandre *hum* nettoie, donc à éviter avant un rendez-vous galant !

Plant de coriandre

Quelques petites recettes maison :

Petite précision: ces recettes fonctionnent sur moi et certain·e·s de mes proches, mais ce n’est évidemment pas une science exacte ! Le résultat dépendra de votre morphologie, votre âge, vos antécédents, votre sensibilité… Mais sans plus attendre, les mélanges magiques !

Contre les règles douloureuses : recette testée et approuvée. Dans deux grosses cuillères à soupe d’huile végétale (ma préférence va à l’amande douce, mais tout fera l’affaire), verser deux gouttes d’estragon et deux gouttes de basilic. Prendre une petite quantité et masser le bas du ventre, au-dessus du pubis. On me souffle dans l’oreillette qu’une goutte de sauge sclarée dans de l’huile végétale fait également le job.

En cas de rhume : une goutte de niaouli + une goutte d’eucalyptus + une goutte de ravintsara sur la poitrine avant de dormir (ou de partir le matin, ce qui poussera les gens à respecter votre espace vital dans les transports).

En cas de rhume sans mal de gorge (j’insiste) : une grosse cuillère à soupe de miel, le jus d’un citron et une (UNE) goutte de cannelle. La cannelle est très agressive pour la peau : si vous avez les lèvres gercées, faites sans la cannelle. En cas de mal de gorge, faites sans aussi (vraiment) ou remplacez-la par une goutte de thym.

Contre la chute / pour la repousse des cheveux : Quelques gouttes de sauge sclarée dans votre shampoing liquide habituel.

La rédaction le confirmera : je suis cette personne absolument insupportable qui surgit avec ses bouteilles d’huiles au moindre éternuement ami dans un rayon de 100 kilomètres. Rappelons toutefois que les huiles essentielles ne conviennent pas aux bébés et aux personnes enceint·e·s.

À la demande générale d’une personne, voici mes cinq huiles essentielles préférées :

L’huile essentielle de menthe poivrée parce que j’ai la nausée dès que je croise des personnes désagréables, et je prends les transports en commun tous les jours. (Oooooooh !)
L’huile essentielle de lavande aspic, parce que je suis un poil maladroite, et que je me brûle une fois par semaine environ.
L’huile essentielle de cannelle, pour lutter contre le rhume, et parce que ça sent si bon !
L’huile essentielle d’Ylang-Ylang, utile pour fabriquer des sels de bain !
L’huile essentielle de tea-tree, souveraine pour ma gorge fragile et ma peau de façon un peu trop régulière.

À bientôt pour de nouvelles aventures au pays de l’aromathérapie, avec cette fois les décoctions maisons !