Eva vit à Rouen, est passionnée de récup’, de films, de bandes dessinées, de voyages, mais aussi d’écoféminisme et de modes de vie alternatifs (minimalisme, véganisme, zéro déchet). Au quotidien, elle aime prendre le temps de vivre en toute simplicité ; pour elle, tout est poétique, et elle est convaincue « qu’au plus profond de chacun·e de nous sommeille un·e petit·e enfant ». Rencontre avec une blogueuse inspirante et engagée.

Tu tiens ton blog, minimalevabee, depuis 2014, que tu as commencé dans une démarche minimaliste. Quel a été le déclic qui t’a menée à suivre ce style de vie, et qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer dans un blog ?

Un jour où je n’avais pas trop le moral, je suis allée faire du shopping. En rentrant chez moi et en voyant tous mes achats accumulés, je me suis rendue compte que je n’étais toujours pas heureuse, et qu’en plus rien de ce que j’avais choisi ne me correspondait. À cette époque je me cherchais beaucoup. Pour moi les fringues étaient un moyen d’expression mais je n’arrivais jamais à trouver ce que je voulais exprimer. Je ne me connaissais pas, je ne connaissais pas mon style non plus. J’ai commencé à faire des recherches sur le net du genre « comment trouver son style », « comment s’habiller en fonction de sa personnalité », etc.

De fil en aiguille je suis tombée sur des blogs anglophones qui parlaient de minimalisme et de capsule wardrobe. J’ai tout de suite accroché et j’ai commencé à désencombrer, c’est-à-dire à me séparer de tout ce qui ne m’était pas utile et qui ne me rendait pas heureuse. Mon entourage était complètement imperméable à toutes ces histoires de style et de développement personnel, j’ai donc décidé d’ouvrir un blog moi aussi pour partager mes « tribulations d’apprentie minimaliste ».

Depuis tes débuts de blogueuse, tu as beaucoup évolué ; tu parles désormais végétarisme, mode éthique, slow cosmétique…Peux-tu nous parler de ton cheminement ? Quelles difficultés as-tu rencontré dans cette évolution ?

Au départ, mon cheval de bataille c’était les fringues, le style. Le principe du minimalisme, c’est que tu consommes moins mais mieux. Donc tu évites d’acheter des fringues à trois balles cinquante de mauvaise qualité pour investir dans des trucs plus chers mais de meilleure qualité. Quand je me suis rendue compte que les fringues plus chères étaient souvent aussi mal foutues que celles qui ne coûtent presque rien, je me suis dit qu’il y avait un problème. J’ai donc commencé à fouiner sur le net pour trouver des infos là-dessus. Le made in France commençait à devenir à la mode et il y a eu ce documentaire de Benjamin Carle qui a essayé de vivre 100 % français pendant un an qui m’a un peu aiguillée. Évidemment, comme tout le monde, je savais vaguement que l’industrie textile n’était pas jolie jolie, mais je fermais les yeux. Du coup j’ai commencé à m’intéresser aux conditions de fabrication des fringues, pour me rendre compte qu’elles étaient réellement atroces, inhumaines et inadmissibles. J’ai décidé de ne plus cautionner ça, en achetant éthique et responsable.

« Le principe du minimalisme, c’est que tu consommes moins mais mieux. »

Le reste est venu tout seul, de manière très logique, tout cela coulait de source, c’est comme si d’un seul coup mes yeux s’ouvraient.
Mon père est cuisinier et je mangeais de la viande depuis toujours. Un jour j’ai compris à quel point c’était cruel et illogique dans notre société occidentale. Je suis devenue végétarienne par conviction écologique. Et souvent, qui dit végétarisme, dit végétalisme et véganisme pas très loin (je n’y suis pas encore totalement, notamment côté alimentation, et je porte des fringues en matières animales de seconde main).

La slow cosmétique est venue en parallèle parce que j’avais des problèmes d’acné hormonale et aussi toujours par souci d’écologie (je ne voulais pas polluer mon environnement avec les produits que j’utilisais pour me pomponner). Idem pour les règles au naturel et les protections périodiques lavables et réutilisables, etc. On ajoute par-dessus ça une grosse prise de conscience écologique avec le zéro déchet (dont je me rapproche chaque jour, mais je ne suis pas parfaite).

Pour finir, je n’ai pas spécialement rencontré de difficultés, mises à part les barrières que je me mettais toute seule et surtout les exigences que j’avais envers moi-même. J’ai appris à faire la paix avec ça, et à me dire que je ne peux pas à la fois me battre sur tous les fronts écologiques et éthiques, me battre dans ma vie privée, et être parfaite partout en tout point.

 

Le zéro déchet, ce n’est pas que dans la sphère personnelle. Tu as évoqué sur ton blog ton métier d’archéologue. Lors des chantiers de fouille, comment arrivais-tu à faire coïncider ton style de vie avec tes conditions de travail ?
As-tu rencontré des résistances ou, au contraire, eu des retours positifs de la part de tes collègues ? Et plus largement, comment transposer le zéro déchet dans le monde professionnel ?

J’ai de la chance, la plupart des archéos sont hyper écolos, d’ailleurs mon mode de vie est souvent propice à des discussions très intéressantes. Je n’ai jamais été critiquée pour quoi que ce soit (mis à part peut-être quelques moqueries parce que je mange des légumes crus et « des graines » à l’heure du sacro-saint apéro bière-chips-sauciflard-frometon après le boulot). Le midi, il y a deux cas de figure. Soit on se débrouille, dans ce cas je fais ma gamelle la veille et tout va bien niveau déchets et végé. Soit on mange au restaurant, et là je peux oublier le végétalisme et le zéro déchet. Là où le bât blesse, c’est au niveau des bouteilles d’eau et des pauses café. L’organisme employeur nous les paye, donc difficile de passer à côté. L’archéologie est un métier physique où on a besoin de s’hydrater régulièrement. Personnellement, j’emmène toujours une gourde d’un litre et demi isotherme avec moi, que je remplis le midi au resto (s’il y en a un).

Malheureusement, il arrive régulièrement que ça ne suffise pas pour la journée et que je doive taper dans les bouteilles d’eau en plastique. Pour les pauses café, nous avons tous notre tasse, mais il y a quand même les emballages plastiques du café. Ça on ne peut pas y faire grand-chose (on a essayé de faire le café chez nous en mode zéro déchet, mais ce sont toujours les mêmes qui s’y collent, pas très équitable du coup).
 

Eva de dos dans une ruelle de Cassis.

Eva de dos dans une ruelle de Cassis.

Souvent, être blogueuse rime difficilement avec éthique ; il est souvent reproché aux blogueureuses leurs partenariats et affiliations. Tu ne caches pas le fait de collaborer avec certaines marques ; comment les choisis-tu, quels sont tes critères ?

Déjà je ne m’en cache pas parce que je préfère être honnête et que je crois que c’est important de faire de la pub pour des créateurices engagé·es. Ensuite, j’accepte d’être rémunérée parce que c’est de la pub, donc un travail. Aujourd’hui beaucoup de jeunes marques profitent des blogueureuses green pour se faire de la pub gratos, je ne trouve pas ça honnête et encore moins éthique. Après je n’en abuse pas non plus, et de toute façon je ne gagne vraiment pas grand-chose (pour l’instant je n’ai reçu que des avantages en nature et accumulé quelques cagnottes qui me permettent d’acheter des trucs sur le site de la marque en question).

 
Mes choix sont simples, la marque doit correspondre parfaitement à mes critères éthiques et écologiques (ne pas exploiter les gens, les payer convenablement, ne pas polluer, utiliser des matériaux renouvelables, être utile et versatile, etc.) et à mes goûts évidemment (on m’a reproché un partenariat pas à 100 % écolo mais dont j’aimais vraiment la fringue en question, j’avais même prévu de me l’acheter alors quand la créatrice m’a proposé la collaboration, j’ai dit oui sans hésiter. C’est un choix que je ne regrette pas). Aussi j’essaie de mettre en avant les marques dont les membres sont particulièrement adorables. L’humain compte toujours beaucoup pour moi. Par exemple si une marque m’approche, que son éthique est super cool mais je n’ai pas un bon feeling avec maon interlocuteurice, je dis non.

Comment le féminisme et l’écologie sont-iels lié·es pour toi ?

J’irais même plus loin que ça. La convergence des luttes est une chose en laquelle je crois sincèrement. Pour faire simple, je n’envisage pas le monde autrement que dans le respect des espèces entre elles et de leur environnement. Tout ça est très logique. On ne peut pas se sentir concerné·e par le bien-être animal sans penser au bien être des humains, ni être engagé·e dans la cause éthique sans être féministe. Tout ça fonctionne ensemble puisque toute forme de vie a droit au respect. Notre liberté s’arrête où commence celle de l’Autre.

 

Quelles sont tes sources d’information préférées sur le minimalisme et sur le zéro déchet ? Des livres, blogs ou chaînes YouTube à nous conseiller ?

Oulalala il y en a tellement !
Tout-en-un (mes préférés) :
– blogs : Manon Lecor, Lily Fairly, Simplement Emm, Tout est politique (Buffy Mars), Raton Rêveur, Et Si Deux Mains, Comme Un Gardon, Lemon Coco, Paris To Go (en anglais) ;
– chaînes YouTube : Friendly Beauty, Josée-Anne SC, Libre et Sauvage.
Le minimalisme :
– les livres de Dominique Loreau (pas hyper écolo en revanche, comme la majorité des bouquins sur le minimalisme d’ailleurs, où les auteurices ont tendance à beaucoup trop « jeter » plutôt que « recycler », « donner » ou « vendre ») ;
– chaîne YouTube (en anglais) : The Minimalists.
La mode éthique :
A Small Wardrobe (en anglais), Happy New Green, Anuschka Rees (en anglais), Affectueusement Votre, Alias Louise, The Green Chic(k).
Le zéro déchet :
– les livres Zéro déchet de Béa Johnson (un classique) et La Famille Zéro Déchet [NDLR : bien que ces ouvrages soient des incontournables en la matière, nous regrettons les propos hétérocentrés qu’ils contiennent] ;
– blog (en français) : Small & Beautiful ;
– chaîne YouTube (en français) : Les Hommes Propres.
La slow cosmétique :
– la boutique Slow Cosmétique ;
– chaîne YouTube (en anglais) : Holistic Habits.
Le véganisme :
– les livres de cuisine de Marie Laforêt ;
– les livres et le blog d’Ophélie Véron alias Antigone XXI ;
– chaînes YouTube (en français) : Llyod Lang, Jihem Doe ;
– chaîne YouTube (en anglais) : Jenny Mustard ;
– le magazine Véganes et le livre Eco-punk.

Quels sont tes projets pour la suite ?

J’aimerais changer de métier et devenir herboriste tout en continuant à bloguer, sur des sujets un peu plus philosophiques mais toujours de société. Le blog évolue en même temps que moi en fait et je trouve ça plutôt cool !

Retrouvez Eva sur son blog, ainsi que sur Instagram et Facebook ! Et n’hésitez pas à consulter nos articles sur le zéro déchet et le minimalisme pour en savoir plus à ces sujets.