Un premier article très virulent. Quoi de mieux pour susciter la sympathie des gens qui me liront ?

Cet article est malheureusement nécessaire, car je vois beaucoup trop de ces pro-fems polluer nos luttes et s’en prendre aux féministes sur Twitter. Il est donc temps de laisser sortir la colère et de révéler à la lumière du jour ces hypocrites.

À noter

Profem est l’abréviation de pro-féministe.
À l’origine, le terme de pro-féministe n’avait rien de péjoratif, bien au contraire.
Si les hommes peuvent se reconnaître dans l’idéologie féministe, il est important politiquement de marquer la différence entre eux, qui ne sont pas concernés par le sexisme (au sens institutionnel), et les femmes et minorités de genre qui sont les premier·e·s concerné·e·s par le sexisme et qui ont créé le mouvement féministe pour s’émanciper.
Il est donc sémantiquement plus précis qu’un homme cisgenre se dise pro-féministe et non féministe, car en utilisant ce terme il reconnaît qu’il n’a pas la même place (“allié” vs “concerné”) et la même importance dans la lutte féministe.
Cependant, depuis quelques temps, on utilise l’abréviation “profem” de façon péjorative pour dénoncer les pro-féministes qui se cachent derrière leur soutien apparent pour éviter de se remettre en question ou d’admettre qu’ils peuvent faire partie du problème en perpétuant les oppressions sexistes.

 Une vision faussée du féminisme

Feminazi

Meme : « Brace yourselves, the feminazi is coming »,
Ned Stark dans Game of Thrones

Le pro-fem, c’est le cismec féministe, super déconstruit, militant pour le droit des femmes. Mais attention hein, si vous voulez qu’il se déconstruise et qu’il se rende compte de ses privilèges, ce sera à vous de faire de la pédagogie, parce que même s’il défend le féminisme, tout lui est dû. Après tout, il reste un homme. Il a bien sûr un féminisme très sélectif, votre féminisme doit respecter SA vision. Sinon il se désolidarise  immédiatement de votre cause, et vous traite d’extrémiste, de connasse, ou de tout autre nom destiné à vous rabaisser. La respectabilité de votre féminisme est extrêmement facile à trouver, s’il ne peut plus oppresser des femmes sans que vous ne veniez lui mettre le nez dans sa merde, alors bravo, vous gagnez l’étiquette de féministe extrémiste (peut aussi s’intituler Féminazie, Ultra féministe…)

 

 Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais

Ne vous laissez pas tromper par son engagement dans le féminisme puisque le pro-fem adopte un double discours. Il déteste les pubs se servant du corps des femmes, et pointera du doigts les gens ayant des réflexions sexistes, mais ne voit pas le problème à regarder des films réalisés par des violeurs, n’hésite pas à commenter la tenue d’une femme avec ses ami·e·s et reste bizarrement muet lorsqu’un de ses amis est accusé d’agression sexuelle ou encore de viol. D’ailleurs si vous commencez à pointer du doigt son double discours, ses réactions peuvent se montrer très diverses. Cela peut aller du discours habituel comme quoi vous ne vous battez pas pour les bons combats, et que vous n’avez vraiment rien compris, jusqu’à des choses beaucoup plus violentes comme des insultes, ou des menaces physiques. Il a beau défendre les femmes et critiquer le patriarcat, il ne voit pas pourquoi il ne pourrait pas frapper une femme. Drôle de vision de l’égalité.

 Not all men

Il est également un «Not all men» en puissance puisqu’il passe son temps à vous marteler que tous les hommes ne sont pas les mêmes, et que faire des généralités c’est mal, que vous faites du sexisme inversé. Le principe de non-mixité pour lui est quelque chose d’incompréhensible car le féminisme nous concerne tou·te·s selon lui, et que ce n’est pas comme ça que l’on obtiendra l’égalité. En effet le pro-fem est bouffi d’orgueil et ne supporte pas que vous puissiez vous passer de son aval ou de son avis.  Il vous demandera également sans cesse ce que le féminisme peut lui apporter, ce qu’il peut nous apporter à nous, premier·e·s concerné·e·s lui importe peu. Au fond, il n’est pas si différent de celleux qu’il fustige, incapable de penser qu’une femme puisse se débrouiller seule.  Le féminisme n’est là que pour lui apporter un peu de gloire, et s’il arrive à se servir de son discours féministe pour pouvoir mettre une fille dans son lit, c’est un plus non négligeable pour lui.

 Petit message à l’attention des pro-fems

Je vais donc finir en adressant un message à ces pro-fems qui soit disant se battent pour l’égalité. J’aimerai leur dire que nous n’avons pas besoin d’eux et de leur soutien à 2 vitesses, que ce n’est en aucun cas à eux de juger notre féminisme, de nous dire pour quel combat nous devons ou nous ne devons pas nous battre, et que notre combat n’a pas vocation à récolter des cookies, mais à nous permettre de vivre dignement. Parce que nous, quand nous nous battons pour le féminisme, nous ne récoltons ni encouragement ni récompense, juste des baquets de merde et du harcèlement. Alors toi le pro-fem, du haut de ta position bien confortable, j’aimerais te dire :

« ferme ta gueule et mêle toi de ce qui te regarde »