Nous continuons les interviews de YouTubeureuses avec Titi et Lulu, qui sont deux sœurs et avec Ophélie, qui est seule mais a deux chaînes !

Qui êtes-vous ? Décrivez-vous ainsi que vos chaînes YouTube en quelques mots.

Ophélie : Mon nom est Ophélie, je suis sourde profonde appareillée, j’ai 24 ans. Diplômée dans le métier du livre, je souhaiterais donc être bibliothécaire. C’est pourquoi ma chaîne Chroniqueuse Sourde s’appuie sur ma passion des livres et du cinéma et les vidéos sont toutes sous-titrées. À propos de mon autre chaîne qui date depuis plus longtemps Une Voix et des Signes, je mets en ligne des vidéos sur divers sujets où j’utilise la Langue des signes française mais étant donné que je parle en même temps que je signe, c’est du français signé. Je voulais faire découvrir cette belle langue et en même temps partager avec autrui des sujets qui m’intéressent (surdité, storytime, TAG, vlogs, conseils, etc.)

Titi : Je m’appelle Tiffanie et j’ai 24 ans. Je suis actuellement étudiante en conservation-préservation des biens culturels à Paris.

Lulu : Moi, c’est Lucie et j’ai 18 ans. Je suis en Terminale ST2S à Bordeaux et j’aimerais être infirmière pédiatrique ou psychologue. Nous sommes sœurs et sourdes profondes de naissance.

Titi : Suite à une discussion, nous avons créé cet été la chaîne YouTube TITI & LULU pour parler de la surdité de façon « pédagogique » mais avec de l’humour. Pour l’instant, nous avons fait sept vidéos.

Est-ce que l’étiquette de YouTubeuses sourdes vous dérange ? Préféreriez-vous que l’on dise juste YouTubeuses ?

Ophélie : Pas du tout, bien au contraire. Cela permet à autrui de savoir qu’il existe des personnes sourdes capables de créer des chaînes YouTube et de leur faire découvrir ce qu’est la surdité car c’est un sujet très peu exploité… Le monde a évolué et la culture sourde existe.

Lulu : En réalité, je m’en fiche que l’on soit étiquetées ainsi.

Titi : De toute façon, nous sommes sourdes. Ce n’est pas un secret. Et puis, les gens ont une manie d’étiqueter tout le monde.

Pouvez-vous regarder toutes les vidéos que vous souhaitez sur YouTube étant donné que très peu sont sous-titrées ?

Ophélie : Je peux regarder certaines vidéos YouTube seulement si je monte le son pour bien entendre et si la personne est face à la caméra, articule et ne parle pas trop vite. Sinon, impossible. Et il faut vraiment relancer YouTube pour que les sous-titres soient mis en place sur toutes les chaînes, nous les sourds on en a besoin ! Et c’est dommage que très peu y pensent.. D’ailleurs, certaines vidéos mettent des sous-titres automatiques mais ils ne se rendent pas compte que c’est du charabia.

Titi : Malheureusement, nous ne pouvons pas regarder sans les sous-titres… Ça me désole que presque toutes les vidéos ne soient pas accessibles aux personnes sourdes/malentendantes. Mais je remarque que petit à petit, les YouTubeurs ajoutent des sous-titres dans leurs vidéos. Après, il faut les trouver.

Lulu : Il faut être patient. Avec le temps, de plus en plus de vidéos seront sous-titrées. Cependant, il faut continuer à sensibiliser les entendants pour qu’ils continuent à faire des efforts pour nous, les malentendants et les sourds.. Car là, c’est vrai qu’on se sent un peu « punis ».

 

Quel genre de vidéos aimez-vous regarder ? Quels sont vos sujets préférés ?

Ophélie : J’aime éventuellement regarder des vidéos de YouTubeureuses sourd·e·s puisque je partage le même « handicap » et que je comprends leur ressenti. J’aime surtout suivre des chaînes littéraires (book haul, update lectures, conseils lectures, etc.) et j’aime également regarder des vidéos sur le paranormal, les témoignages sur ce sujet, les storytimes, les conseils mais certaines ne sont pas accessibles puisque je ne comprends pas toujours, dommage. Auparavant, j’aimais bien suivre des chaînes de beauté comme Sandrea26France ou EnjoyPhoenix mais je les suis moins à présent car les thèmes m’intéressent moins. Sauf si elles évoquent des vidéos sur des conseils, etc. autre que la beauté et tout ce qui va avec.

Titi : Quand je regarde des vidéos, si elles sont sous-titrées évidemment, c’est pour apprendre des trucs, comme celles de Nota Bene, Poisson Fécond, Linguisticae, etc. Ou alors pour me détendre un peu comme les vidéos de Cyprien, Squeezie, Natoo, etc.

Lulu : Pour l’instant, je ne vais pas trop sur YouTube… Si j’y vais, c’est pour regarder des tutos de beauté.

 

Ophélie, votre chaîne “booktube” (si vous acceptez ce terme) est totalement inédite par rapports aux autres chaînes de YouTubeureuses sourds ? Pourquoi avoir voulu créer une chaîne livre et cinéma ? Les entendant·e·s auraient tendance à penser que le cinéma n’est pas accessible aux sourd·e·s, pouvez-vous nous expliquer ce que ça implique d’aller au cinéma ou de regarder des films quand on est sourd·e ?

Ophélie : J’accepte absolument le terme « Booktube » parce que c’est exactement le mot qui reflète les chaînes littéraires. J’ai voulu créer ma chaîne Chroniqueuse Sourde afin de partager mon amour pour les livres puisque je veux en faire mon métier et le cinéma (même si je ne suis pas une professionnelle), ainsi que de faire comprendre aux autres qu’une personne sourde peut travailler dans un milieu culturel. Qu’une personne sourde peut aimer les livres et comprendre la lecture car en général, le français est difficile d’accès pour les sourds. On peut aller au cinéma si des films sortent avec sous-titrage, ça nous aide énormément. Après, certains comme moi peuvent aller au cinéma voir un film sans sous-titres parce qu’on est très tentés par l’histoire et qu’on porte des appareils auditifs ou des implants donc on peut entendre des sons, des bruits (mais on ne comprendra pas les dialogues, moi juste quelques bribes de mots mais très peu). Quand je vais au cinéma voir des films sans sous-titres, c’est surtout des films d’horreur, c’est d’une part parce que j’adore ça et de l’autre, ce n’est pas forcément compliqué à comprendre l’ensemble du film. Ce n’est pas quelque chose de complexe, contrairement aux films dramatiques ou policiers par exemple.

Les films ou les émissions à la télé, il me faut systématiquement des sous-titres. Mais quand il s’agit des chaînes sur les informations, les sous titres sont décalés et c’est vraiment pénible pour moi par rapport aux images qui défilent donc j’ai plus tendance à m’informer via Internet car c’est écrit, ou alors me renseigner auprès de mes proches.

Titi et Lulu, les entendant·e·s peuvent être étonné·e·s de voir que vous ne connaissez pas la LSF. Est-ce un choix de votre part ? Est-ce plus compliqué de s’intégrer dans la communauté sourde quand on ne signe pas ?

Lulu : Nous n’avons pas eu l’occasion d’apprendre la LSF, ayant grandi avec le Langage Parlé Complété (LPC) qui nous a permis d’apprendre à parler et à lire sur les lèvres.

Titi : Mais on espère l’apprendre un jour. D’ailleurs, j’ai rencontré beaucoup de personnes malentendantes / sourdes à Paris grâce à la chaîne YouTube. À ma grande surprise, ce n’était pas du tout compliqué de communiquer avec les signant·e·s et j’ai pu apprendre quelques mots en LSF.

Lulu : J’espère les rencontrer un jour. Titi ne me dit que du bien d’elleux. Au fait, grâce à une amie, j’ai récemment trouvé des cours de LSF gratuits à Bordeaux. J’y vais presque tous les samedis.

 

Est-ce qu’il y a des œuvres (séries, films, livres) qui représentent bien la surdité et que vous voulez conseillez ? Par exemple, en tant qu’entendants, on pense souvent à Switched at Birth : est-ce qu’elle est vraiment bien au niveau représentation ?

Ophélie : Comme série, oui Switched at Birth a fait beaucoup de bruit. Je n’en suis qu’au début de la première saison donc je ne peux pas trop y répondre mais d’après ce que j’ai vu, c’est plutôt pas mal. D’ailleurs, c’est super de choisir dans le casting de vrais acteurs sourds et malentendants, car c’est très très rare d’en voir à l’écran. À voir par la suite.

A propos des films, je retiens surtout ceux-là :
Marie Heurtin de Jean Pierre Améris ;
J’avancerai vers toi avec les yeux d’un sourd de Laëtitia Carton ;
Miracle en Alabama de Arthur Penn ;
Les Enfants du silence de Randa Haines ;
Le Pays des sourds de Nicolas Philibert.

Pour le film La Famille Bélier, il est sympathique mais ça ne reflète pas vraiment la surdité telle quelle. Certains points sont « faux » mais bon, d’un autre côté, les acteurs ne sont pas sourds.

Autrement, en terme de livres, j’en ai certains à conseiller :
Le cri de la mouette de Emmanuelle Laborit ;
Sourde, muette, aveugle : histoire de ma vie de Helen Keller ;
Les mots qu’on ne me dit pas de Véronique Poulain ;
La planète des sourds de Jean Grémion ;
A silent voice de Yoshitoki Oima (manga) ;
et on peut trouver encore de nombreux titres de livres ainsi que des BD.

Lulu : Les seuls films qui me viennent à l’esprit sont : Hush et La Famille Bélier… Mais ils ne représentent pas forcément la surdité. Genre, dans Hush, la fille peut lire sur les lèvres du tueur dans le noir… N’importe quoi. Sans oublier qu’il a parlé trop vite ! Et La Famille Bélier, même si j’ai bien aimé le film, il n’y a que des préjugés sur les personnes sourdes. Que nous avons déconstruits dans l’une de nos vidéos d’ailleurs.

Titi : J’ai regardé les premiers épisodes de Switched at Birth il y a quelques années. Il faut que je m’y remette avec Lulu, je me rappelle que j’avais bien aimé mais sans plus. Je parie que Lulu va l’adorer.

Lulu : Il faut vraiment qu’on regarde des films cités par Lucas Wild sur sa chaîne YouTube.

En tant que personne sourde, quel est votre rapport à la musique ? Beaucoup d’entendants pensent que les sourds n’écoutent pas du tout de musique, est-ce un cliché ? Vous en écoutez ? Il y a des morceaux que vous voulez nous conseiller ?

Ophélie : Les entendants se trompent car on peut entendre de la musique (quand on porte des appareils auditifs ou des implants captant les sons) mais on peut aussi ressentir la musique par des vibrations dans des concerts ou des boîtes de nuit (même sans appareils, on peut aimer et se mettre dans l’ambiance). J’aime écouter de temps en temps de la musique quand je suis dans la voiture ou quand je voyage en train, ça me fait du bien et aussi ça occupe ! Mais je ne comprends pas les paroles, impossible. Déjà il n’y a pas de lecture labiale, il n’y a rien d’écrit (sauf si on a les textes en face), et derrière il y a une bande-son donc difficile de dissocier les deux. J’aime particulièrement écouter de la musique qui « frappe », rock, métal, etc. Mais je n’y connais rien dans les genres… En tout cas, j’adore les musiques de Michael Jackson !

Lulu : Nous n’écoutons pas la musique, cela ne nous intéresse pas du tout… Mais c’est vrai que j’ai vu qu’il y a quelques sourd·e·s qui sont passionné·e·s par la musique.

Titi : Je sais même qu’il y a des DJ spécial pour les sourd·e·s / malentendant·e·s. Iels jouent avec des vibrations.

 

Est-ce que vous vous sentez concerné·e·s par l’actualité française ou mondiale en tant que sourd·e·s ?

Lulu : J’avoue que je ne regarde pas trop les infos…

Titi : Ça dépend de mon humeur et de l’actualité. Comme pour l’élection de Donald Trump qui m’a surprise, j’ai regardé les infos toute la journée. Mais je ne vous cache pas que très souvent je préfère regarder tranquillement des séries / films plutôt que des infos avec des sous-titres complètement décalés à cause du direct. Heureusement que les réseaux sociaux sont là pour me tenir informée.

 

En tant que femme, vous considérez-vous comme féministe ? Est-ce une cause que vous voulez défendre ? Y a-t-il d’autres causes qui vous tiennent à cœur ?

Ophélie : Très bonne question, je n’ai jamais vraiment réfléchi à ça : ma place dans le féminisme. Disons que je ne supporte pas que la femme soit « inférieure » à l’homme, le monde a évolué, il faut donc arrêter de voir cette mentalité qui nous dévalorise. Hommes et femmes sont égaux, on est libre de penser et libre d’agir. On a aussi nos droits. Le respect est très important pour moi.

Titi : Nous sommes toutes les deux féministes mais pas trop militantes même si nous nous sentons parfois concernées par les campagnes.

Quelle est la question que vous aimeriez qu’on vous pose dans les FAQ mais que personne ne vous pose ? Et quelle est la réponse à cette question ?

Ophélie : Je suis ouverte à tout, donc qu’importe la question, j’y répondrai avec plaisir !

Titi : Lulu est-elle pénible avec moi ?

Lulu : N’importe quoi !