Salut les bourgeons !
Nous nous retrouvons en ce mois de février, mois « de l’amuuur ». Et oui, le 14 février c’est la Saint Valentin ! Je ne porte pas particulièrement cette fête dans mon cœur, trop commerciale et « niaise » à mon goût, et encore moins depuis que je connais son histoire (pour le moins dérangeante !)

L’histoire de la Saint Valentin

Extrait du livre : L’Herbier Érotique, Histoires et Légendes des Plantes Aphrodisiaques de Bernard Bertrand aux éditions Plume de carotte

 La fête de la Saint Valentin est l’exemple type du rite païen récupéré par l’Église chrétienne.  À Rome, chaque 15 février, avaient lieu les lupercales, fêtes dédiées au dieu Faunus Lupercus « Le loup », protecteur des troupeaux et bergers. Après avoir sacrifié un bouc, les prêtres (les luperques) découpaient dans sa dépouille des lanières. Munis de ces fouets sommaires, les serviteurs du culte parcouraient nus le palatin en frappant les femmes qu’ils croisaient afin de les rendre fécondes. Lors de la même cérémonie, les jeunes gens de la ville tiraient au sort le nom d’une jeune fille qui deviendrait ainsi leur partenaire de jeu pour l’année à venir. Les couples ainsi formés vivaient leurs premières expérience sexuelles, les lupercales étaient alors un rite de fertilité doublée de celui de la consécration des amoureux.

Le pape Gelasuis, en 496, réprouva les pratiques anciennes et décida  de les interdire. Mais celles-ci étaient si populaires qu’il dut rapidement renouveler le rite païen en lui offrant un nouveau visage. Il trouva alors en la personne de l’évêque Valentin le substitut idéal au dieu romain Faunus Lupercus.

Le jeune Valentin avait été béatifié pour s’être opposé à un édit de l’empereur Claudius II. Ce despote avait interdit le mariage, prétextant que celui-ci empêchait les hommes de devenir de bons guerriers.

Malgré l’interdiction, Valentin continuait de célébrer dans la clandestinité de nombreux mariages, il fut pour cela décapité le 2 février de l’an 270. Il devint alors le Saint protecteur des amoureux. La Saint Valentin a connu des hauts et des bas sur lesquels il serait long de revenir. […] mais on doit au commerce d’avoir redonné à la fête un souffle nouveau…

Néanmoins, je vois plutôt bien le fait de démontrer son amour à tou·te·s celleux qui nous entourent, et distiller des ondes positives autour de soi, sans forcément « être en couple » (et pour cela pas besoin attendre forcément un moment dicté par les boss de la com’)… Alors voici une alternative gratuite et surprenante (oui rien que ça) à la sempiternelle rose rouge, très chère à cette période, et parfois trop « officielle ».

Le lierre grimpant (Hedera helix)

Le lierre grimpant (Hedera helix)

Petites présentations

C’est le fameux lierre grimpant qui pousse absolument partout. Connu aussi sous le nom de bourreau-des-arbres ou Hedera helix de la famille des Araliacées.
La plante est ligneuse et persistante, rampante et grimpante. C’est une liane de feuilles trilobées coriaces, toujours vertes et brillantes, épaisses et parfois nervurées de blanc.
Ses feuilles sont épaisses et vertes foncées pour les plus anciennes

Différent type de lierre, grimpant le long d’une gouttière en ville, de nuit

Différent type de lierre, grimpant le long d’une gouttière en ville, de nuit

D’août à décembre, il produit de petites fleurs blanches qui fructifient, en petites baies vertes d’abord, puis grossissent et noircissent jusqu’en décembre/janvier, où elles sont les plus toxiques.

Fleurs et fruits du lierre

Fleurs et fruits du lierre

Son langage

Je commencerai cette fois par son langage et sa symbolique pour que vous compreniez où je veux en venir :
Le lierre a besoin d’un hôte pour se développer et s’épanouir (façades, arbres, poteaux, barrières etc), c’est lorsqu’il peut grimper et puiser l’énergie du soleil qu’il fleurit et fructifie. Si l’hôte est un arbre, l’épanouissement de l’un crée l’étouffement de l’autre. Le lierre l’enlace et l’enserre irrémédiablement par ses puissantes racines qui peuvent pousser plusieurs centaines d’années, ce qui lui confère le symbole de l’immortalité.
Son attachement au sens propre symbolise aussi bien l’amitié et l’amour fidèle.
Offert, il peut aussi signifier « je vous veux à tout prix » et envoyé à son amant·e c’est démontrer le désir de læ retrouver.
On dit aussi, que si vous cueillez une feuille les yeux fermés et la portez à votre cœur, vous verrez en songe votre prochain·e amoureux·se.
Sa devise, « je m’attache ou je meurs ! », est directement inspirée de la légende du Roi Arthur et de l’observation du développement de ses lianes. on sait que lorsque Iseult rejoint Tristan dans la mort ,un pied de vigne et un autre de lierre, inextricablement enlacés l’un à l’autre, poussent sur le lieu du drame.

Le prélever et le replanter

Vous pouvez replanter chez vous (même en jardinière) des lianes de lierres, il suffit de tirer sur une liane aux multiples racines, creuser un sillon dans la terre et y placer ces bouts de lierre. Recouvrez de terre, pressez fermement, arrosez et attendez que la magie opère… voici en un peu plus d’un an de pousse chez moi :

Lierre et petit chat

Lierre et petit chat

Les soins

Gardez le pied au frais et à l’ombre de préférence. C’est une plante très résistante qui demande très peu de soin, juste garder la motte humide et bien la tremper l’été si vous résidez dans une région chaude.

Usages

Le lierre grimpant est utilisé en usage externe principalement, car son usage interne est délicat en vue du dosage et du moment de la cueillette, on dit qu’il agirait contre l’inflammation des voies respiratoires. Malgré tout c’est une plante toxique et un surdosage ou l’ingestion des baies noires de la plante peuvent causer nausées, diarrhées, des troubles nerveux ou respiratoires.
Elle est réputée en usage externe pour ses propriétés hydratantes et raffermissantes.
La recette de cette huile magique tirée du livre La santé par les plantes de Mélanie Wenzel:

Ingrédients et ustensiles

  • 40 gr de feuilles de lierre grimpant séchées
  • 40 gr de feuille de lierre terrestre séchées
  • 20 gr de grande chélidoine séchée
  • 60 cl d’huile végétale de votre choix (olive, colza…)
  • 5 gouttes d’huile essentielle de romarin
  • 1 bocal à couvercle vissé de 50cl minimum
  • 1 casserole
  • 1 filtre à thé ou un entonnoir
  • 1 flacon teinté de 10 cl minimum

Recette
Mettre tous les ingrédients (SAUF L’HUILE ESSENTIELLE) dans le bocal avec l’huile, et faites chauffer dans la casserole au bain marie 15 minutes.
Retirer délicatement le bocal de la casserole et le laisser reposer dans un endroit chaud en le secouant régulièrement durant 3 jours.
Après 3 jours, vous pouvez la filtrer la mettre dans le flacon teinté, ajouter les gouttes de romarin et c’est prêt !
Massez vous avec en évitant le visage. Enjoy !

Voilà pour février, j’espère que cet article un peu plus long qu’à l’accoutumée vous a plu, que vous aurez appris plein de nouvelle choses et si vous avez des suggestions n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires.

A bientôt ami·e·s de la nature !