Ça y est, après des semaines à baver devant Pinterest, Tumblr, Instagram et la Terre entière, vous vous êtes décidé·e : vous allez vous faire piercer. Comment se déroule un piercing ? Quels sont les risques éventuels ? Comment bien choisir son salon ? Accrochez vos ceintures et laissez-moi vous expliquer tout ça !

Premiers renseignements

Tout d’abord, il est nécessaire de rappeler que le piercing n’est pas un acte totalement anodin et qu’il est préférable d’avoir un minimum de renseignements avant de se lancer.
Se renseigner, oui, mais où ? Si vous connaissez des personnes piercées, n’hésitez pas à leur demander ! Iels sont souvent de bon conseil et peuvent vous aider à vous orienter. Internet est l’endroit où vous trouverez tout sur les piercings. Et quand je dis tout, c’est tout : des conseils les plus avisés aux grosses intox avec photos dégueu en gros plan. Bannissez Doctissimo, WikiHow et tous les autres sites/forums qui n’ont pas de lien direct avec le monde du piercing et des modifications corporelles. Je ne peux que vous conseiller de recouper les informations. Un piercing peut se faire de différentes manières, mais il faut garder à l’esprit que les techniques évoluent et qu’un obscur post Tumblr de 2010 peut ne plus être actuel du tout.
SI vous avez un piercing précis en tête, commencez par regarder sa dénomination. Ça évitera le regard un peu perdu de votre pierceureuse quand vous demanderez « le piercing sur le côté de l’oreille, mais si, vous savez, le côté près de la tête, sur le petit bout qui dépasse ». C’est plus simple pour tout le monde d’arriver en disant que l’on aimerait se faire piercer le tragus. Ensuite, renseignez-vous sur le bijou de pose. C’est le bijou que vous porterez pendant toute la durée de cicatrisation. Ils varient selon le piercing, l’endroit, mais aussi selon vous ! Les pierceureuses adaptent le piercing à votre morphologie et le bijou de pose peut ne pas ressembler à ce que vous avez vu sur Internet. Renseignez vous aussi sur la durée de cicatrisation. Attention, elle peut approcher les 10 mois pour certains piercings, comme ceux du cartilage ! Pour finir, demandez-vous si votre futur piercing colle avec vos habitudes de vie, et s’il ne vous posera pas problème. Par exemple, si vous faites un sport de combat, il y a un risque de l’abîmer voire de l’accrocher.
Enfin, last but not least, demandez conseil à læ pierceureuse directement. Iels sont souvent des passionné·e·s, qui vous renseigneront efficacement. Iels peuvent regarder si votre morphologie convient au piercing que vous désirez et vous dire s’il est possible (ou non) de le faire. N’hésitez pas à prendre plusieurs avis mais si vous recevez plusieurs refus, c’est qu’il n’est vraiment pas possible de le faire, inutile de s’acharner !

Bien choisir son/sa pierceureuse

Pour bien choisir son salon de piercing, le plus efficace est souvent le bouche à oreille. Cherchez les salons de piercing de votre ville et regardez leur site, leur page Facebook, bref n’importe quoi qui peut vous éclairer. Vous pouvez visiter le salon en lui même et discuter avec les employé·e·s. Tous les salons ont une salle à part pour faire les piercings. Si on refuse que vous la voyiez avant le piercing, allez voir ailleurs. Le salon ne doit rien avoir à vous cacher ! La salle dédiée doit être impeccable. Les instruments utilisés pour le piercing et les piercings eux-mêmes doivent être stériles. Votre pierceureuse doit au minimum utiliser des gants et bien désinfecter la zone à piercer. Si toutes ces conditions ne sont pas réunies, changez de salon ! L’hygiène est très importante, un piercing mal réalisé peut mener jusqu’à une hépatite. Un salon qui vous assure qu’il n’y a pas besoin de gants, qui n’a pas d’instruments stériles, qui reste évasif sur ses méthodes n’est pas un bon salon. Votre santé doit passer avant votre envie de piercing et vous avez totalement le droit de dire stop si vous ne le sentez pas.
Le prix est aussi un bon indicateur de qualité. Un piercing est souvent cher, même si les prix varient selon le piercing et la ville où se situe le salon. Un salon avec des prix très faibles ou qui vante des « prix cassés » n’annonce rien de bon ! Concernant les personnes mineures, un bon salon demande toujours une autorisation parentale. Les piercings dits génitaux (sexe et téton) sont le plus souvent interdits aux personnes mineures.
Si je parle de salon de piercing et de pierceureuses depuis le début de cet article, c’est parce que ce sont les seul·e·s habilité·e·s à pratiquer cet acte en toute sécurité. Beaucoup de gens se font piercer les oreilles en bijouterie, avec un outil que l’on appelle « pistolet ». Par pitié, n’y allez pas ! L’hygiène est horriblement douteuse, le pistolet est impossible à nettoyer correctement (donc tout sauf stérile), les personnes qui le manient ont eu une formation de vendeureuse et pas de pierceureuse. Et surtout, surtout, le pistolet est dangereux. Il déchire les tissus et peut empêcher une cicatrisation correcte.

Piercing - illustration par Elléa Bird

Piercing – illustration par Elléa Bird

Déroulement du pierçage

Bon, le grand jour est arrivé, vous êtes prêt·e. Concrètement, comment cela va se passer ? Votre pierceureuse va vous emmener dans la salle dédiée (stérile, tout ça, tout ça). Iel va désinfecter la zone à piercer, souvent avec de la Bétadine. Ensuite, iel utilise un stylo spécial pour marquer les points d’entrée et de sortie du bijou. Cela peut prendre un peu de temps et de mesure, puisque c’est à ce moment là qu’iel va déterminer quel type et quelle taille de bijou utiliser (oui, il y a plusieurs tailles et diamètres). Votre pierceureuse va ensuite percer (enfin !) avec une aiguille. L’aiguille va rester en place quelques secondes avant d’être vite remplacée par le bijou. Et voilà, vous avez votre piercing ! Il est souvent conseillé de rester assis·e ou allongé·e quelques minutes parce que beaucoup tombent dans les pommes. Pas de honte à avoir, c’est une réaction normale ! Il est aussi normal de pleurer un peu, particulièrement pour les piercings du nez. Une sombre histoire de nerfs fait que vous verserez une petite larme, que vous ayez eu mal ou non.
Puisqu’on en parle, et la douleur ? Eh bien la douleur est subjective. Sur ce point-là je n’ai pas de conseils à donner, puisque chacun·e appréhende la chose différemment. Certaines zones sont réputées pour être plus douloureuses que d’autres : cartilage de l’oreille, parties génitales, tétons… Mais cela reste une généralité et votre état d’esprit joue aussi beaucoup. Si vous êtes très tendu·e, que vous avez très peur d’avoir mal et que c’est votre premier piercing, désolée, mais vous aurez sûrement mal.

Soins et risques éventuels

Voilà vous avez désormais un magnifique piercing, mais il faut en prendre soin. Votre pierceureuse va vous donner une fiche récapitulative des soins, qui varient (encore et toujours) selon le piercing. Pour les piercings de la bouche, c’est généralement un bain de bouche. Pour les autres, un nettoyage quotidien avec un désinfectant sans alcool. Les soins durent une quinzaine de jours en moyenne. Pour un nettoyage régulier, un rinçage à l’eau claire suffit.
Pendant toute la période de cicatrisation, évitez au maximum de toucher votre piercing hors moment des soins. Il ne faut surtout pas bouger le bijou ! Bouger le bijou irrite le canal nouvellement créé et ralentit la cicatrisation. Il est déconseillé de prendre un bain de mer ou d’aller à la piscine dans le mois qui suit le pierçage pour éviter que de charmantes petites bactéries viennent troubler la cicatrisation. Des conseils très spécifiques s’appliquent à certains piercings, mais il serait trop long de les détailler ici. S’il y a un soin particulier, votre pierceureuse vous en informera.
Si votre piercing a été réalisé dans des conditions d’hygiène correcte et que vous respectez la feuille de soin, tout va bien se passer. Le « problème » le plus fréquemment rencontré touche surtout les piercings du cartilage de l’oreille et s’appelle l’excroissance cicatricielle. On l’appelle souvent à tort chéloïde. Au bout de quelques semaines de cicatrisation, vous commencez à faire moins attention à votre piercing, vous dormez de nouveau dessus ou vous l’accrochez sans faire exprès. Du coup, votre corps se sent agressé et va produire du tissu cicatriciel. Sauf que, dans la plaie, il y a votre bijou ! Le tissu va se concentrer sur les bords de la plaie et former une petite boule de chair, pas esthétique du tout mais pas non plus dangereuse pour autant. Il y a plusieurs moyens pour les faire partir, contactez votre pierceureuse pour vous conseiller au mieux ! De manière générale, faites confiance à votre instinct et retournez læ voir au moindre problème. Il faut aussi savoir que les peaux noires et asiatiques sont plus sujettes à ce type de problème que les peaux blanches. Un bijou adapté permet néanmoins de limiter l’apparition d’excroissances.
Même après la cicatrisation, faites attention au type de bijoux que vous portez. La matière peut vous causer des allergies (privilégiez le titane ou l’acier chirurgical) et la forme du bijou peut vous gêner. Parfois l’esthétique doit passer après la santé !

Je n’ai volontairement pas parlé des piercings faits soi-même car je pense personnellement que c’est un acte qui présente trop de risques. Ces propos n’engagent que moi et non pas toute la rédaction de Simonæ. J’espère que ces quelques conseils vous auront été utiles et qu’ils vous auront donné envie de rentrer dans le fabuleux monde des modifications corporelles ! C’est un univers très vaste, que j’ai réduit à sa substantifique moelle mais qui mérite que l’on s’y attarde.

Ressources utiles

Forum Arte Corpus
Forum BodyWork