Il était une fois Tsukumi… Grande tatouée en détresse de produit à utiliser pour soigner son tatouage après une session de 3h et 3 nouveaux tattoos.

Hustle butter deluxe

J’avais testé déjà pas mal de crèmes différentes. Au bout de 20 tatouages, des tubes de Bepanthen, j’en avais descendu. Mais les années passant, je n’aimais plus ni la composition de la crème ni ses effets, ni la crème en elle-même, en fait. J’avais aussi essayé deux autres crèmes de chez La Roche Posay, une que j’avais absolument détestée car non hydratante et une que j’ai adoré et sur laquelle je ferai sûrement un petit article mais qui visait uniquement les expositions aux UV et qui, en dehors de ça, était donc pointless.

Je sortais alors fièrement (ou pas) du salon de tatouage avec en tête le fait que je n’avais plus de crème pour hydrater, qu’on était le 15 août et que c’était : la merde.

C’est là qu’est intervenue La Peste, apprentie tatoueuse du salon Studio 404 à Lille (prochainement La Bonbonnière), qui m’a fourni un sachet d’échantillon du Hustle Butter Deluxe, un baume pour tatouage qui fonctionne aussi bien avant le tatouage pour préparer la peau, pendant pour lubrifier et après pour cicatriser.

Sachant que j’étudie énormément le tatouage dans le but de devenir tatoueuse, j’avais déjà entendu parler de ce baume mais son prix m’avait toujours repoussée et aucun·e tatoueur·se ne m’en avait parlé avant. Bref, c’était l’occasion de tester le temps de me décider à trouver une nouvelle crème.

Une fois rentrée chez moi, j’ai directement nettoyé mon tatouage avec du Septivon, puis appliqué le Hustle Butter. J’avais vraiment mal et j’avais très peur d’appliquer le baume à cause de mauvais souvenirs dus à la Bépanthen et à sa texture tellement grasse qu’on en met toujours trop et qui nous oblige à appuyer comme un·e bourrin·e pour fondre la texture…

Et là, magie. Le baume a fondu dans mes doigts avec leur chaleur et s’est appliqué comme un beurre de karité, voire plus doux. Si je devais résumer ma tête à ce moment-là, ce serait « bonheur de ne pas souffrir en appliquant son baume / sa crème de cicatrisation 2 heures après le tatouage ». Sur le coup, je n’avais pas fait attention, mais honnêtement l’odeur était divine. Contrairement aux autres crèmes/baumes, l’odeur n’avait rien de chimique, rien de désagréable, rien de médicinal… au contraire. C’est une odeur gourmande, qui d’après ma mère (car évidemment elle a décidé de s’y mettre aussi) sent le chocolat, très légèrement et qui d’après moi a des sous-tons de vanille/chocolat blanc, bref, c’est DIVIN.

S’en est alors suivie une série de tests pour voir si ce beurre était vraiment si formidable et la réponse est : oui, il l’est. Pour ne pas vendre cette crème comme une déesse sans en avoir au moins testé 2 autres à côté, j’ai décidé d’investir dans deux crèmes à bas prix que tout le monde connaît et qui sont souvent recommandées pour les tatouages histoire de faire un comparatif correct. L’Homéoplasmine et La Bépanthen.

L’Homéoplasmine : La crème ne coûte vraiment pas cher et peut servir pour tout et n’importe quoi. Du petit bobo au gros, d’un bleu à un tatouage et on peut la trouver facilement en pharmacie. C’est un avantage tout de même considérable que j’ai pris en considération. Seulement, c’est bien le SEUL avantage que j’ai pu lui trouver… Elle est collante, il en faut énormément pour couvrir la surface d’un tatouage, même petit, elle pénètre très mal dans la peau, l’odeur ne fait pas super envie et le tube de 100 grammes a duré pour moi 4 JOURS. Donc c’est un énorme non pour moi. Je n’ai même pas envie d’en acheter pour d’autres usages car je trouve qu’il existe des alternatives plus économiques et efficaces : ok elle n’est pas chère mais 4 jours pour un tube c’est clairement beaucoup trop peu et je n’étais pas contente.

Hustle butter deluxe
La Bépanthen : c’est une crème EXTRÊMEMENT grasse. Dans le genre il faut vous laver les mains deux fois pour perdre la pellicule grasse qu’elle laisse. C’est désagréable au possible. Après, c’est sûr qu’elle laisse le tatouage hydraté mais c’est très compliqué de ne pas en faire trop. Car oui, trop hydrater son tatouage c’est aussi mauvais que pas assez. Et cette crème illustre totalement ce problème : c’est pratiquement impossible d’appliquer un juste milieu avec. Elle colle terriblement et la composition n’est vraiment pas terrible. Cependant il en faut très peu et un tube vous durera longtemps. C’est un peu la solution d’urgence si on a vraiment rien de mieux ou pour dépanner un·e pote qui vient de se faire tatouer sans lui refiler votre crème a 25 euros… Ceci dit je ne recommande pas la Bépanthen car elle a fait passer pas mal de couleurs dans mes tatouages à cause de la sur-hydratation et accrochait à toutes les poussières possibles.Et elle ne sent même pas bon.

Au final, j’en reviens à mon Hustle Butter Deluxe. Voici les avantages et inconvénients que j’ai pu lui trouver :

AVANTAGES : C’est un baume. C’est-à-dire qu’il fond dans vos doigts à la chaleur humaine. Il en faut donc TRÈS peu pour hydrater une grande surface. Pour vous donner une idée, un passage de doigts me recouvre un tatouage entier d’environ 6x6cm. Ensuite, la texture n’est absolument pas grasse ! Je n’ai pas besoin de me laver les mains après l’avoir appliqué car ce n’est pas gras, ça ne sent pas mauvais et je me suis surprise à adorer l’utiliser sur tout mes tatouages, y compris les plus anciens car : le baume les embellit ! Ma cicatrisation a été beaucoup plus rapide, ça fait 1 semaine que je l’utilise à présent non stop et je vois complètement la différence. Mes tatouages n’étouffent pas, il sont même contents. Mon bras n’est pas collant, je peux mettre des vêtements par-dessus sans avoir l’impression d’être un tube de colle. Et pour le quotidien, je trouve que c’est une crème de soin formidable même après cicatrisation, donc usages multiples.

INCONVÉNIENTS : ce baume est CHER. Mais revient-il vraiment si cher que ça ? J’ai décidé de comparer son prix aux autres crèmes plus haut et aussi de voir la durée dans le temps du produit. J’ai acheté un pot 150Ml (environ 141 grammes) et en une semaine le pot n’est pas descendu. Le petit sachet d’échantillon qu’on m’a donné a duré 1 semaine pour un prix d’environ 3 euros. Donc au final, je ne trouve ça pas si cher. Le pot de 141 gramme coûte environ 25€ et va au moins me durer 1 à 2 ans avec une utilisation assez fréquente, ce qui pour ce prix ne me gêne pas du tout ! Surtout que je peux alterner avec de l’huile de coco une fois mes tatouages cicatrisés, bref, le prix final me paraît rentabilisé par le nombre d’utilisation.

Pour comparer les prix avec ceux des autres crèmes que j’ai testé, le Hustle Butter Deluxe vous revient à environ 18,50€ les 100 grammes, pour un produit vegan, qui vous durera une bonne année si vous avez beaucoup de tatouages comme moi, là où la Bepanthen revient à environ 14€ les 100 grammes pour un produit qui n’est pas vegan, est très difficile à conserver et à appliquer, ce qui fait qu’on en gâche beaucoup.

Je pense donc sincèrement que le Hustle Butter Deluxe est l’alternative à la Bépanthen niveau budget et beaucoup plus pratique, agréable & efficace !

Pour les personnes résidentes en France :
Sachez que vous pouvez trouver le Hustle Butter Deluxe dans le format 141 g MAIS il existe aussi en plus petit format (mais vous aurez les frais de ports a payer…)

Si vous n’habitez pas en France : jetez un coup d’oeil vers les tatoueurs autours de chez vous, certains sont revendeurs. Sinon Amazon, Killerink sont de bons fournisseurs mais vous risquez de payer plus cher à cause de l’importation.

Bref, Hustle Butter Deluxe a définitivement changé ma vie au niveau de ma peau et de mes tatouages, et je n’ai absolument plus envie de retourner chercher des crèmes en pharmacie !