Salut, j’suis une salope. Quoi? Tu ne peux pas être surpris
Quand tu as passé ma vie entière à décider que femelle = sexuelle
En troisième un homme m’a dit que j’avais des yeux de suceuse
Salut, je suis une salope. Mais qu’est-ce que ça veut dire
Je suis sale, moins pure, j’couche à droite à gauche bien sûr
Mais est-ce que c’est pas ce que tu désirais ?
Salut, j’suis une salope. Et la science dit le contraire
Mais ignorons l’anatomie et blaguons sur le fait que mon vagin est assez large pour
Toute une équipe de football, ou, même
Ton narcissisme
Mais personne n’est assez large pour ça

Tu penses qu’un orgasme pour toi c’est de l’oxygène pour moi
Comme si quand je te suçais j’aspirais la vie
Retrouvais mon âme à l’intérieur de ton ventre
Et un orgasme pour moi… Beh, bof. Si t’as le temps.
Et puisque tu peux pas le voir il existe probablement pas
De toutes façons je simulais sûrement, les femmes n’aiment pas le sexe de toutes façons
T’es presque sûr que le clitoris est juste un mythe
Du coup quand on parle de mon plaisir, tu t’en bats un peu les couilles
Sauf si je jouis comme un homme, dans ce cas je suis un fétiche

Ou si je suis vierge, ça fait aussi de moi un fétiche
Mais est-ce que ça veut pas dire que je suis prude?
Tout ce que je fais est une invitation à ta condamnation
Indépendamment de l’angle de la cambrure de mon dos
Marqué sur ton échelle de zéro à relâché
Et si j’avais appris n’importe quoi d’autre que
La façon de faire tomber mes cheveux délicatement sur ma poitrine
Ou comment rendre mes lèvres plus douces, plus comme un cimetière
Intouché, où les hommes mûrs viennent quand ils se sentent morts à l’intérieur
Ou comment rendre mon aura plus attirante, mais pas trop attirante
C’est ce que ferait une pute
J’te ferais dire que quand deux forces opposées se rencontrent elles s’annulent
Donc j’ai juste l’impression que tu veux pas que j’existe.

Je suis de la viande crue dans un abattoir
Emballée selon ce dont tu as envie ce jour-là
Je suis identifiée par mes cuisses et mes gémissements et mes soupirs
Même si tu n’arrêtes pas de me dire que je devrais même pas faire de bruit
« Ferme ta gueule à moins que je sois celui qui mette quelque chose à l’intérieur! »
C’est marrant, c’est celles qui pleurent qui sont les plus grosses putes
Ce sont les plus assoiffés de mon sang

Et mon amour ne commence à être important
À arrêter d’être une légende, un fantasme quand tu regardes du porno lesbien
Mais elles découvrent vite
Que tout ce qui leur manquait depuis tout ce temps, c’est ta bite
Tu essaies « d’expérimenter » comme « j’expérimente »
Comme un concours de science où le prix pour
Avoir assimilé mon individualité à ta bite
Est le fait d’avoir deux femmes dégoûtées par la façon dont
Ton haleine empeste le désespoir

T’as bien raison mon corps est un temple
Je suis la déesse pour laquelle il a été construit

Je suis la propriétaire
Et je peux laisser qui je veux vivre dedans

Salut, j’suis une salope et non, ça veut pas dire
Que je suis rien que de la chair à attraper
Avec tes mains tâchées de rouge
Que tu as stérilisé avec des excuses au cas où je crie
Comme ça quand ça arrive tu peux dire à tout le monde que
Salut, je suis une salope et non,
Ça veut pas dire que je suis rien
Que de la transpiration et des yeux de suçeuse
Salut, je suis une salope
Et non ça veut pas dire que je ne suis rien d’autre que la fille qui en demandait
Salut, j’suis une salope et non,
Ça ne veut pas dire que je suis rien du tout.