Les limites du harcèlement sexuel sont encore floues pour certain·e·s. Considéré comme plus anodin qu’une agression, il est aussi plus insidieux mais pas moins grave. Pour beaucoup (pour ne pas dire « pour les hommes »), dire « bonjour » à une inconnue dans la rue ne pose pas de problème en soi, c’est même quelque chose de flatteur. Agacée par ce genre de remarques, je tiens à démontrer, une fois pour toutes, en quoi il s’agit de harcèlement.

La suite sur le blog de DouxBidou.