Allez, on va pas y couper, nous aussi on va se fendre de notre petite liste de recommandations de Noël, en terme de bandes-dessinées ce coup-ci. Préparez les plaids, le chocolat chaud (ou le grog hein, c’est vous qui choisissez) et le feu de cheminée, on vous a sélectionné quelques perles parfaites pour les fêtes avec After Mangaverse

Le Vrai Sexe de la Vraie Vie de Cy

Le vrai sexe de la vraie vie - Cy

Pour bien commencer la sélection, nous vous proposons…du sexe ! Celui-là, c’est mon petit chouchou de la saison. Sorti aux éditions Lapins, Le Vrai Sexe de la Vraie Vie est la première bande-dessinée “en dur” de Cy, qu’on pouvait lire il y a quelques temps dans les chroniques de Cyprine sur Madz. On va pas se mentir, c’est plein de vulves et de chibres ce bouquin, et qu’est ce qu’ils contiennent d’amour et d’humour ! La BD porte bien son nom puisque Cy a récupéré des témoignages pour les mettre en images, des petites histoires de cul aussi diverses que barrées pour certaines. Des fails, des rencontres, de l’amour, et surtout, DU CUL ! Et dieu sait si on en redemande à la fin de la lecture !

 

Second de Bryan Lee O’Malley

Seconds

En voilà un tome à lire bien emmitouflé sous sa couette. O’Malley, vous le connaissez probablement, au moins indirectement, puisqu’il est l’auteur de la BD dont est tiré le film culte Scott Pilgrim. Contrairement à ce dernier, Second est un one-shot, où l’on suit Katie, cheffe de cuisine renommée, qui souhaite ouvrir un nouveau restaurant. Mais elle aurait bien besoin d’une seconde chance pour réparer les petites catastrophes de sa vie car rien ne se passe comme prévu. C’est dans un hiver feutré mais bien déjanté que se déroule la folle histoire de Katie, de ses erreurs et de ses tentatives de tout arranger, tant dans sa vie professionnelle que personnelle et amoureuse. Un beau récit, touchant, drôle et même parfois angoissant dans lequel on aura aucun mal à se retrouver.

 

Calvin et Hobbes de Bill Watterson

Calvin and Hobbes

Calvin et Hobbes, c’est un chocolat chaud sassy, un bonbon acidulé qu’on adore laisser fondre sur la langue, mais c’est aussi le doyen de cette sélection, indétrônable qu’il est ! Pour les plus jeunes qui peut-être ne connaisse pas, Calvin est un petit garçon, facétieux et bordélique au possible, et qui se pose des questions. Beeaaaaucoup de questions, d’ordre philosophique, humaniste, logique, astronomique, sociale, politique, qui mettent le plus souvent à mal notre petit confort quotidien (et ses parents). Hobbes ? Hobbes, c’est son tigre en peluche avec qui il converse et qui l’accompagne, bien vivant, dans ses aventures. Avec 26 tomes à leur actif, c’est un concentré d’humour tant visuel que verbal, jouant beaucoup du sarcasme mais aussi de l’appréciation de l’instant présent et des petits plaisirs. Et, avantage ultime, c’est que sa traduction française de belle qualité ne nous fait rien perdre par rapport à la version originale.

 

The Answer de Rebecca Sugar

The Answer

(pour les anglophones)
Histoire de changer (nope), on va causer dessins animés. Pour les trois du fonds qui suivent pas, Steven Universe est une série animée de Cartoon Network créée par Rebecca Sugar. On y suit divers personnages tournant autour de Steven, un adolescent mi humain mi alien adorable avec une gemme dans le bedon. La série tourne majoritairement autour de l’apprentissage de l’amour, de la connaissance de soi et de la tolérance. Et sa créatrice a voulu aller plus loin en éditant un passage de la série en une courte histoire illustrée. Le résultat est une belle ode à l’amour (lesbien) qui vous donnera probablement envie d’en savoir plus sur ces personnages si colorés et diversifiés.

 

Les Carnets de Cerise de Joris Chamblain et Aurélie Neyret

Cerise

Cette série de BD là, elle sent bon les aventures jeunesses romancées à la Brussolo ou Pullman. Cerise est une pitchoune de 11 ans qui veut devenir romancière. Elle adore observer les adultes et vit des aventures pas croyables en tentant de les comprendre. Du mystère, des dessins tout chauds et ronds, à l’aquarelle, et un personnage des plus attachants, on ne peut qu’adorer cette jeune héroïne positive et entraînante. La série est encore en cours, il existe quatre tomes actuellement et je la recommande tout particulièrement aux fans de la bande dessinée Lou, dont elle se rapproche par certains aspects.

 

Kids on the slope de Yuki Kodama

Kids on the slope

Partons un peu au Japon pour une tranche de vie douce-amer, également adaptée en anime pour ceux qui veulent (Netflix, quand tu nous tiens). Dans une petite bourgade japonaise dans les années 60, la rencontre du taciturne Kaoru et du caïd local Sentarou, ainsi que de son amie d’enfance Ristuko, amène à une amitié tournée autour du jazz, complexe et unique comme jamais. Voilà un manga qui raconte sans caricaturer, sans s’en moquer, les jours d’adolescence, de doute, d’enthousiasme et d’humeur. C’est au rythme lancinant de la musique (petite playlist conseillée à écouter en lisant le manga) que se construit leur relation dans un Japon provincial comme figé dans une boucle temporelle. À déguster tout doucement, tome par tome (neuf au total), jusqu’aux beaux jours.

 

Le mari de mon frère de Gengoroh Tagame

Le mari de mon frère

Les Japonais sont des spécialistes du yaoi, ces romances homosexuelles entre hommes plus ou moins caricaturales et sexualisées. Mais celle-ci sort totalement du lot, puisqu’au lieu de toucher à la question du point de vue romantique, Le mari de mon frère aborde frontalement et pédagogiquement le sujet de l’homosexualité au travers des yeux d’une petite fille. Kana et son père Yaichi voient en effet arriver un beau matin le Canadien Mike Flanagan, qui n’est autre que le mari du frère jumeau de Yaichi, Ryôji, récemment décédé. Et si le manga récupère les codes du yaoi, il a l’intelligence de démonter les clichés qui s’y accrochent. Une belle histoire donc, sur la peur de la différence, sur l’apprentissage de l’autre, avec en bonus des petits cours de culture gay en fin de certains chapitres. Tout doux à lire comme à offrir.

 

Le Grand Méchant Renard de Benjamin Renner

Le Grand mechant renard

Pas forcément la nouveauté de la sélection, puisque Le Grand Méchant Renard est déjà sorti il y a près de deux ans, mais quel bonheur à lire et à relire ! Si vous n’êtes pas un adepte des histoires tarabiscotées mais plus fan du slapstick à la Looney Tunes, cette BD bien déjantée vous remontera le sourire jusqu’aux oreilles. On y suit un renard, pas très doué pour la chasse, un peu chétif, qui se retrouve papa du jour au lendemain, sans vraiment savoir comment s’y prendre, d’autant que ses enfants sont pour le moins inorthodoxes. Le style aquarelle ne fait qu’ajouter à la légèreté de ton et les dialogues bien sentis (cette envie de relire du Pennac d’un coup!) font du tout une perle familiale, car accessible à toutes et à tous, quel que soit l’âge.

 

Pistouvi de Merwan et Bertrand Gatignol

Pistouvi

Encore une histoire de renard, mais dans un registre ici bien différent puisque Pistouvi se rapproche plus du conte classique, avec des codes issus du monde des enfants. Compagnon de Jeanne, Pistouvi vit avec elle dans un univers fantaisiste qui n’est pas sans rappeler l’absurdité enfantine d’un Adventure Time. Ils croisent un “homme tracteur”, la femme-vent et des oiseaux persifleurs, les forçant à faire face à l’altérité et mettant à mal leur relation jusqu’alors très fusionnelle. On grandit avec les personnages en découvrant avec eux un univers riche et complexe et c’est avec une petite pointe de nostalgie que l’on ressort de cette lecture toute particulière. Parce que Noël, c’est aussi ça.

 

La leçon de pêche de Emile Bravo et Heinrich Böll

La leçon de pêche

Emile Bravo, si vous lisez de la BD jeunesse, vous devez déjà le connaître. Si vous avez des petiot·e·s, vous l’avez par ailleurs peut-être aussi aperçu au cinéma puisqu’on lui doit le scénario et le style graphique de Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill. Il signe ici une histoire courte des plus touchantes, et des plus justes, sur un touriste confrontant son point de vue à celui d’un pêcheur tranquillement posé dans sa barque. Une petite lecture bien sympathique à apprécier en famille, sur le fait de profiter de la vie comme elle vient (et de ne pas céder au capitalisme et consumérisme ambiant, toujours bon à rappeler en période de Noël).

 

Et pour aller plus loin

  • La différence invisible, de Julie Dachez et Mademoiselle Caroline
  • Hilda et le troll, de Luke Pearson
  • Yotsuba & !, de Kiyohiko Azuma
  • À coucher dehors, de Aurélien Ducoudray et Anlor
  • Paul dans le Nord, de Michel Rabagliati
  • Otto, l’homme réécrit, de Marc- Antoine Mathieu
  • L’oiseau bleu, de Takashi Murakami