Je me suis toujours demandé d’où venait la grossophobie et comment elle pouvait autant durer. Pourquoi des gens se détestent et pourquoi d’autres les détestent ?

En me penchant sur les films et séries qui ont accompagné mon enfance (entre les années 80 et 2000), j’ai réussi à saisir une partie du problème :

Le cinéma, un peu paresseux, ne s’est pas embarrassé à créer des personnages aussi variés qu’il n’y a de personnes sur Terre. Il a utilisé des clichés, en a inventé et en a beaucoup répandu.

Love Actually, Martine McCutcheon

Love Actually, Martine McCutcheon

Voici une liste des clichés que véhiculent le petit et le grand écran. Rien de rassurant donc :

  • Les gros·se.s sont moches
  • Les gros·ses ne pensent qu’à manger
  • Les gros·ses parlent de manière « stupide »
  • Les grosses ne peuvent sortir qu’avec des gros
  • Les gros·ses ont de l’humour alors ça va
  • Les gros·ses l’ont cherché
  • Les gros·ses ne seront jamais aimé
  • Les gros·ses ne font pas de sport
  • Les gros·ses ne peuvent pas danser
  • Les gros·ses ne peuvent pas faire de yoga
  • Les gros·ses sont anormalaux
  • Les gros·ses sont ridicules

 

Quelques exemples

  1. The Big bang Theory (saison 7, épisode 11) : dans une réalité alternative, Leonard ne rencontre jamais Sheldon et n’a pas de copine, donc il devient gros. Le doublage en VF en rajoute en lui prêtant soudain un retard de langage… Le message est clair.
    The Big Bang Theory, Johnny Galecki

    The Big Bang Theory, Johnny Galecki

  2. Friends (saison 6, épisodes 15 et 16): Partant de suppositions, que se serait-il passé si Monica avait toujours été grosse? Eh bien la série la montre comme étant encore vierge et plus immature que dans sa version mince (Sans parler du reste de la série).
  3. Love actually de Richard Curtis (2003), attirant l’attention du spectateur sur le poids de Nathalie.
  4. Austin Powers 2 : l’espion qui m’a tiré de Jay Roach (1999), oui, c’est une comédie. Oui, c’est parodique. Oui, cela joue sur le principe d’exagération. Mais le personnage de Gras-Double (Fat bastard en VO) rassemble d’une manière infecte tous les clichés sur les gros·ses.
  5. La mort vous va si bien de Robert Zemeckis (1992), le poids du personnage de Helen est l’objet de raillerie.
  6. Les Goonies de Richard Donner (1985), le personnage de Lawrence « Choco » Cohen est présenté comme un enfant gras, un peu bête et obsédé par la nourriture.
  7. À peu près tous les Disney ainsi que d’autres fictions où læ méchant·e est gros·se.

Quand l’on expose des personnes en pleine construction à des choses répétitives, elles assimilent ces dernières comme étant des vérités.

Chicago, Queen Latifah, 2002

Chicago, Queen Latifah, 2002

Un grand nombre de grosses personnes ont donc grandi avec les peurs de ne pas être aimées, d’être rejetées, d’être ridicules ou stupides, tout en étant convaincues qu’elles l’avaient mérité. Elles se sont empêchées de réaliser des choses quand elles en avaient envie car il leur paraissait évident que ça n’était « pas fait pour les gros·ses ». Pire encore, ces clichés ont encouragé des personnes dans des voies plus dangereuses pour leur santé.

Les films et les séries ne font pas qu’imposer aux grosses personnes la vision qu’elles doivent avoir d’elle même, iels mais ont incité le reste des gens à les traiter d’une certaine façon.

Mais si, vous voyez de quoi je veux parler; toutes les moqueries, toutes les remarques qui ne sont jamais condamnées à l’écran :

  • « Tu ne trouveras jamais personne si tu ne perds pas du poids »
  • « Allez bouboule ! Bouge ton cul ! »
  • « Tu as pensé à faire un régime ? »
  • « Tu devrais porter du noir, ça amincit »
  • « Encore 5 kilos et tu seras au top ! »
  • « Ne mange pas ça ! C’est plein de matières grasses ! »
  • « Tu es sûr·e que tu veux prendre un dessert ? »
Le Hérisson, Josiane Balasko, 2009. ©Pathe Films

Le Hérisson, Josiane Balasko, 2009. ©Pathe Films

Le Hérisson, Josiane Balasko et Togo Igawa, 2009. ©Pathe Films

Le Hérisson, Josiane Balasko et Togo Igawa, 2009. ©Pathe Films

Ce sont des phrases répandues dans les films qui ont déteint sur le quotidien. Elles font passer le poids d’une affaire strictement personnelle à une affaire publique et donnent une sorte de légitimité aux insultes grossophobes.

Tous ces clichés ne s’arrêtent pas à la stricte limite du body-shaming. Dans cette complexe mécanique, un « homme gros » aura moins de soucis à trouver l’amour, mais attention, seulement s’il est drôle. Car s’il y a une chose que beaucoup de films nous ont « appris », c’est que sortir avec un gros est moins honteux que de sortir avec une grosse.

On note également au passage l’aspect dichotomique qui règne dans les films. Soit on est gros·se, soit on ne l’est pas. L’entre deux n’existe pas vraiment, ou seulement pour présenter quelqu’un de relativement « normal·e » comme étant gros·se.

Sans oublier le tabou créé autour du mot « gros·se » . Devenu l’insulte ultime, ce qualificatif tout simple a dû laisser sa place à des mots comme « pulpeuse », « en chair », « avec des formes », « bien charpenté ».

Le cinéma ne s’est pas inspiré de la réalité: les gros·ses ne sont pas plus bêtes que les autres et iels ne sont pas des “sous-humain·e·s”. Mais à force de toujours montrer les mêmes clichés, de les répéter, ils gagnent une place dans la réalité (Sorte d’effet Golem et de méthode Coué).

À présent, au nom du réalisme, ces clichés-réalités ne sont que rarement démenti·e·s. Et si le cinéma tend à se diversifier, il faudra encore du temps pour guérir plusieurs générations de personnes, encore convaincues qu’elles sont des merdes parce qu’on les a définies comme telles à l’écran.

Un peu d’espoir

En attendant, il ne faut pas hésiter à répéter et à se répéter que ce sont des fictions et se concentrer sur des films avec des personnages un peu plus inspirants :

  • Bagdad café
  • Chicago
  • Ghostbusters (2016)
  • Grey’s Anatomy
  • Le château dans le ciel
  • Le Hérisson
  • Muriel
  • Orange is the new black
  • Steven Universe
Muriel, Toni Colette

Muriel, Toni Colette