Author: petiteminipizza

Syndrome du choc toxique, l’enquête passée au peigne fin

Vers la fin du mois d’avril 2018 est sorti un article scientifique « Impact of currently marketed tampons and menstrual cups on Staphylococcus Aureus growth and TSST-1 production in vitro » [1] qui étudiait l’impact de 15 tampons et coupes menstruelles sur la croissance du staphylocoque doré (Staphylococcus aureus) et la production de la toxine responsable du choc toxique. La presse généraliste s’est, comme souvent, emparée du sujet et l’a résumé, parfois grossièrement, souvent de façon partielle, ce qui peut conduire à une mésinformation du public. C’est pourquoi je me suis penchée sur cette étude scientifique, afin d’en comprendre les conclusions...

Lire la suite

Biologiste, un métier passé au microscope

Si je vous dis biologiste, qu’est-ce qui vous vient en tête ? Probablement quelques clichés et autres lieux communs, que nous autres biologistes aimerions bien ne plus entendre. CLICHÉ Nº 1 : Un·e biologiste, c’est un·e technicien·ne de laboratoire. Le mot « biologiste » est un mot-parapluie (un mot qui regroupe plein de notions). Dans la grande famille des biologistes, on trouve des naturalistes, entomologistes (spécialistes des insectes), immunologistes, neurobiologistes, botanistes, bactériologistes, biologistes moléculaires, éthologues, océanographes… (liste non exhaustive). Toutes ces personnes, spécialisées dans leur(s) domaine(s) précis, ne travaillent pas forcément en laboratoire (cf. point suivant). CLICHÉ Nº 2 : Un·e biologiste...

Lire la suite

La recherche à tout prix (Nobel)

Je vous avais parlé dans un précédent article des difficultés qu’ont les femmes à se faire une place dans le monde scientifique, notamment celui des STEM (science, technologie, ingénierie et mathématiques). Je voudrais aujourd’hui approfondir ce sujet, en prenant l’exemple des prix Nobel 2017. Suite au décernement des prix Nobel 2017, des voix se sont élevées pour protester contre l’absence de femmes parmi les lauréats. Voici la réponse du comité [1] : « Cela tient en premier lieu du fait que nous récompensons le travail de recherche, qui se base en grande partie sur des découvertes faites dans les années 1970,...

Lire la suite

« Publish or Perish » : bienvenue dans l’enfer des publications scientifiques

La recherche scientifique, souvent imaginée comme une tour d’ivoire, n’est en réalité pas séparée du reste du monde et préservée par miracle des dérives et problèmes de la société dans laquelle nous vivons. Je vais vous parler ici des dégâts que le capitalisme a fait (et fait toujours) subir au monde scientifique. Aujourd’hui, le partage des connaissances nouvellement acquises (selon la méthode scientifique) repose sur un système de publication (sous format papier ou électronique) dans des journaux scientifiques spécialisés après une étape de relecture par les pairs. Pour simplifier, un·e chercheureuse produit de la connaissance par le biais de...

Lire la suite

Injonction à la sexualité active : laissez-nous (ne pas) baiser en paix !

Cet article, il est parti du constat d’une amie, qui un jour m’a dit : « tu sais, parler de sexualité·s au delà des relations hétérosexuelles et du plaisir masculin c’est bien, mais ça peut aussi paraître comme une injonction générale à une sexualité active ». Et elle n’a pas tort. Dans notre belle société occidentale si paradoxale, il est mal vu pour une femme d’enchaîner les partenaires sexuels. Mais on nous balance aussi constamment à la figure des « conseils » sexo pour mieux vivre sa sexualité au quotidien. Comment vivre alors une abstinence sexuelle (choisie ou non)...

Lire la suite
  • 1
  • 2