Halloween a toujours été une de mes fêtes préférées. Qui dit Halloween dit déguisements, histoires d’horreur et bonbons. C’est l’occasion parfaite pour passer un bon moment entre amis et frissonner devant des films d’épouvante. Étant en échange universitaire à Edimbourg cette année, j’ai décidé de me pencher un peu sur la tradition et la célébration de cette période de l’année en Écosse.

Halloween tel que nous le connaissons et nous le célébrons de nos jours vient directement des États-Unis. Toutefois, cette fête puise ses origines dans l’histoire et dans les légendes écossaises. On la fait remonter aux anciennes célébrations celtiques, remplies de mystères et de mysticisme pour nous autres contemporains. Halloween serait la descendante de Samain, une fête païenne celtique.

Samain (ou Samhain, Samhuinn en écossais) marque la fin de l’été et de la saison des moissons. Se déroulant sur une semaine, aux alentours du 1er novembre selon notre calendrier moderne, cette fête comporte bien entendu son lot de mythes et légendes surnaturelles. Samain serait la période de l’année où la frontière entre le monde des vivants et celui des esprits serait la plus fine. Ainsi, pour éviter que des mauvais esprits perturbent le village, il était d’usage d’allumer de grands feux de joie (bonfire) pour les tenir à l’écart. Cette pratique évoluera peu à peu en simples “neep lanterns”, lanternes creusées en forme de visage dans des navets pour effrayer les mauvais esprits.

Les petit·e·s écossais·e·s ont aussi une façon particulière de fêter Halloween. Au lieu du commun “trick or treat” (un bonbon ou une farce) américain, les enfants font le “guising” : iels se déguisent de façon à tromper les esprits et vont de maison en maison réciter des poèmes et des chansons en échange d’une gourmandise. Il est aussi coutume de jouer à des jeux traditionnels, tel “Dookin’ for apples” : il s’agit d’attraper des pommes flottant dans un bassin sans utiliser ses mains ! Même si toutes ces traditions sont petit à petit laissées de côté et remplacées par la fête commerciale, il est intéressant de voir que cette célébration internationale puise ses origines dans les vieilles traditions celtiques.

Pays plein de légendes, l’Écosse se conjugue à merveille avec Halloween, tant les esprits, sorcières et autres éléments surnaturels peuplent le folklore autochtone. De plus, la capitale, Edimbourg, est l’endroit parfait pour fêter Halloween : ambiance lugubre, bâtiments sombres et victoriens… Ce n’est pas seulement mon imagination romanesque qui le dit, mais l’histoire même d’Edimbourg est célèbre pour être pleine de mystères et d’histoires de fantômes, de meurtriers à faire glacer le sang… Et le secteur touristique n’hésite pas à jouer la carte de “la ville la plus hantée du monde” avec des visites guidées spéciales fantômes ou la visite des donjons de la capitale. Vous pouvez ainsi frissonner devant l’histoire de Sawney Bean, cannibale incestueux, Burke et Hare, les meurtriers profanateurs de tombe ou encore la Dame verte, fantôme hantant les quartiers chics d’Edimbourg…

Un événement à ne pas manquer le 31 octobre est bien sur le “Samhuinn festival”, organisé par la Beltane society : musique, feux de joie, feux d’artifice, les écossais se retrouvent sur la Royal Mile pour célébrer Samain, un bel exemple de l’importance que les Scots attachent à leurs racines et leur histoire nationale.