C’est une chose que tout·e militant·e connaît, qu’iel soit anti-raciste, féministe, anti-LGBTphobies, végane, anti-validisme, etc. Une chose qu’on nous envoie à la figure lors d’un débat sur les réseaux sociaux ou lors d’une discussion entre ami·es. Quand on nous demande – non pardon, quand on exige de nous – qu’on explique un terme ou une notion en détails. Quand on exige de nous des sources. Quand on exige de nous qu’on soit gentil·les et agréables lorsqu’on explique nos combats.

Il est vrai qu’en tant qu’activiste, on essaye d’expliquer ou de vulgariser certains concepts pour qu’ils soient compréhensibles par toute personne en dehors du champ militant. Mais cela ne veut pas dire qu’il faille être, constamment, et sur tous les fronts, irréprochables, patient·es, et pédagogues. Nous n’avons pas à être, sans cesse, des étendards, des drapeaux ou des bannières – ou le punching-ball politique de la soirée. Cette exigence peut devenir très pesante quand les demandes deviennent plus qu’insistantes. Tellement insistantes qu’on peut se demander si la personne face à nous a réellement envie d’en apprendre plus, ou si elle veut simplement nous pomper notre énergie tel un détraqueur.

J’invoque donc la Sainte Trinité « injonction à la pédagogie, tone policing et sealioning ».

L’injonction à la pédagogie

Il est tout à fait normal d’user de pédagogie pour expliquer, faire comprendre, éduquer et instruire. Sans pédagogie, peu d’élèves comprendraient leurs professeur·es et cela s’en ressentirait lors d’une restitution de connaissances. Cependant, lorsqu’on parle d’injonction à la pédagogie, on se rend bien compte que ça n’a rien à voir avec une quelconque envie d’en apprendre plus sur un sujet. Certaines personnes exigent que des militant·es prennent du temps et de l’énergie pour expliquer des notions simples dont la définition est souvent trouvable en utilisant un moteur de recherche. Sans quoi, les militant·es visé·es par cette injonction desserviraient leur combat et ne seraient pas des militant·es légitimes puisqu’iels ne partageraient pas leurs connaissances avec le plus grand monde avec patience et humilité.

Le tone policing

Le tone policing est le fait de dire à une personne que le ton qu’elle emploie ou que sa colère exprimée va la desservir. Parce qu’il faut être gentil·le, pédagogue (on en revient à l’injonction à la pédagogie) et tout expliquer avec le sourire ! Le contraire disqualifierait d’office le discours ou la personne le tenant.

Le débat du 2e tour des élections présidentielles de 2007, entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy en est un exemple parlant.

Plusieurs analyses tendent à affirmer que c’est « l’énervement » de Ségolène Royal face au calme de Nicolas Sarkozy qui l’aurait desservie au niveau des votes.

La façon dont un discours est prononcé n’en change pas le fond. Et s’offusquer de la forme agressive ou violente d’un propos est un excellent moyen d’éviter de réfléchir au propos en lui-même ou de donner de solides arguments (qu’iels n’auraient éventuellement pas). De plus, les oppressions ne sont pas des sujets destinés à amuser, elles ont de réelles conséquences et les militant·es sont légitimes à être en colère, et à exprimer celle-ci.

Le sealioning

Sealioning, par David Malki sur Wondermark

Sealioning, par David Malki sur Wondermark

« Sealioning is the name given to a specific, pervasive form of aggressive cluelessness, that masquerades as a sincere desire to understand. » (définition Quora)

« Le sealioning est une forme spécifique et intrusive de questionnement agressif, qui se fait passer pour un désir sincère de comprendre. »

Ça peut aller de la demande intempestive de sources auprès de militant·es à l’exigence de preuves auprès d’une personne qui partage un témoignage. Dans cette forme-là, le sealioning peut être assimilé à l’injonction à la pédagogie.

Il peut également se manifester par la réclamation d’un débat. Par exemple, lorsque qu’un fait est évoqué ou lorsqu’une personne (militante ou non d’ailleurs) fait part d’un témoignage, le sealion tente de manière lourde de lancer une discussion sur ce fait ou ce témoignage. Et ce, alors qu’aucun appel au débat n’a été évoqué.

Debate me, par Olive Rae Brinker

Debate me, par Olive Rae Brinker

Des stratégies pour délégitimer et nier

Ces trois stratégies sont utilisées par les dominant·es pour taire et délégitimer les revendications de militant·es, pour nier les expériences vécues par les personnes opprimées et pour réfuter les réalités exposées. Mais surtout pour décrédibiliser les militant·es.

injonction à la pédagogie

C’est un énorme problème, car dans tous les cas, les militant·es sont perdant·es. Les dominant·es ne changent pas d’avis après que l’on ait mis les formes. Parce qu’un·e militant·e exagère toujours à leurs yeux. Parce qu’iels ne changent pas d’opinion après qu’on les ait rassuré·es. Parce que ce n’est pas un discours policé qui fait avancer les causes.

Ces trois stratégies sont utilisées par les dominant·es pour décrédibiliser les militant·es.

Au final, les militant·es ou les personnes concernées par les oppressions auront gaspillé du temps et (éventuellement) des cuillères pour essayer de convaincre une personne qui ne se soucie guère d’être instruite. Tout en passant une nouvelle fois pour la féministe hystérique ou l’angry black woman. Iels auront gaspillé de l’énergie pour justifier leur humanité auprès de dominant·es qui, loin d’écouter sincèrement, feront du dominant porn pour assouvir leur voyeurisme malsain à l’égard des personnes dominées.

Les militant·es fournissent déjà un énorme travail de pédagogie grâce à leurs vidéos, leurs blogs, leurs journaux, leurs études, leur activisme, leur militantisme. Il est vrai que le vocabulaire militant ou que des notions en sociologie (entre autres) ne sont pas accessibles à tou·tes et il est tout à fait logique que des termes soient réexpliqués en cas de besoin.

En revanche, si :
– vous espérez qu’on fasse vos recherches sur des notions basiques à votre place (taper deux ou trois mots-clefs sur un moteur de recherche, ce n’est pas compliqué) ;
– vous estimez qu’on vous doit de la pédagogie (alors qu’en fait, non) ;
– vous estimez que si on vous refuse un débat, nous perdons en crédibilité ou que nous n’avons aucun argument ;
– vous voulez discuter ou débattre uniquement pour faire du dominant porn ;

il ne faudra juste pas s’étonner que vous vous retrouviez bloqué·e sur les réseaux sociaux. Les personnes militantes s’éduquent par elles-mêmes, font leurs propres recherches et s’autoforment. Pourquoi cela serait différent pour les autres ?

Vous faites perdre du temps et de l’énergie aux militant·es. Et notre temps, notre énergie sont beaucoup trop précieuxes.