Quel·le·s que soient l’orientation sexuelle et le genre d’une personne, il existe un type de jouet sexuel qui s’accorde aux envies et à l’anatomie de chacun·e. Oui, oui, même des personnes asexuelles peuvent se plonger dans l’onanisme ! Du coup c’est plutôt logique et normal qu’une fois face à l’éventail des choix, on se retrouve ébloui·e·s et un peu perdu·e·s, tel Charlie face au travail de Willy Wonka (Je voulais rajouter un jeu de mot mais après tout, willy est un synonyme de pénis en anglais, donc je considère que les choses sont déjà assez bien faites)

Devant ces possibilités il est nécessaire de savoir qu’il existe des écueils à éviter lors de la sélection d’un jouet, tout particulièrement au niveau du matériau et de son entretien. À noter que cet article se focalisera sur les jouets destinés à s’insérer ou être insérés, et donc ne parlera pas des harnais et liens en cuir, par exemple. Voici donc une liste de matériaux fréquents pour ce type de jouets :

Silicone

La silicone est un matériau assez rigide et ferme, donnant des formes assez classiques. Elle est assez fréquemment présente dans les jouets, ou tout du moins c’est ce qui semble être le cas. En vérité, l’industrie du jouet pour adultes est très peu régularisée en comparaison avec d’autres industries. De ce fait, certaines compagnies peu scrupuleuses peuvent afficher le terme « silicone » sur certains de leurs jouets, si tant est qu’il en contient une fraction. Pour éviter ce souci, il vaut mieux rechercher les jouets qui mentionnent donc être en silicone pure à 100 %, et si possible de grade médical, même si la silicone de grade alimentaire est parfaitement valable et généralement moins chère.

L’industrie du jouet pour adultes est très peu régularisée

Verre

Le verre est un matériau qui se prête assez souvent à la fantaisie avec des formes fréquemment soufflées individuellement, rendant chaque pièce légèrement différente de la précédente, et unique. On retrouve tout particulièrement assez régulièrement chez les fabriquant·e·s une esthétique de tentacules et d’appendices à en faire rougir Cthulhu. Les jouets en verre sont évidemment plus fragiles, mais sont particulièrement efficaces pour les jeux de température,notamment en ce qui concerne l’exploitation de sa conservation du froid. Il peut aussi être traité pour être résistant à la chaleur, sous l’appellation de Pyrex.

Bois

De par les propriétés mêmes du bois, par ses nœuds et ses rainures, chaque pièce est unique. Le poids et les formes peuvent varier selon le bois utilisé, et l’objet final a une esthétique et une beauté à le rendre digne d’être exposé sur une étagère après usage (mais c’est purement un avis personnel !). Son attrait physique se trouve contrebalancé par des règles assez strictes de conservation et d’entretien, ainsi que son prix, généralement assez élevé. Il faut faire très attention à la manière dont il est créé. Par exemple, il est assez facile d’en trouver sur des sites comme Etsy, mais dont le bois est soit fini avec des huiles minérales, ce qui est un énorme non, soit avec un vernis de grade alimentaire. Ici, contrairement au silicone alimentaire qui est testé pour contact interne, le vernis alimentaire se contente d’être en général utilisé pour des saladiers par exemple, et donc tend à se focaliser plus sur la non toxicité en cas d’ingestion accidentelle, que sur un contact avec les muqueuse et une dégradation de copeaux de vernis dans un orifice (ce qui serait, vous le conviendrez, assez peu kinky. Sauf si c’est votre kink, et dans ce cas, je ne juge pas. J’écarquille les yeux bien gros, mais je ne juge pas !).

Métal

Le métal est un matériau robuste, ferme, et beaucoup plus lourd à volume égal avec les autres matériaux, ce qui explique le fait qu’il soit principalement utilisé pour des jouets anaux, par exemple des plugs. Cette sensation de lest, de poids condensé dans une petite forme garantit que sa présence ne sera pas oubliée, ce qui est souvent recherché parmi les jouets de cette catégorie-là. Il est aussi connu pour être un bon conducteur thermique, ce qui devient donc assez intéressant dans le cas de jeux de température. En général c’est de l’acier inoxydable ou de l’aluminium, donc il faut faire attention car ce dernier peut être allergène auprès d’une fraction de la population.

Plastique

Les constructeurs profitent bien souvent de l’absence de réglementation pour utiliser des produits interdits [dans les jouets en PVC], les phtalates par exemple.

Les plastiques se divisent en deux catégories. D’un côté les plastiques durs, par exemple ceux qu’on regroupe sous le terme d’ABS, et de l’autre les plastiques type PVC ou TPR (caoutchouc). Si la première catégorie est d’assez bon niveau, rentable, saine, et résistante, la deuxième est carrément à éviter, vraiment. L’ABS est moins cher que le silicone, et les plastiques traités et donc « mous » sont très peu cher, pour une bonne raison. Les formes sont en général similaires aux jouets de silicone, voire confondus avec eux. Les jouets de la deuxième sous-catégorie sont plus mous, plus doux, plus élastique grâce à l’effet d’additifs et traitements, et les constructeurs profitent bien souvent de l’absence de réglementation pour utiliser des produits interdits dans les objets destinés aux marchés du jouet pour enfant ou de la grande consommation, les phtalates par exemple. Je ne peux en connaissance de cause les conseiller à l’achat, mais je vous recommande fortement les plastiques durs type ABS pour les budgets plus bas.

Latex

Le tristement fameux matériau, il permet des jouets peu chers, assez résistants, et très flexibles. Malheureusement, c’est un allergène pour certaines personnes, et il est de moins en moins utilisé pur pour des jouets, mais plutôt en hybride avec d’autres matériaux ou en accessoires. Même en l’absence d’allergie, ce sont des jouets qu’il vaut mieux éviter vu les réactions qu’ils peuvent former entre eux ou avec d’autres matériaux.

Jelly

La Jelly est une forme adoucie et modifiée par des phtalates et d’autres composés inconnus. Le but est de finir avec une texture un peu gélatineuse, proche de la peau humaine. En réalité, ces produits sont à éviter à tout prix. Ce sont les moins chers de la liste, et oui, ce n’est pas anodin. Ces textures sont connues pour être toxiques, et mauvaises, déclenchant des réactions allergiques ou irritantes sévères chez certaines personnes. Le taux de phtalates n’étant pas surveillé par une quelconque loi, les taux peuvent varier de manière drastique, allant jusqu’à facilement plus de 50 % du produit, alors même que le produit se targue d’être en silicone, sans phtalates, sans parabène, là encore jouant sur l’absence de législation, et sur une honte de l’acheteureuse qui n’oserait pas avouer détenir un objet sexuel devant la loi pour porter plainte, dans une société qui juge facilement et sévèrement ce genre de chose. Pour point de comparaison, les phtalates sont interdites à des taux supérieurs à 0.1 % dans les jouets pour enfants, car les mâchonner, et donc ingérer la substance en question, est trop toxique et dangereux. Évidemment, un jouet sexuel qui est en contact avec des muqueuses ou la bouche est tout autant un risque sur la santé, pouvant aller jusqu’à perturber le système hormonal, affecter la fertilité, et attaquer le foie et les reins. La Jelly est le contre-exemple type à la notion que quelque chose vaille mieux que rien.

les taux de phtalates peuvent varier de manière drastique dans les Sex Toys, allant jusqu’à facilement plus de 50 % du produit, mais sont interdites à des taux supérieurs à 0.1 % dans les jouets pour enfants

Il existe beaucoup d’autres matériaux, souvent des marques déposées par des compagnies pour protéger leur formule, mais aussi pour être plus énigmatique quant à la composition du produit. Pour se retrouver plus facilement, voilà une liste plus ou moins complète des compositions :

http://www.edenfantasys.com/sex-guides-and-tips/guides/materials/

(à retenir que cette liste étant tout de même sur le site d’un revendeur, je conseille d’ignorer tout matériau ayant une note de 5 ou moins sur 10)

Pores ? Salut !

Dans les choix du matériau, il faut différencier deux types. Il y a les jouets poreux, et les non-poreux. Les jouets poreux auront tendance à conserver des bactéries dans ces interstices. L’entretien est donc nécessairement plus approfondi, même si dans le cas de certains jouets, par exemple la jelly et le PVC, après quelques utilisations anales, avec protection ou non, l’objet commence à sentir (eh bien oui, la matière fécale dans les pores, même un pore-strip n’y peut rien) et est bon pour la poubelle.
À noter aussi que les jouets poreux sont à utiliser dans un orifice unique, et sur une personne unique, car il n’est pas possible de les nettoyer en profondeur, et que des transmissions inter-orifices auraient autrement lieu.
Les produits poreux tendent à suinter des huiles, des composés chimiques contenus, et des phtalates, dans le temps, ou en étant en contact avec d’autres jouets du même genre. Cette « transpiration » n’est pas tout le temps toxique, mais pas pour autant ragoutante.
Une pratique assez intéressante dans le milieu du sex-toy consiste à placer dans un grand bocal en verre des jouets poreux, et des jouets non-poreux. En les laissant au soleil, on constate à quel point les jouets poreux, qui ne sont pas fait de silicone pure commencent à fondre entre eux, fusionner, et à transpirer de l’huile jusqu’au fond du bocal, alors que les autres, non. On appelle ce procédé le Bocal Maudit

Les matériaux dans la liste ci-dessus non-poreux sont le métal et le verre. La silicone est techniquement poreuse, mais les pores sont si minuscules qu’elle peut être traitée comme non-poreuse, mais il est indispensable de nettoyer le jouet s’il est donné à un.·e autre partenaire, ou utilisé fréquemment, et/ou analement. Le bois qui aura été vernis selon les critères plus haut, et bien protégé, sera, et restera, non-poreux, avec des tests simples pour vérifier son intégrité.
Le mythe de la fonte de silicone avec silicone vient du fait que, par les manques de législation, les jouets d’origines pas totalement sûres qui se targuent d’être en silicone sont en fait des mix qui réagissent entre eux. Il vaut mieux prévenir que guérir, c’est pourquoi il est conseillé de stocker les jouets de qualité moindre en isolement les uns des autres.

Entretien d’embouche

Les jouets en bois doivent être conservés dans une pochette par exemple en tissu doux ou autre contenant non abrasif, et protégés des chocs qui réduiraient drastiquement la durée de vie de la pellicule de vernis. Pour les nettoyer, de l’eau chaude savonneuse (mais pas trop) sur un tissu doux, des nettoyants le moins abrasifs possibles, et pour les jouets de marques de haut grade, un nettoyant antibactérien avant échange entre partenaires, ou de temps en temps, par exemple de l’alcool ou de la javel, en n’oubliant évidemment pas de bien rincer après.
Pour savoir si l’intégrité d’un jouet en bois n’est pas compromise, il suffit de laisser tremper quelques secondes dans un bac d’eau. Si le vernis commence à faire des pellicules blanches, ou si le jouet a des taches sombres, c’est une preuve de brèche du vernis, et que donc le jouet devient poreux, et risque de faire des échardes. Si c’est le cas, certaines compagnies accepteront de poser une nouvelle couche de vernis, et remplacer si la dégradation a lieu assez tôt.

Les jouets en silicone pure, plastique dur, bois, et métal peuvent être plongés dans une solution javellisée froide à 10 % rapidement, puis bien rincés après un coup d’eau et de savon, un contact de résidus de javel avec les muqueuses n’étant pas exactement plaisant. Les jouets en verre (Pyrex uniquement, car résistant à la chaleur), en métal, et en silicone peuvent être bouillis quelques minutes, ou même, pour les personnes les plus efficaces, mis au lave-vaisselle, bien évidemment vide et sans la compagnie de détergent. Le plastique peut aussi être généralement nettoyé avec de l’alcool.
Ces cas de figure sont en général pour les moments extrêmes, c’est-à-dire en cas d’échange de jouets avec un·e partenaire, ou d’utilisation anale. Dans une utilisation personnelle et non anale, des passages à l’eau savonneuse ou des produits d’entretien adaptés suffira.
Mais quid des jouets en PVC, en Jelly, me direz-vous ? Ces jouets-là sont impossibles à nettoyer. Ce n’est pas une figure de style, il est impossible de nettoyer correctement des jouets poreux avec le matériel non-scientifique de votre foyer. Ces jouets sont à éviter, mais si vraiment en cas de dernier recours, monétaire ou déjà possédés, il existe des moyens de retarder légèrement l’inévitable. En tout cas, n’espérez pas les nettoyer. Une fois qu’ils commencent à sentir, c’est la fin de leur usage.
Pour les jouets électriques, s’ils sont waterproof, et que vous vous êtes bien assurés que le joint étanche autour du compartiment est toujours bon, suivez les instructions affiliées à leur matériau. Pour les jouets non waterproof, l’eau savonneuse avec des lingettes suffiront.

Troue Ma(n) Capote

Une manière assez simple de laisser des jouets poreux survivre quelque peu plus longtemps, c’est d’utiliser des préservatifs. Evidemment ce n’est pas conseillé, mais quitte à le faire, autant se protéger. Mais là encore, ce n’est pas n’importe quel préservatif qu’il faut prendre.
Il existe trois matières principales de préservatifs : latex, nitriles, et polyuréthanes.
Alors évidemment si vous êtes allergiques au latex, il disparaît de la liste. Mais ce n’est pas le seul cas de figure. Les jouets poreux suintent des huiles, entre autres. Ces huiles rendent le latex extrêmement poreux, au point que niveau barrière de sécurité, il est aussi efficace que le message « je confirme avoir 18 ans » sur les sites pour adultes. Par contre, vu le niveau de flou sur ces composantes, sur les vrais risques des phtalates, et autres problématiques, et le peu de recherches à ce sujet, je ne peux m’avancer en affirmant que les préservatifs nitriles et polyuréthanes sauront vous protéger de manière adéquate.
Pour les autres jouets c’est un peu plus compliqué. Si pour une raison x ou y vous voulez utiliser un préservatif, il vaut mieux se diriger vers des marques non lubrifiées, ou avec des lubrifiants à l’eau, surtout quand il s’agit de jouets en silicone, pour éviter une quelconque réaction. Les lubrifiants à la silicone sont pratiques pour les jouets non-poreux qui ne contiennent aucune silicone. Les lubrifiants à base d’huile sont généralement tous à proscrire, juste pour être sûr·e.

Silicone ou non ?

Quand on veut s’assurer que le jouet qu’on a est bien en silicone et pas en Jelly ou PVC il existe quelques signes qui ne trompent pas. À moins de l’acheter chez un vendeur en ligne dont on est parfaitement sûr·e de la fiabilité, il faut toujours essayer de l’acquérir dans une boutique physique, avec possibilité, dans le meilleur des cas, de le voir et toucher avant. Cela veut dire que les sites tels Ali Baba ou Amazon sont vraiment à proscrire, pour peu que l’on reçoive une contrefaçon, ou que l’on découvre que le produit n’existe pas ou plus sur des sites fiables, indication qu’il poserait un souci quelconque.
Une fois face aux produits, il faut utiliser ses 5 sens. Si le jouet dégage une odeur infâme de plastique, comme on peut l’avoir dans les matelas pneumatiques, caisses de transports en plastique, ou sur les rideaux de douche, ce n’est pas de la silicone. Si le toucher est huileux, comme s’il y avait une couche de liquide vaisselle sur la surface, ce n’est pas de la silicone. Si le jouet a des parties transparentes ou très translucides, sans avoir une apparence laiteuse, ce n’est pas de la silicone. Si passer le doigt dessus produit un faible petit couinement comme une souris de dessin animé, ou que la texture semble comme ces mains élastiques collantes dans les distributeurs de capsules pour enfants, ce n’est pas de la silicone. Si le toucher avec la langue brûle, ce n’est pas de la silicone (mais je doute que le vendeur vous laisse lécher le produit en magasin).
Et un dernier signe avant-coureur : le prix. Ce Rabbit, à 35/40€, annoncé comme pure silicone, a un prix semblant trop beau pour être vrai ? Il l’est probablement. Évidemment, des jouets en PVC peuvent être chers, mais avec ces critères c’est plus simple de débusquer des faux.

Et pour finir, un dernier conseil ? Avant d’acheter un modèle, recherchez son numéro sur internet. Essayez d’identifier des critiques de personnes l’ayant utilisé. Vous pourrez surement voir si la personne peut attester de l’effet et du matériau. Si vous ne trouvez aucune critique, et que le modèle ne semble pourtant pas nouveau… Essayez tout de même d’éviter, au cas où. Une absence de visibilité dans la communauté des jouets implique assez fréquemment soit un boycott du fabricant, soit une marque totalement obscure et jouant de cette obscurité pour cibler des victimes croyant innocemment que l’étiquette et ses codes sont loi.

Et rappelez-vous : Les jouets, c’est pas obligatoire, mais c’est cool. Les jouets sains et non-toxiques, c’est mieux.