Aujourd’hui, je souhaite vous parler du premier livre de Céline Tran, Ne dis pas que tu aimes ça, sorti en librairie le 7 mars dernier.

De quoi ça parle ?

À 21 ans, Céline Tran entre dans l’industrie des films pour adultes, sans se douter qu’elle y deviendra rapidement une des actrices les plus connues au monde, sous le pseudonyme de Katsuni. Dans cette autobiographie, Céline Tran nous parle de son parcours, de sa première scène jusqu’à sa décision d’arrêter et de changer de profession. On découvre ce qui lui a donné envie de se lancer, les choix qu’elle a pu réaliser pour façonner sa carrière, les personnes qui ont compté pour elle, et les raisons de sa réorientation professionnelle.

 

Couverture du livre « Ne dis pas que tu aimes ça ».

Couverture du livre « Ne dis pas que tu aimes ça ».

 

Pourquoi le lire ?

Ne dis pas que tu aimes ça, c’est l’histoire d’une femme qui a décidé de devenir actrice pornographique, et qui a choisi d’arrêter. À travers son récit, Céline Tran aborde de nombreux thèmes, empreints d’une réelle réflexion autour de son vécu. On ressent sa soif de liberté, le plaisir qu’elle a eu à faire ce métier, et la passion qu’elle y injectait. On découvre le rapport parfois compliqué qu’elle a pu avoir avec son corps ou sa sexualité, sa pudeur aussi, et l’impact que peut avoir un tel choix de carrière sur ses relations avec les gens qui l’entourent – qu’iels l’acceptent ou non.
On apprend aussi comment l’arrivée d’Internet et du partage des contenus en ligne a eu une influence directe sur les méthodes de tournage et le contenu des films, et comment, petit à petit, Céline Tran ne s’est plus sentie à sa place dans le rôle de Katsuni.
Certains passages sont plus difficiles à lire, notamment quand elle évoque certains tournages où elle n’était pas à l’aise, tout l’apprentissage nécessaire pour arriver à dire « non » quand elle ne veut pas tourner une scène, et son ressenti pendant et après le tournage, quand elle n’a pas réussi à refuser.

Dans ce livre, on suit toute l’évolution de Céline Tran, de l’enfant qu’elle était, élevée dans une famille très traditionnelle, à la femme qu’elle est aujourd’hui, toujours aussi passionnée et investie dans de nombreux projets.

Entre anecdotes et introspection, on apprend sur sa vie et son milieu, et par ce qu’elle nous livre, on réfléchit beaucoup à ce qu’on peut penser de l’univers des films pour adultes et des personnes qui y travaillent, mais aussi à des concepts bien plus généraux comme ce que veut dire la liberté, le choix et comment iels se combinent.

J’ai personnellement beaucoup apprécié sa façon de nous raconter les relations qui se tissent autour d’elle, notamment celle avec Alain Payet, réalisateur avec qui elle tourne son premier film pour Penthouse et qui devient un ami proche. Ou celle de Stella, une strip-teaseuse grenobloise qu’elle aborde pleine d’audace, et grâce à qui elle découvre l’entrée d’un monde nouveau. C’est elle qui lui donne le numéro du premier agent de sa carrière, celui qui la lance sur les podiums de danse, avant même qu’elle ne prenne le pseudonyme de Katsuni, son « nom de guerrière ».

Au-delà de parler de son parcours, l’idée de ce livre est aussi de montrer que la décision d’avoir arrêté cette carrière ne remet jamais en cause le fait qu’elle a pu y prendre plaisir, contrairement à une ambiance générale qui voudrait que l’on ait forcément subi.

L’écriture de Céline Tran est limpide, le livre se dévore en quelques heures et sans ennui. Que l’on soit déjà connaisseureuses du milieu des films pornographiques ou non, c’est une œuvre que je conseille fortement !

Bonne lecture !