Abonnez-vous à Ash Hardell ici.

au secours….. les étiquettes nous embrouillent.

[INTRO]

Ash: Je vais être plutôt ouvert.e par rapport au fait que je suis moyennement alcoolisé.e là tout de suite
Alayna : Je suis pas – enfin je suis aussi pas alcoolisée.
Ash : Je suis moyennement alcoolisé.e. Santé !
Alayna : Santé !

[ECRAN TITRE]

Une discussion sur la bisexualité et tous ses noms…

[VIDEO]

Ash : Assurons-nous que l’audio est en train de s’enregistrer.
Alayna : (murmure) Hey. Hey.
Ash : (murmure) Hey.
Alayna : (murmure toujours) Hey. Est-ce que vous aimez l’ASMR?
Ash : (ronronne)
Alayna : Attends je sais ronronner ! (ronronne)
Ash : (murmure) C’est terrifiant.
Grace, derrière : Vous êtes de supers bon.ne.s youtubeureuses.
Alayna : Toujours ! Attends j’ai pas fais ça depuis des années.
Ash : Nooooon
Alayna : (ronronne)
Ash : Oh en fait c’est bien. Tu sais ce qu’est une trille uvulaire ? C’est quand tu prends ton uvule – tu sais ce que c’est ton uvule [ndlr: la glotte] – et littéralement tu
Alayna : C’est de là que viennent les petites filles.
Ash : Non ! Okay donc après tu la roules comme si tu roulais ta langue, mais au lieu de faire “rrrrr !” tu fais “hrrrr”.
Alayna : Hein.
Ash : Comme un pigeon ! (roucoule)
Alayna : Oh mon dieu j’adore ça ! (roucoule) Oh mon dieu je l’ai fais ! Cette vidéo commence bien olala.
Ash : On va l’appeler “trilles uvulaires”.

[ECRAN TITRE]

Trilles uvulaires.mp4

[VIDEO]

(clap!)

Alayna : C’était pas mal wow.
Ash : Okay Alayna.
Alayna : Hey.
Ash : Du coup… Quand on parle de mots rattachés à l’identité…
Alayna : Oh du coup on n’introduit pas la vidéo? On dit pas “bienvenue, tout ça”?

[ECRAN TITRE]

Oups.

[VIDEO]

Ash : Oh je sais pas hein. C’est Alayna, je pense que vous l’avez déjà vu ici.
Alayna : Ouais je traîne parfois dans le coin.
Ash : C’est moi, læ propriétaire de la chaîne.
Alayna : C’est la chaîne de Ash.
Ash : Les pieds de Grace sont juste là.
Alayna : Bouge tes pieds. Ouais ! On va parler de…
Ash : Des mots. Ceux rattachés à l’identité.
Alayna : Ah oui!
Ash : On va parler de quand les mots rattachés à l’identité créent potentiellement une invisibilisation de la bisexualité. MAIS nous aimerions quand même souligner que ce sont nos opinions. Nous sommes seulement deux personnes qui s’identifient en tant que bisexuel.le.s, et nous ne parlons pas –
Alayna : Et donc nous faisons les règles pour toustes celleux qui s’identifient en tant que bi.e.s.
Ash : Oui nous sommes les président.e.s de la bisexualité.

[ECRAN TITRE]

Maintenant vous le savez.

[VIDEO]

Alayna : Tout à fait. Donc prenez tout ce que nous disons comme des faits qui s’appliquent à toutes les personnes bies.
Ash : Ne soyez pas critiques, n’utilisez pas votre propre raison, soyez un rongeur !
Grace, derrière : J’ai plusieurs problèmes avec cette vidéo.

[ECRAN TITRE]

Pourquoi, Grace ?

[VIDEO]

Ash : Bon soyons sérieuxes.
Alayna : Oh j’allais – j’allais demander, est-ce que l’un des problèmes la trille uvulaire ? (Iels roucoulent) Mais c’est ma langue qui fait ça, c’est pas ta langue qui fait ça?
Ash : Regarde ma langue meuf.
Alayna : Oh mon dieu !
Ash : C’est mon uvule.
Alayna : Comment tu…
Ash : Je suis un pigeon. Je suis bi.e. Moitié humain.e, moitié pigeon.

[ECRAN TITRE]

RoOoOoOu.

[VIDEO]

Ash : Ce dont on devrait peut-être parler c’est ce qu’être bi.e signifie pour nous.
Alayna : Ah.. oui.
Ash : Comment est-ce que l’on définit le mot bisexuel.le ?
Alyna : Pour moi, la bisexualité signifie.. C’est toujours deux. Il y a deux groupes de personnes vers lesquels je suis attirée. Mais ces deux groupes sont les personnes de mon genre et les personnes des autres genres.
Ash : Et je partage cette définition. Maintenant… Regardons y d’un peu plus prêt. Est-ce que ça a besoin d’être un parfait 50/50 ? Eh ?
Alayna : (rit) Tout ça parce que je suis canadienne…

[ECRAN TITRE]

Blagues sur les canadiens !

[VIDEO]

Alayna : Non, pas du tout. De par mon expérience, ça l’est. Je suis également attirée par les hommes, les femmes, les personnes non-binaires. C’est très égal, mais ce n’est pas du tout le cas pour toutes les personnes bisexuelles.
Ash : Donc je m’identifie personnellement en tant que bisexuel.le… Si je devais faire des pourcentages, parce que j’aime personnellement les pourcentages mais c’est pas pour tout le monde.
Alayna : Pas moi.
Ash : Cool ! Pourquoi ?
Alayna : Eh bien, je pense que la raison pour laquelle je ne les aime pas est que je me sens très égale entre tous les genres. Et du coup quand les gens me demandent “C’est quoi ton pourcentage ?” je leur réponds “100 % et 100 %”.
Ash : Ahhhhhhhhhh !

[ECRAN TITRE]

Meilleur point de vue !

[VIDEO]

Ash : J’aime beaucoup cette idée !
Alayna: Ouais ! Parce que cette idée de pourcentages, qu’un genre a ce pourcentage et qu’un autre a un différent pourcentage, ça donne l’impression qu’aimer un genre enlève ta capacité d’aimer un autre genre. C’est pas un jeu de soustractions, c’est pas parce que j’en aime un que j’aime moins l’autre. Et si j’en aime un plus fort, et que j’aime quelqu’un qui ne s’identifie pas à ce genre… Est-ce que c’est compréhensible ?
Ash : C’est ultra compréhensible ! Et je suis super content·e que tu dises ça parce que je suis sûr·e qu’il y a des personnes qui regardent qui ressentent la même chose.
Alayna : Et je dis pas que tu devrais pas utiliser de pourcentages pour te définir. C’est juste pour moi –
Ash : Ne me dis pas quoi faire.

[ECRAN TITRE]

Conflit !

[VIDEO]

Ash : Donc je dirais que sexuellement, je suis 60% – 40%. Je préfère légèrement les femmes. Romantiquement, je pense que je suis 90 % – 10 %. Du coup parfois je m’identifie en tant que “homo-romantique”.
Alayna : Ooooooh.
Ash : Donc ça veut dire que les bisexuel.le.s peuvent venir en plein de goûts différents !
Alayna : Surprise surprise ! On est pas toustes les mêmes !
Ash : Si tu ressens une connection avec le mot “bisexuel·le”, boom. T’es bi·e.
Alayna : Tu l’as fais. Bravo. On peut te badger.
Ash : Est-ce qu’on peut leur donner un… bi-five ?

[ECRAN TITRE]

Râté.

[VIDEO]

Ash : Maintenant vous savez ce qu’est un bi-five. Donc en parlant du fait de ne pas être toustes pareil.le.s, des fois les personnes s’identifiant en tant que bi.e.s utilisent des mots différents pour se définir.
Alayna : Okay, “bisexuelle”. Je l’adore. C’est celui avec lequel je m’identifie le plus souvent. “Pansexuel·le”. “Queer”. J’aime bien ce terme aussi.
Ash : Des fois ça devient compliqué quand on parle des personnes qui choisissent de ne pas s’identifier en tant que bi·e, quand d’une façon technique iels coincident avec ce terme…

[ECRAN TITRE]

Donc, par exemple, les personnes qui disent…
“Oh, je suis pas bi·e… Je suis pan.”
“Je pourrais tomber amoureuxe de n’importe quel genre, mais je suis pas bi·e. Je suis [prénom].”
“Je préfère le terme queer.”

[VIDEO]

Ash : Parce qu’en utilisant ces autres termes, on pourrait dire que ces personnes contribuent à l’invisibilisation de la bisexualité. Qu’est-ce que t’en penses ?
Alayna : De quels mots tu parles ?
Ash : Est-ce que tu penses qu’utiliser le mot pansexuel·le et queer
Alayna : Oh ! Non.
Ash : Okay. Et par rapport à..?
Alayna : Nan franchement je pense pas. Je pense que tu devrais t’identifier au mot qui te correspond le mieux !
Ash : Pourquoi est-ce que certains termes correspondent mieux à certaines personnes qu’à d’autres ? Pourquoi est-ce que quelqu’un·e s’identifierait pan plutôt que bi·e? L’une des raisons est que le mot “bisexualité” a une grande histoire, qui est enracinée dans l’histoire des mouvements queers.
Alayna : Et il a une lettre. On a le B.
Ash : Oui ! Une représentation. Et il a une communauté réelle. Tu vas dans ton centre LGBT local, il y aura des ateliers, des groupes de soutien pour les personnes bies et pas forcément pour les personnes pan. Certaines personnes choisissent le mot “pan” car elles n’ont pas envie d’aller dans ces endroits, qu’elles ne les apprécient pas vraiment, mais la communauté pan est très active en ligne. Donc en fait il y a beaucoup de raisons pour qu’une personne se sente plus connectée à un mot qu’à un autre.

[ECRAN TITRE]

Donc, (tiré de mon livre, “The ABC’s of LGBT+”) :

Raisons pour lesquelles les gens utilisent “bi·e”:

– Parce qu’iels veulent combattre les stigmas liés au mot “bi·e”.
– Parce qu’iels veulent éradiquer l’invisibilisation de la bisexualité.
– Parce qu’iels se sentent simplement plus connecté·e·s au mot.
– Parce que c’est le premier mot qu’iels ont utilisé pour se définir et qu’iels sont plus habitué·e·s.
– Parce qu’iels ne sont pas attirés par tous les genres et donc pensent que “pan” ne serait pas juste.
– Parce que le public est plus habitué à “bi·e”. Cela nécessite moins d’explications que “pan”.
– Parce que le mot “bi·e” est gorgé d’histoire dont certaines personnes sont fières.
– Parce que les communautés bies sont plus souvent présentes dans les endroits LGBTQIA+ physiques. La communauté pansexuelle, de par sa nouveauté relative, est plus accessible en ligne.
– Parce que ça colle.

Raisons pour lesquelles les gens utilisent “pan”:

– Pour éviter les stigmas liés à la bisexualité.
– Parce que le genre ne joue pas un grand rôle dans leur attraction pour une personne. Iels prennent en compte le genre de celle-ci, mais ça ne les rend pas plus ou moins susceptibles d’être attiré·e par elle.
– Parce que le préfixe “pan” met en doute la binarité de genre.
– Parce que c’est un mot moins connu que “bi·e”. Cela attire l’attention des gens et commence des conversations sur la diversité sexuelle et amoureuse.
– Parce que ça colle.

[VIDEO]

Ash : Personnellement, je ne m’identifiais pas en tant que “bi·e” parce qu’il y avait tous ces mauvais stigmas autour du mot. Du coup on pourrait dire que tu étais en train de t’inspirer de la biphobie, ou bien que tu n’étais juste pas prêt·e mentalement à me coltiner ces stigmas. Tu étais peut-être toujours en train de faire ton coming out ! Et je pense qu’il faut être bienveillant·e par rapport à ça.

[ECRAN TITRE]

Cela va même au delà : “tu ne te dis pas bi·e ? tu fais de la biphobie !”

[VIDEO]

Alayna : J’aime “bi·e”, et je pense que c’est à cause de ce dont tu parlais par rapport à la représentation, parce que c’est plus facilement compris, et j’ai toujours eu cette pensée : “par définition je suis pan, mais je trouve que le mot “bi·e” me va mieux”. Et quand je me suis rendue compte que “bi·e” pouvait signifier mon genre et les autres genres, je me suis dis “oh beh voilà, c’est mon mot. Il me va.”
Ash : Et les gens oublient souvent que le mot “pan” a un stigma qui lui est attaché. Parce que quand j’ai fais mon coming out de pan, quelqu’un m’a dit “oh, tu es pansexuel·le? Donc… bi·e, mais dans un emballage prétentieux.”

[ECRAN TITRE]

Quel connard

[VIDEO]

Ash : Donc des mots différents ont des stigmas différents, et chaque personne a sa propre expérience avec l’un et l’autre, et des fois on ne choisit pas quel mot on préfère !
Alayna : Donc voilà mon problème. J’adore les étiquettes. Je pense que c’est génial. Personnellement, je ne m’intéresse pas au fait de débattre sur des petits détails concernant des étiquettes, parce que pour moi, si quelqu’un·e se sent connecté à une étiquette, et que c’est celle qu’iels veulent, qu’iels la prennent. Tu vois ? Je ne comprends pas les gens, ou la situation lorsque quelqu’un·e dit “oh, tu dis que t’es bi·e, MAIS…”
Ash : T’aimes pas la police des étiquettes ?
Alayna : Oui, peut-être.
Ash : Je suis d’accord ! Je ne pense pas que ce soit sain ! Je ne pense pas qu’on devrait s’occuper des identités des autres !
Alayna : Non.

[ECRAN TITRE]

C’est pas cool mec.

[VIDEO]

Ash : C’est plus ou moins la leçon à retenir de cette vidéo. Qui sommes-nous pour dire à n’importe qui comment iels devraient s’appeler ?
Alayna : Exactement. Je ne pense pas… Oh une autre chose à laquelle je pensais plus tôt, et je pense que certaines personnes ne seraient pas d’accord, je ne pense pas que ce soit le travail de chaque personne de combattre l’invisibilisation de la bisexualité. N’est-ce pas ? Donc si tu préfères utiliser pan parce que tu ne te sens pas à l’aise avec les stigmas attachés à la bisexualité, peut-être que ça nourrit l’invisibilisation de la bisexualité, peut-être, mais je ne pense pas que les gens aient l’obligation de la combattre. Mais en même temps, je sais que si personne ne prend cette responsabilité, alors rien ne changera jamais.
Ash : Je n’avais jamais pensé à ça. Et je pense que c’est très intéressant, et je suis d’accord.

[ECRAN TITRE]

Alayna est TELLEMENT INTELLIGENTE !

[VIDEO]

Alayna : Je pense que certaines personnes se sentent plus de le faire que d’autres.
Ash : Tu penses qu’il y aurait un moyen de trouver un juste milieu entre les deux ? Par exemple : “J’entends bien les raisons pour lesquelles tu t’identifies en tant que pansexuel·le, est-ce que tu penses que ces raisons pourraient venir du fait que tu as peur de l’étiquette de bi·e? Et peut-être que ce serait bien d’y réfléchir?” Mais est-ce que ce serait pas super paternaliste ?
Alayna : Non ! Parce que tu me l’as fait à moi.
Ash : Oh.

[ECRAN TITRE]

Oups…

[VIDEO]

Alayna : Non non non mais différement, avec le mot “queer”. La dernière fois qu’on s’est vu, j’ai dis que je n’étais pas à l’aise avec le mot “queer”, parce que je suis avec un homme, et je pensais que…
Ash : A cause de ton privilège de straight passing [ndlr: passer pour un couple hétérosexuel]..
Alayna : Exactement. Et j’avais donc l’impression de m’approprier ce terme. C’est ce que je t’ai dis, et tu m’as répondu exactement ce que tu viens de me dire. “Tu sais, peut-être que tu portes un peu de biphobie en toi”. Et tu me l’as dis de la façon la plus bienveillante possible.
Ash : Oh tant mieux.
Alayna : Et j’en parle parce que tu m’y as fait réfléchir, et maintenant je suis très à l’aise avec le mot “queer”.
Ash : C’est ce que j’allais dire, je t’entends toujours l’utiliser maintenant ! Et dans mon livre, tu disais que tu n’étais toujours pas à l’aise avec. Donc oui il y a eu un changement, c’est trop cool !
Alayne : Et c’est grâce au fait que nous avons eu cette conversation, et que tu m’as dis “peut-être que l’une des raisons pour lesquelles tu n’es pas à l’aise avec ce mot c’est une honte ou de la biphobie internalisée.” Ou quelque chose comme ça, et j’étais en mode WOW.

[ECRAN TITRE]

Ouais, une évolution !

[VIDEO]

Ash : Attaquons nous à deux trois autres mots qui pourraient convenir à la bisexualité. Donc pour ma part, je suis attiré·e par beaucoup de genres. Mais parfois, comme je suis marié·e à une femme, et que je m’identifie à homo-romantique, parfois, je m’approprie le terme “lesbienne” ou juste “gay”. Est-ce que tu pense que comme je suis bisexuel·le, ou pansexuel·le, quand je dis “lesbienne” ou “gay”, cela contribue à l’invisibilisation de la bisexualité ?
Alayna : Encore une fois… Je suppose ? Techniquement ? Mais ça ne me dérange pas.
Ash : Je me dis souvent que ça a beaucoup à voir avec le contexte de la conversation. Par exemple ma chaîne YouTube célèbre la bisexualité et a ce genre de conversations. Donc est-ce que tu penses qu’en fonction de la complexité de qui je suis, et de ce que je fais, j’ai le droit de me connecter avec d’autres étiquettes ? Lesbienne ou gay, quand ça colle avec ma personnalité ? Parce que j’aimerais quand même dire que je ne suis clairement pas biphobe.
Alayna : Je pense que c’est une question à poser à une lesbienne ou à une personne gay. Parce que moi, en tant que bisexuelle, je pourrais faire la même chose ! Si j’étais avec une femme, je pense qu’il y aurait des moments où je m’identifierais en tant que gay.
Ash : Parce que ce n’est qu’un mot !

[ECRAN TITRE]

Personne n’a à prendre les étiquettes trop sérieusement.

[VIDEO]

Ash : J’ai récemment réalisé une vidéo où je discutais du terme “hétéroflexible”. Et il y avait un débat dans les commentaires, durant lequel certaines personnes disaient que l’hétéroflexibilité, ou l’homoflexibilité – et je m’identifie en tant que romantiquement homoflexible, donc je pourrais faire partie du problème – contribuent à l’invisibilisation de la bisexualité.
Alayna : Je pense que ce sont des étiquettes fun pour quelqu’un·e qui explore sa sexualité. C’est comme ça que je verrais quelqu’un·e qui me dirait qu’iel est hétéroflexible.
Ash : Mais je ne suis pas en train d’explorer ma sexualité.
Alayna : Attends donc c’est quoi le mot que tu utilises ?
Ash : Romantiquement homoflexible. Je suis plus attiré·e romantiquement par les femmes, mais je suis flexible ! Je sortirais avec un mec, si c’était le bon. Enfin plus maintenant mais tu vois.
Alayna : Mais est-ce que c’est ce que les gens veulent dire quand iels disent qu’iels sont hétéroflexibles ?
Ash : Ouais ! Flexible signifie que que la majorité du temps je préfère X, mais parfois, rarement, il y a une exception.
Alayna : Hmmm. Je pense que ça dépend de la personne. J’aurais besoin de lui demander.

[ECRAN TITRE]

Personne n’a à prendre les étiquettes trop sérieusement.

[VIDEO]

Alayna : Le terme que j’ai le plus souvent rencontré est “bicurieuxe”, et pour moi c’est un terme de quelqu’un qui explore. “Oui, je suis curieuxe. Je suis en train d’explorer, de me chercher.” Et du coup quand j’entends hétéroflexibilité c’est un peu un équivalent. Mais peut-être qu’il y a une différence entre une personne qui dit “Je suis hétéroflexible car j’ai envie d’essayer” et une personne qui dit “Je suis hétéroflexible parce que je POURRAIS tomber amoureuse d’une femme”.
Ash : Oui je vois la différence. Parce que moi je POURRAIS être amoureuxe d’un homme. Je pense juste que parfois certaines étiquettes collent à certaines personnes pour des raisons inexplicables. Et parfois ces choses changent.
Alayna : Et parfois ces raisons apparaissent dans le temps. Parfois quelque chose colle et tu ne sais pas pourquoi.
Ash : Et des fois tu te dis “Boom, oui c’est parce que je porte en moi de la biphobie internalisée” ou tu pourrais te dire “Non c’est juste que ce mot me colle pas du tout à la peau !”

Alayna : Maintenant on va filmer une vidéo sur ma chaîne !
Ash : Ce sera sur la fluidité du genre et de la sexualité !
Alayna : Et est-ce qu’iels changent dans le temps?
Ash : NON.

[ECRAN TITRE]

Fin.