Dans son texte intitulé « Le nouveau puritanisme »* où elle s’interroge sur la façon dont les mots peuvent imposer des restrictions au débat, Marie-France Bazzo exprime son malaise face à l’adjectif « racisé ».

Je comprends aisément que l’émergence de tout nouveau concept sociologique vienne avec son lot de questionnements, voire d’incompréhension. Je me souviens d’avoir eu moi-même une réaction de rejet la première fois que j’ai entendu ce mot. En effet, quand on s’évertue à déconstruire et rejeter le concept de « race », le mot racisé peut d’abord apparaître comme une concession aux catégorisations que l’on combat. Néanmoins, en dépassant ses a priori et en s’intéressant aux origines du concept, il est possible de mesurer son utilité et sa puissance pour élever le débat.

La suite de l’article ici.