En décembre 2016, j’ai donné mes cheveux pour aider la lutte contre le cancer. Pourquoi ? Pour qui ? Comment faire ? Laissez moi vous faire découvrir ce type de don, plutôt méconnu, mais toujours utile !

Pourquoi donner ?

Il y a quelques années, suite à une coupe de cheveux désastreuse (oscillant entre un Playmobil et un tas d’algue défraîchies), j’ai décidé de laisser pousser mes cheveux, le plus long possible. Et puis je suis tombée sur une vidéo de Buzzfeed, où une journaliste se faisait couper les cheveux pour les donner. La vidéo décrivait tout le processus, de la coupe à la réception de la perruque par une petite fille atteinte d’alopécie. L’alopécie est une maladie responsable de la perte des cheveux et/ou des poils en général. Elle peut être totale ou partielle (comme la petite fille de la vidéo).

L’idée de donner ses cheveux me plaisait énormément, pour tout un tas de raisons. La principale étant que ce don n’est absolument pas contraignant : tout le monde peut donner ses cheveux, sans restriction d’âge, de genre ou de sexualité, contrairement au don du sang par exemple. Il faut juste avoir la patience de laisser pousser sa crinière !

Comment donner ?

Au bout de presque 2 ans de pousse, mes cheveux étaient au niveau du milieu de mon dos et commençaient à me gêner. Je me suis mise en quête d’une association pour concrétiser mon projet et j’ai découvert Solid’hair.

Cette association française créé des partenariats avec des salons de coiffure en France pour inciter les gens à donner leurs cheveux en échange d’une réduction ou de la gratuité de la coupe. Les cheveux sont revendus à des perruquiers et le bénéfice de la vente aide les gens atteints d’un cancer à financer l’achat d’une perruque. La seule contrainte est de donner des mèches de cheveux naturels, non colorés, de 25 centimètres ou plus, pour pouvoir avoir un matériau utilisable.

Grâce à leur site web, j’ai trouvé une coiffeuse près de chez moi qui offre la coupe pour les personne qui choisissent de donner leurs cheveux. J’ai pris rendez-vous, plus motivée que jamais.

Déroulement du don

Quand je suis arrivée, la coiffeuse a brossé mes cheveux pour les lisser un peu et pouvoir les mesurer correctement et vérifier qu’ils atteignaient bien la longueur minimale. Elle les a ensuite séparés en deux couettes, attachés par un petit élastique, avant de les mesurer de nouveau. Et en deux coups de ciseaux, c’était fini !

Les mèches de mes cheveux une fois coupés

Les mèches de mes cheveux une fois coupés

La suite s’est déroulée comme une coupe classique : shampooing, re-coupe pour égaliser et obtenir la coupe que je souhaitais et brushing. Solid’hair demande aux coiffeureuses de prendre des photos de toutes les étapes du processus, pour une question de traçabilité visant à s’assurer que le don est volontaire, consenti et vient d’une source sûre. Ma coiffeuse en a pris plusieurs mais n’a envoyé à ma demande que celles où mon visage n’apparaissait pas.

Les associations n’obligent en général pas du tout les gens à passer par un·e coiffeureuse, il est tout à fait possible de se couper les cheveux soi même et de les envoyer par la poste. C’est de nouveau un point positif pour les personnes n’osant ou ne pouvant pas aller dans un salon de coiffure. De plus, tous les types et natures de cheveux sont accepté·e·s. Pour les cheveux colorés, ils ne sont acceptés que par certaines associations spécifiques, comme Think Pink.

L’association que j’ai choisie est le meilleur moyen que j’ai trouvé pour donner mes cheveux, mais ce n’est pas le seul ! D’autres associations existent, qui parfois fabriquent elles-mêmes leurs perruques à l’instar de celle présentée dans la vidéo de Buzzfeed. J’aime par dessus tout l’idée que c’est un acte accessible à n’importe qui car presque pas restrictif. En conclusion : à vos ciseaux !

Pour aller plus loin