Pour situer tout ça, j’ai 18 ans, et encore une vision floue de ma sexualité.
Toute la “culture” que j’ai sur le sujet est issue d’une auto-éducation à base de livres et de forums, que j’ai accumulée face à un manque d’information et la désinformation que l’on a sur la sexualité, le corps, les genres etc.

Virginité hétérocentrée

Il y a 1 mois de cela, j’étais avec un groupe d’ami·e·s, on discutait sans tabou ni jugement de notre relation avec notre corps et de nos expériences.

J’en suis venu·e à me présenter comme vierge alors que j’avais déjà eu des relations avec des partenaires ayant des genres différents.
Un problème ? Oui.
Suite à une mare d’explication, je me suis rendu compte que je me considérais comme vierge malgré l’existence de mes relations sexuelles avec d’autres personnes.

Car j’ai été bercé·e par une image hétéronormée et hétérocentrée de la sexualité.
De ce fait, je pensais que mes expériences n’étaient pas valables, du moment qu’il n’y avait pas eu une relation homme/femme, pénis/vagin en gros cis-hétérocentrée, avec pénétration, amenant à : “percer l’hymen qui fera de toi une “femme” ”.

Je m’étais cloîtré·e inconsciemment dans un schéma où ma virginité était régie par la “norme” et en même temps partageant une forme d’obsession presque culturelle pour celle-ci. Présent par exemple à travers l’hymen, qui est un peu (beaucoup) considéré comme le symbole anatomique de la virginité.

Du coup, imaginez un peu, une personne qui tente de briser de nombreux tabous et d’absolument comprendre son corps, mais qui ne se rend pas compte qu’au fond elle croit que seul un homme cis-hétéro validerait sa perte de virginité.

Virginité hétérocentrée

Et du coup, j’ai littéralement invalidé la valeur de mes relations, qui étaient toutes légitimes.

Je culpabilise de ne pas avoir vu tout ça, je me sens encore très mal d’avoir été si naïf·ve. J’ai eu un long moment où je me suis senti·e incroyablement stupide, tout en étant content·e que l’on m’ait ouvert les yeux sur ce sacré problème.