J’ai découvert la cosmétique maison il y a quelques années. Je cherchais un remède pour mon cuir chevelu très irrité et je n’avais pas un rond, donc il était hors de question d’acheter des sérums hors de prix. Au départ je trouvais peut-être un peu ridicule cette idée de mettre le contenu de ses placards de cuisine sur le corps. Je me suis vite rendue compte de l’intérêt de la chose.

La cosmétique maison me permet d’utiliser des produits plus naturels que ceux du commerce, ça permet de faire de grandes économies sur beaucoup de produits. Mais je crois que ce qui me plait le plus, c’est que tout est personnalisable selon ce que l’on veut créer.
Je vais présenter ici quelques bases de la cosmétiques maison, quelques ingrédients et recettes. Évidemment cet article n’est pas exhaustif, il s’agit seulement d’une petite entrée en matière.

Quelques précautions à prendre

La cosmétique, même maison, peut être dangereuse, ci-dessous, une liste non exhaustive des précautions à prendre.

Les huiles essentielles

Les huiles essentielles sont des concentrés de plantes, distillées pour obtenir un liquide aux propriétés impressionnantes. Il existe plusieurs façons de créer les huiles essentielles, la plus répandue est la distillation à la vapeur.
Il faut plusieurs kilos de plantes, parfois plusieurs tonnes, pour fabriquer une huile essentielle, c’est dire à quel points les propriétés sont concentrées. Les huiles essentielles ne sont pas des parfums !
Il est donc important de ne pas dépasser les doses conseillées, et de ne pas les utiliser quotidiennement plus de 3 semaines d’affilée.
De plus, la plupart des huiles essentielles sont déconseillées aux personnes enceintes, aux enfants ainsi que pour les animaux.
Dernière chose, les huiles essentielles d’agrumes sont photosensibilisantes, ne les utilisez pas avant de vous exposer à la lumière du jour.

Stérilisation du matériel et précautions de sécurité

La cosmétique maison doit se faire dans des conditions d’hygiène irréprochables. En effet, il est important d’empêcher la prolifération de bactéries dans vos produits. Il est nécessaire de bien stériliser tout le matériel (à l’eau bouillante pour les matériaux compatibles, à l’alcool à 70° pour les autres), de travailler sur un plan de travail propre et dans une pièce sans interférence (du type « chat qui monte sur le plan de travail et commence à se balader au milieu de vos préparations »).

Il est préférable d’utiliser des gants de protection, et pour certaines substances des lunettes protectrices, une blouse et un masque. La soude notamment, qui rentre dans la conception de savon, est à manier avec beaucoup de précautions. D’autres matériaux sont très volatils et dangereux pour les voies respiratoires, comme le Shikakai ou le SCI par exemple.
Les précautions à prendre sous souvent indiquées sur les fiches techniques des produits avant achat, mais dans le doute n’hésitez pas à vous renseigner.

PH

Bien souvent le PH des produits est oublié, cependant, il est nécessaire de vérifier le PH de votre préparation avant de l’utiliser, et de le réguler si nécessaire. Selon son utilisation et l’âge de la personne à qui le produit est destiné, le PH recherché diffère.

Il existe heureusement des produits permettant de réguler le PH, comme l’acide citrique, l’acide lactique, le bicarbonate de soude ou encore l’eau de chaux, à vous de voir quel produit peut être introduit dans votre recette.

Réactions allergiques

Avant d’utiliser un produit, testez le en en mettant un peu dans le pli de votre coude. Attendez 48 heures pour voir si votre peau réagit ou pas.
Il est aussi important de noter qu’un produit qui vous convient peut soudainement provoquer des sensations de brûlure ou de démangeaison. Soit le produit a moisi, soit vous faites une réaction. Cela peut arriver, il vous faudra trouver une nouvelle formulation.

Quantités

Il est très dangereux de créer des recettes à vue de nez. Beaucoup de produits ont des quantités minimales et maximales à respecter. Faites bien attention lorsque vous composez vos recettes à les respecter. Elles sont normalement indiquées sur les fiches techniques des boutiques.

Photographie de différentes préparations de cosmétique maison que j'ai réalisé (shampoing solides, oleogel, masque avant shampoing, chantilly de karité, crème visage, nettoyant visage etc.)

Photographie de différentes préparations de cosmétique maison que j’ai réalisé (shampoings solides, oleogel, masque avant shampoing, chantilly de karité, crème visage, nettoyant visage etc.)

 

Quelle différence entre hydrater et nourrir ?

Une question de base de la cosmétique maison est : « quelle utilité je recherche pour mon produit ? »
Bien souvent, une confusion est là entre l’hydratation et la nutrition.

Un cheveu ou une peau peut être nourri·e mais être complètement déshydraté·e. On pense souvent qu’une peau grasse par exemple ne peut pas être déshydratée, alors que beaucoup le sont. Pareil pour les cheveux. Une chevelure électrique est par ailleurs souvent synonyme de déshydratation.
L’hydratation passe évidemment par la consommation d’eau en interne, celle de fruits, et de légumes, mais aussi par les soins effectués et les agents hydratants utilisés.

Nourrir sa peau est donc différent puisqu’il s’agit de lui fournir des lipides, permettant de reconstruire la barrière protectrice naturelle de la peau. Ce sont principalement les peaux sèches qui ont besoin d’être nourries, et d’autant plus en hiver où les agression quotidiennes sont multiples (froid, vent, air sec, pluie etc.)

Qu’il s’agisse de la peau ou des cheveux il est essentiel de penser à l’hydratation et à la nutrition quand on réalise des soins.

Les différents types de peaux et de cheveux

Chaque peau et chaque chevelure est différente. Un soin qui fonctionnera très bien chez quelqu’un peut n’avoir aucun effet sur quelqu’un d’autre. Cependant, on peut distinguer plusieurs types de peaux et de cheveux, qui peuvent nous aider à adapter nos soins à notre corps.

On distingue quatre types de peaux :
– peau grasse,
– peau mixte,
– peau normale,
– peau sèche.

Les peaux grasses ou mixtes produisent un excès de sébum, contrairement aux peaux sèches. Cependant, contrairement aux idées reçues, elles ont besoin d’être nourries avec des huiles spécifiques, pour rééquilibrer la fabrication de sébum de la peau.
Pour définir son type de peau il vaut mieux consulter un dermatologue.

Concernant les soins capillaires, il est préférable de connaître la porosité de son cheveu. Des cheveux poreux vont facilement laisser absorber les agents hydratants qu’on leur offre, mais l’hydratation va s’évaporer tout aussi facilement, contrairement aux cheveux moins poreux qui absorbent moins facilement, mais du coup gardent l’hydratation plus longtemps.

La porosité du cheveu dépend de l’ouverture des écailles de celui-ci.

Il existe un test simple pour déterminer la porosité de ses cheveux. Il suffit de prendre une mèche de cheveux propre et sèche (aucun produits ne doit être présent sur le cheveux). Il n’est pas nécessaire de se couper une mèche, les cheveux qui sont sur votre brosse suffisent, à condition évidemment que vous n’ayez utilisé aucun soin après-shampoing. Ensuite, on dépose cette mèche sur de l’eau, dans un verre. Si la mèche reste à la surface, c’est que le cheveu a une faible porosité, si elle stagne au milieu du verre, la porosité est moyenne, et si elle coule, la porosité est forte.

Si la porosité du cheveu est faible, il faut ouvrir les écailles du cheveu au maximum pour les soins. Le mieux dans ce cas est la chaleur. Il suffit de faire poser son masque en ayant recouvert son crâne de cellophane, puis d’une serviette préalablement chauffée. Il est aussi conseillé d’utiliser des ingrédients au PH basique, comme le bicarbonate de soude, et d’utiliser certaines huiles plutôt que d’autres (préférer par exemple l’huile de jojoba ou de chanvre au beurre de karité, qui est trop lourd).

Pour les cheveux à forte porosité, il faut au contraire refermer les écailles pour sceller l’hydratation. Il est donc conseillé de rincer ses cheveux à l’eau froide et d’utiliser des ingrédients au PH acide (notamment des lotions de rinçage à base de vinaigre de cidre ou de jus de citron). Les soins protéinés aident aussi pour ce type de cheveux.

Au delà de la porosité, on distingue les cheveux gras ou secs, et sachant que vos racines peuvent être grasses et vos pointes sèches. En général, les racines et cheveux gras sont du à une irritation et un déséquilibre du cuir chevelu. Les produits du commerce ont tendance à être agressifs et décaper pour soit disant régler le problème, alors qu’en réalité ces cheveux ont besoin de soins doux et rééquilibrants. Les cheveux secs ont besoin d’être fortement nourris et hydratés.

Les produits de base

Photographie de différentes huiles et beurres que j'utilise

Photographie de différent·e·s huiles et beurres que j’utilise.

Les huiles et beurres

Les huiles et beurres sont des produits nourrissants. Selon son type de peau ou de cheveux, il n’est pas préférables d’utiliser les mêmes. Il est dans tous les cas préférable d’utiliser des huiles bio, extraites à froid, en première pression.

Comédogénicité des huiles

Certaines huiles sont comédogènes, et sont donc à éviter pour les peaux acnéiques car elles peuvent entraîner des boutons.
Il existe un indice de comédogénicité qui permet de savoir si oui ou non l’huile est comédogène. L’indice va de 1 à 5. Pour les peaux comédogènes, il est conseillé d’utiliser des huiles à 0 ou 1 voire 2. Les indices 3 et 4 étant comédogènes et l’indice 5 très comédogène.

Les huiles de noisette, jojoba ou encore de chanvre sont très conseillées pour les peaux grasses ou à imperfections (indice 0). L’huile de nigelle aussi, même si elle peut être comédogène chez certaines personnes, d’où son indice 1. Il faut aussi faire attention car l’huile de nigelle contient naturellement de l’huile essentielle.

L’huile de coco est par exemple comédogène, tout comme l’huile de lin ou le beurre de cacao.
Il existe de nombreux tableaux regroupant les indices de comédogénicité, que vous pouvez trouver facilement sur internet.

Propriétés spécifiques

Avant de choisir une huile, il est évidemment préférable de regarder ses différentes propriétés. Certaines huiles seront mieux adaptés que d’autres pour certains soins.

Concernant la pousse des cheveux par exemple, les huiles de ricin et de moutarde sont très efficaces. Pour les cheveux très secs il est conseillé d’utiliser de l’huile d’avocat ou de germes de blés ou encore du beurre de mangue. Les huiles de jojoba ou de nigelle aident quant à elles à rééquilibrer le cuir chevelu. L’huile de brocolis aide à discipliner et lisser le cheveu pour éviter les frisottis par exemple. Et pour les cheveux crépus, on conseille l’huile de coco et le beurre de karité.

Personnellement, j’utilise énormément l’huile d’olive et l’huile de coco, que mes cheveux apprécient énormément, et qui m’évitent de faire trop d’achats supplémentaires.

Vous pouvez retrouver un dossier complet sur les huiles à utiliser en soin capillaire sur le site d’Aromazone.

Pour les soins de la peau, l’huile de rose musquée est par exemple efficace contre les vergetures et les cicatrices récentes, l’huile de carotte donne un effet bonne mine et rééquilibre la peau.

Pour les peaux sensibles, qui rougissent vite et sont sensibles aux agressions du quotidien, le macérat de calendula est très efficace, ainsi que l’huile d’amande douce. Les peaux matures quant à elles apprécieront les soins avec de l’huile de rose musquée ou de l’huile de bourrache.

Ceci est un aperçu très succinct de différentes huiles, mais il serait possible d’écrire un article très long sur le sujet. N’hésitez donc pas à approfondir et à regarder les propriétés de chaques huiles, il y en a des dizaines !

Les agents hydratants

Il existe de nombreux agents hydratant assez simples à trouver et à utiliser :

  • le miel et le sirop d’agave font partie de ceux que l’on retrouve le plus souvent. Il est notamment intéressant de savoir que le miel possède, en plus de ses propriétés hydratantes, des propriétés lavantes. Il est donc par exemple possible de se laver le visage uniquement avec du miel que l’on étale et que l’on rince à l’eau ;
  • le lait d’avoine, qu’il est possible de réaliser soit même simplement et à moindre coût, est aussi un excellent ingrédient de cosmétique ;
  • la compote de pomme est aussi très efficace, tout comme la purée de banane. Pour la banane, elle peut cependant être très difficile à rincer si elle n’est pas bien mixée, ou s’il reste le coeur du fruit ;
  • l’avocat est aussi très bons pour les cheveux secs. Il est gras, hydratant, et plein de vitamines. Réduit en purée, il peut s’incorporer facilement à un masque maison ;
  • les yaourts sont aussi excellents pour le visage, notamment pour les peaux acnéiques, mais aussi en masque sur les cheveux. Veillez cependant à ne pas le laisser trop longtemps, sous peine de sentir très mauvais ;
  • le gel d’aloe vera est aussi un des produits les plus efficaces pour l’hydratation, on peut notamment l’utiliser comme crème pour le visage, en en ayant préalablement mélangé au creux de sa paume avec une goutte d’huile végétale. Ce gel est directement extrait des feuilles d’aloe vera. On peut le trouver tout prêt ou en poudre, ou on peut l’extraire soit-même si on a un aloe vera bio chez soi;
  • le gel de lin, très économique si on le fabrique soi-même, il peut-être utilisé comme le gel d’aloe vera, et il entretient très bien les boucles !
  • dernier exemple : la glycérine végétale. Elle est aussi très utile, veillez cependant à ne pas dépasser la dose maximale sous peine de donner un effet inverse !

Les soins protéinés

En plus des soins hydratants et nourrissants, il faut aussi penser à l’apport en protéines pour vos cheveux notamment.
Quand on parle de soins protéinés, on pense très vite aux œufs. En effet, les œufs sont un soin protéiné par excellence pour les cheveux. Ils les renforcent, les hydratent et ont en plus des propriétés lavantes. Attention, si vous utilisez des œufs, rincez à l’eau froide sinon vous vous retrouverez avec une omelette sur la tête !
Les protéines de soie sont aussi très appréciées sur les cheveux.
Cependant, il est aussi possible de trouver des alternatives vegan, en ajoutant par exemples à vos soins de la spiruline, de la phytokératine, des protéines de riz ou encore de la farine de pois chiche.

 

Photographie de poudre d'Orange

Photographie de poudre d’Orange

 

Les poudres

Tout comme pour les autres ingrédients, il existe des dizaines de poudres différentes. A chacun·e de trouver celle qui lui convient.

Les argiles

Naturellement riches en sels minéraux, les argiles ont de grandes propriétés purifiantes. On peut les ajouter à des préparations, ou les utiliser en cataplasme. Il est aussi possible de se laver avec de l’argile, en l’ayant préalablement mélangée à de l’eau tiède, pour en faire une pâte qu’on laisse poser quelques minutes sur la peau ou les cheveux avant de rincer. Les argiles blanche et roses sont conseillées pour les peaux sensibles, car moins agressives que l’argile verte par exemple, qui elle est conseillée pour les peaux mixtes et grasses. Il existe aussi de l’argile jaune, rouge, violette etc. Une autre argile très appréciée en cosmétique maison est le Rhassoul, qui provient du Maroc. Le Rhassoul a un pouvoir lavant exceptionnel, et permet notamment de se laver le corps et les cheveux sans causer d’irritations et en préservant le film hydrolipidique de la peau. Pour cela, il suffit de mélanger du Rhassoul avec de l’eau chaude, comme n’importe quelle autre argile. Je rajoute personnellement un peu de sirop d’agave dans le mélange, cela permet de rajouter une action hydratant et apaisante.

Les poudres de plantes lavantes

Certaines poudres de plantes ont des propriétés lavantes. Vous pouvez donc les utiliser en shampoing, mélangées à de l’eau chaude. Le Shikakai est une des plus connues. Riche en saponines végétales, elle nettoie les cheveux et le cuir chevelu sans agression. Cette poudre indienne stimule aussi la pousse des cheveux, et lutte contre les pellicules. Pour l’utiliser, il faut la mélanger à de l’eau bouillante, appliquer le mélange sur les cheveux, laisser poser 3 minutes, et rincer en massant le cuir chevelu. La poudre de Sidr est une autre poudre lavante, qui fonctionne aussi très bien et aide à lutter notamment contre les démangeaisons cutanées. On peut l’utiliser sur les cheveux comme sur le corps.

Les poudres ayurvédiques (poudres de plantes issues de l’Ayurvéda, médecine et philosophie indienne) ont tendance à assécher le cheveu. Il est donc conseillé d’ajouter un ingrédient hydratant à votre shampoing, comme du miel ou du sirop d’agave. Vous pouvez aussi ajouter quelques gouttes d’huiles essentielles ainsi que des poudres de plantes non lavantes (voir ci dessous) ou d’autres actifs.

Les poudres de plantes non lavantes

Il existe des dizaines de poudres de plantes dont les propriétés sont très différentes. Voici mes favorites :

  • la poudre d’Orange est très appréciée des peaux mixtes pour ses propriétés tonifiantes et astringentes (qui resserrent les pores de la peau), elle est aussi utilisée dans les soins capillaires, où elle apporte de la brillance et de la souplesse aux cheveux ;
  • la poudre de Guimauve permet un démêlage plus facile, et calme les irritations. Elle permet aussi de donner une texture plus épaisse, presque gélatineuse, aux soins, ce qui facilite leur application ;
  • la poudre d’Ortie aide à calmer les démangeaisons du cuir chevelu, et permet de renforcer la pousse ;
  • la poudre de Pivoine apaise les cuir chevelus irrités ;
  • la poudre de Neem permet de lutter contre les pellicules, et aide à rééquilibrer les peaux grasses.

D’autres poudres, que je n’utilise pas encore, sont aussi très recommandées :

  • la poudre d’Amla qui lutte contre la chute des cheveux et les imperfections de la peau ;
  • la poudre d’Hibiscus, qui permet de fortifier le cheveu et de stimuler la pousse. Elle aide aussi lors des colorations de ton acajou ;
  • la poudre de Kapoor Kachli stimule aussi la pousse et fortifie les cheveux ;
  • la poudre de Bardane apaise les démangeaisons, lutte contre la chute des cheveux et stimule le cuir chevelu ;
  • la poudre de Tépezcohuite aide régénérer la peau, notamment en cas de traces de brûlures, de cicatrices, ou de vergetures ;
  • le Henné est aussi un soin d’exception, qui peut aussi être utilisé en coloration. Attention au choix de votre henné, il ne doit pas contenir de sels métalliques. Si c’est le cas, ne faites pas de (dé)coloration après l’avoir appliqué.

Les huiles essentielles

Les huiles essentielles peuvent être utilisée de différentes manières. Nous parlerons ici uniquement de l’utilisation en cosmétique.
Comme pour les plantes, il existe des dizaines d’huiles essentielles. Comme pour le reste, une huile essentielle qui a un résultat parfait sur quelqu’un ne fonctionnera pas forcément pour vous. Il faut prendre le temps de trouver les ingrédients qui nous conviennent.

On peut cependant citer quelques huiles essentielles qui reviennent régulièrement dans les préparations :

  • l’huile essentielle d’Arbre à Thé (tea tree) qui permet notamment de lutter contre l’acnée, ou encore les mycoses. Naturellement purifiante, elle peut être appliquée directement sur la peau, localement, à l’aide d’un coton tige ;
  • l’huile essentielle de Lavande est apaisante et aide à la cicatrisation, elle est aussi antiseptique et lutte contre les poux ;
  • l’huile essentielle de Palmarosa est utilisée pour les déodorants et les soins des pieds, pour ses propriétés fongicides et bactéricides ;
  • l’huile de Cèdre Atlas s’utilise notamment dans des soins anti-cellulite ou contre les pellicules ou la chute de cheveux ;
  • l’huile essentielle de Citron est conseillée pour les peaux grasses (attention elle est photosensibilisante) ;
  • l’huile essentielle de Menthe poivrée est utilisée dans les soins dentaires, puisqu’elle lutte contre la mauvaise haleine, elle soulage aussi les démangeaisons ;
  • l’huile essentielle de Géranium lutte contre les vergetures, et s’utilise dans les soins de la peau pour ses propriétés astringentes ;
  • l’huile essentielle d’Ylang Ylang redonne de la brillance aux cheveux et tonifie la peau ;
  • l’huile essentielle de Bay Saint-Thomas lutte contre la chute des cheveux, encourage au contraire leur pousse, et aide à lutter contre les pellicules ;
  • l’huile essentielle de Bois de Rose qui est cicatrisante et régénérante ;
  • les huiles essentielles de Camomille aident à apaiser les irritations ;
  • l’huile essentielle de Sauge Sclarée stimule la pousse des cheveux, freine leur chute, et aide à lutter contre les cheveux gras et les pellicules.

Vous pouvez aussi retrouver ces propriétés dans les hydrolats, ou eaux aromatiques, des mêmes plantes. Les hydrolats peuvent s’incorporer dans des recettes ou êtres utilisés tels quels comme lotion.

D’autres ingrédients

Photographie de quelques uns des actifs que j'utilise

Photographie de quelques uns des actifs que j’utilise.

Les actifs cosmétiques

Il existe plusieurs actifs cosmétiques qu’il est possible de rajouter aux préparations.

Des actifs hydratants comme l’acide hyaluronique (qui est aussi conseillé dans les soins anti-âge), l’allantoïne, l’urée, les laits en poudre (ânesse, jument) etc.

Des actifs pour les peaux à problèmes et imperfections comme l’acide salicylique, l’algo zinc, le bacti pur, le charbon végétal activé, ou les peaux ternes comme la poudre de perles d’eau douce, les AHA (qui agissent aussi sur les tâches cutanées).

On trouve aussi des actifs réparateurs, pour les cicatrices et vergetures par exemple, comme l’extrait de Sang du Dragon.

On peut aussi renforcer la pousse des cheveux, avec le Maca vital entre autres.

Il existe des dizaines et des dizaines d’actifs différents, n’hésitez pas à chercher de votre côté, ou à demander aux différentes communautés pour être conseillé·e·s.

Les tensioactifs

Les tensioactifs sont principalement des agents lavants. Les tensioactifs sont composés de différentes molécules, dont certaines sont hydrophiles, d’autres lipophiles, ce qui permet au produit d’interagir avec l’huile et l’eau. En résumé, le tensioactif permet de modifier la tension superficielle entre les surfaces. On utilise principalement des tensioactifs détergents en cosmétiques, pour enlever la saleté, mais il existe aussi des co-tensioactifs permettant de rajouter de la viscosité au produit, ou de donner un effet moussant plus important, ainsi que des tensioactifs qui permettent de changer les textures.

Les tensioactifs sont donc essentiels dans les soins lavants.
Il existe plusieurs catégories de tensioactifs, certains sont plus agressifs que d’autres. Il est notamment recommandé d’éviter ceux à base de sulfate, et de privilégier les non ioniques.
Pour les shampoing solides notamment, on conseille beaucoup le SCI (dérivé de l’huile de coco) qui est le plus doux, mais selon les recettes on peut en retrouver d’autres. Certaines fois ils sont interchangeables, mais attention avant de modifier une recette. Certains tensioactifs s’utilisent uniquement avec d’autres, pour rajouter par exemple de la viscosité ou un effet moussant.

Il existe aussi des tensioactifs qui ne sont pas destinés à laver, mais par exemple à créer des émulsions, ou à disperser une phase dans une autre. Dans tous les cas, renseignez-vous bien sur les propriétés et les modes d’utilisation des tensioactifs avant de les utiliser.

Vous pouvez trouver un article plus complet sur ce sujet ici.

Les conservateurs

Si votre préparation possède une phase aqueuse, et qu’elle n’est pas à utiliser entièrement tout de suite, il faut penser à ajouter un conservateur. Il en existe plusieurs sortes, mais le plus souvent on vous recommandera d’utiliser du Cosgard.
Si votre préparation contient des huiles fragiles, vous pouvez en améliorer la conservation en rajoutant de la vitamine E, qui ralentit le rancissement. Mais pour la plupart des huiles ce n’est pas utile.

Quelques recettes basiques

Masque avant-shampoing adaptable

Avant le shampoing je laisse poser entre 30mn et plusieurs heures le masque suivant :

  • 2 grosses cuillères à soupe de miel (ou de sirop d’agave)
  • 2 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 1 blanc d’oeuf (ou un jaune si vous avez les cheveux très secs)

La texture se fluidifie rapidement sur la tête, il est donc plus agréable de rajouter de la poudre d’Orange, ou de Guimauve par exemple. On peut aussi ajouter 3 gouttes d’une huile essentielle de son choix, ou un actif comme de la provitamine b5 par exemple, qui apportera de la force et de la brillance au cheveu.

Ce masque hydrate et nourrit les cheveux et le cuir chevelu. C’est ce qui m’a aidé à calmer les démangeaisons du mien.
Le tout reste enveloppé dans un cellophane, sous une serviette chauffée au préalable, jusqu’au shampoing !

N’hésitez pas à mettre plus d’huile ou de miel, les quantités sont adaptables, la formulation dépend de vos cheveux.

Masque visage

Pour mon visage, je mélange en général deux cuillères à soupe de sirop d’agave avec une cuillère à soupe d’huile de jojoba, je rajoute ensuite de la poudre d’orange, ou de l’argile blanche mélangée à du charbon ou de la spiruline. Si la texture est difficile à appliquer, je rajoute de l’hydrolat.
Je trouve que l’huile et le sirop d’agave seul·e·s donnent une texture trop liquide, et un masque qui passe son temps à couler de mon visage a tendance à m’énerver.
Vous pouvez donc adapter facilement cette recette en utilisant les huiles, hydratants et plantes qui vous conviennent le mieux !

Démaquillant bi-phasé

Il n’est pas compliqué de réaliser un démaquillant, vous avez pour ça besoin d’une huile et d’un hydrolat, à raison d’une moitié de l’un et d’une moitié de l’autre, mélangés dans un flacon. Vous pouvez aussi rajouter du conservateur Cosgard pour le conserver plus longtemps.
Sachez qu’il est aussi tout à fait possible de se démaquiller uniquement avec de l’huile, à condition de bien nettoyer sa peau après, à l’aide d’un savon doux et/ou d’une éponge Konjac.

Oléogel

Un oléogel est un mélange d’huile et de gel d’aloe vera ou de lin. Il est important de ne pas dépasser plus de 30% d’huile dans votre mélange, sinon il va déphaser et sera difficilement utilisable.
Pour les peaux mixtes et grasses, on conseille 10%, maximum 15% d’huile végétale dans la préparation.

Une fois que vous avez défini votre pourcentage d’huile et de gel hydratant, vous pouvez rajouter des actifs, une flagrance ou un extrait aromatique, sans oublier le Cosgard pour conserver la préparation.

Il est conseillé de ne pas ajouter plus de 10% d’actifs dans une préparation. Le poids des actifs ajouté est à déduire de celui de l’aloe vera/gel de lin. Pour rappel, le pourcentage est calculé sur le poids total.

Pour une peau grasse ou mixte par exemple, on peut compter :

  • 5 g d’huile végétale de Jojoba
  • 5 g d’actifs
  • 0.3 g de Cosgard
  • 39,7 g de gel d’aloe vera ou de lin

Mélangez tout et mettez la préparation dans un flacon désinfecté au préalable. Vous pouvez vous en servir comme crème de jour par exemple, après application d’un hydrolat, ou comme soin après shampoing sans rinçage sur vos cheveux essorés après la douche. Tout dépend des actifs que vous décidez d’y ajouter.

Chantilly de karité

La chantilly de karité permet de créer un produit nourrissant, à la texture crémeuse, qui pénètre plus facilement dans la peau que le beurre de karité pur.

Voici la recette que j’utilise.

Sachez qu’il est possible de modifier la recette au niveau des huiles “liquides”, mais que si vous remplacez la coco, la texture risque d’être différente puisque celle-ci est solide en dessous de 25°C.

Shampoing solide

Comme pour les autres préparation, le shampoing solide permet de personnaliser complètement les ingrédients selon ce que l’on recherche.
J’utilise personnellement cette recette, avec de la poudre de pivoine et de guimauve, du miel, de l’huile d’olive.
Je rajoute de temps en temps un peu d’huile essentielle de patchouli.

Si le shampoing est trop agressif, vous pouvez essayer de baisser le pourcentage de tensioactif. Cependant, attention car sans tensioactifs le shampoing ne va pas laver.

Et voilà c’est tout pour aujourd’hui. La cosmétique maison regorge de possibilités pour tous·tes, n’hésitez pas à essayer !

Pour aller plus loin

Le site La Vérité sur les Cosmétiques, qui permet notamment de faire une recherche sur les composants des produits tout prêts que vous utilisez.

Quelques blogs :

Mamzelle Mie
Comessence Bio
Potions et chaudron
BiotyTips
Sa ravissante Beauté 
Les Cosmétiques de Lilith
BeautyBox Addict

Quelques groupes facebook sur la cosmétique maison :

Aroma-Zone addicts
Aromazone : Tambouilles et infos santé naturelle
Beauté Vegan et Naturelle

Où acheter ses ingrédients :

Tout d’abord, n’hésitez pas à vous renseigner sur les producteurs locaux autour de chez vous, on peut notamment trouver des distilleries d’huiles essentielles ou d’hydrolat à côté de chez nous !
La plupart des ingrédients sont trouvables en grande surface, ou en magasin bio.
Vous pouvez aussi passer commande sur internet, voici une petite liste de différents sites qui peuvent être intéressants :

  • AromaZone : c’est le « géant » de la cosmétique maison. On y trouve énormément de produits, et le rapport qualité/prix est correct. Cependant, si vous cherchez des ingrédients d’excellente qualité, ce n’est pas l’endroit. Il s’agit plutôt ici de produits abordables, donc de bonne qualité mais sans plus. C’est une bonne base pour les débutant·e·s notamment, vous y trouverez des kits tout prêts, ainsi que des livres, et des recettes ;
  • Dans Ma Nature : une plus petites boutique où vous retrouverez des ingrédients, des flaconnages, des recettes. Il existe aussi une page facebook correspondante, gérée par la propriétaire ;
  • Henné Paradise : où vous trouverez un grand choix de poudres, mais pas que !
  • Ma Planète Beauté
  • Hennés et soins d’ailleurs : boutique souvent recommandée pour la qualité de ses poudres ;
  • Le Jardin de Lilith : que je vois aussi régulièrement recommandée
  • La Ferme de Saussac : une petite entreprise drômoise qui fabrique des huiles essentielles, des hydrolats et des macérats de plantes notamment.

En tous cas, n’oubliez pas que vous pouvez commencer avec ce qui se trouve déjà chez vous, il n’est pas forcément nécessaire d’investir énormément pour voir des résultats. Des ingrédients comme le miel, le vinaigre de cidre, les huiles utilisées en cuisine, le sirop d’agave, les graines de lin ou de chia, le marc de café, les fruits, les tisanes, et plein d’autres, possèdent déjà des propriétés intéressantes, et vous évite de cumuler les achats !