Pour l’antiracisme politique, le racisme n’est pas un système de préjugés mais de privilèges. En France le scandale est alors inévitable: s’il y a privilège, il y a privilégiés, et il faut alors les appeler par leur nom: les blancs. Mais comment sortir par le haut du risque de division à l’infini entre causes ? La théorie de l’intersectionnalité politique me semble la piste à privilégier.

La suite sur le blog de l’auteur hébergé sur Mediapart.