La Marche des Fiertés, c’est souvent l’occasion de belles rencontres, telles que les Gamme’Elles, première chorale lesbienne de Paris, que nous avons eu le plaisir de croiser en longeant les jardins des Tuileries tout en défilant pour nos droits. Nous les avons retrouvées quelques jours plus tard au festival Les Voix sur Berges, pour une rapide interview, après leur concert.

Disclaimer : L’interview s’est déroulée juste après leur prestation du 25 juin 2017 et nous en retranscrivons ici les réponses orales.

Gamme’Elles est une chorale LGBT+ qui existe depuis 2004 et regroupe une trentaine de choristes sur Paris et ses alentours, pour chanter un répertoire féminin varié français et international. C’est Marielle Dellenbach, cheffe de chœur, qui nous a accordé de son temps pour répondre à nos questions.

Pourquoi une chorale lesbienne ?

J’avais passé 9 ans au choeur Equivox, le plus vieux chœur de France pour les LGBT+, et j’ai eu envie de créer ma propre chorale, hétéro friendly mais majoritairement pour les femmes LGBT+. Beaucoup de choristes d’Equivox m’ont d’abord rejointe, jusqu’à ce que nous atteignons aujourd’hui un groupe d’une quarantaine de personnes. Nous recrutons d’ailleurs toujours de nouvelles choristes, qu’elles soient bies, trans, non binaires ou neutres.

 

GIF d’un hôtesse pointant sa pancarte « we are hiring »

 

Quel est votre répertoire ?

Nous sommes assez éclectiques sur nos choix musicaux. Notre répertoire va du classique aux morceaux récents. Les choristes choisissent trois morceaux qu’elles aimeraient interpréter, et nous les adaptons et arrangeons au besoin après coup. Nous chantons la plupart du temps a capella, plus rarement avec un accompagnement au piano.

 

NdlA : Lors du festival, la chorale a interprété une version lesbienne de la Mauvaise Réputation de Brassens, un chant traditionnel colombien, du Christine and the Queens ainsi que du Zaz. Les choix musicaux ne sont pas spécifiquement féminins ou engagés mais font parfois l’objet de réécriture et/ou réinterprétation comme ce fut cette-fois ci le cas pour Brassens, ainsi que pour un morceau de La Flûte Enchantée, de Mozart, féminisé en Pagagena Papagena.

 

GIF d’un personnage d’une série Netflix pointant la caméra en disant « You need me ».

 

Le choeur Equivox, qui existe depuis 1994, concerne à la fois les gays et lesbiennes. En quoi vous différenciez-vous de ce groupe historique, sur le plan social, militant et musical ?

Nous nous positionnons sur un pan à peu près équivalent à Equivox, qui est aussi très ouvert sur ses participant·e·s, si ce n’est que nous sommes bien moins nombreuses qu’elleux du fait de leur ancienneté. Nous avons déjà eu des concerts en commun, chanté ensemble à des événements, ainsi qu’avec Podium et MéloMen.

 

Que conseillerez-vous aux lesbiennes et minorités sexuelles en général qui voudraient s’exprimer par le chant ?

Entraînez-vous, produisez-vous, dans la rue, sur le web, à toutes les échelles. Surtout ne lâchez rien, chacune à son niveau importe.

 

GIF de Princesse Bubblegum et Marceline, de la série Adventure Time, chantant en duo.

 

À quand vos prochains concerts ?

Le concert du Festival des Voix sur Berges était notre dernier de la saison. Nous nous produirons à la Fête des Vendanges à Montmartre en octobre ainsi qu’à la bibliothèque Sabatier.

 

Chorales LGBT de France : où et quand ?

Si le chant choral existe depuis l’Antiquité, il s’est popularisé en France durant le XIXème siècle, par une démocratisation de la musique en général et une réhabilitation des choeurs catholiques. Aujourd’hui l’une des pratiques musicales les plus portées en France, c’est sous sa forme amateure et associative qu’elle se manifeste le plus. A la fin des années 1980, le gospel donne un nouvel élan à la chorale, ainsi qu’une nouvelle visibilité et plus de diversité dans les choix musicaux. On trouve fin XXème siècle des groupes choraux pour toutes sortes de musiques, allant du répertoire classique à la musique de film, mais il faut cependant attendre 1994 pour voir apparaître la première chorale LGBT+ officielle, Equivox, pour gays et lesbiennes, à Paris.

Ont depuis été créés, également en Île-de-France, le choeur Mélo-Men, pour gays et gays friendly (anciennement Chœur International Gai de Paris -CIGAP-), avec un répertoire oscillant du classique à la variété. Si le rock et les musiques de films vous conviennent plus, Les Agités du Vocal accueillent également sans distinction LGBTQ+ et hétéro.

Dans le sud, vous pourrez aussi rejoindre les chorales LGBT+ Polychrome à Nice, A Voix et A Vapeur à Lyon, Les Vocifers à Marseille. Mais rassurez-vous, l’Est n’est pas en reste, avec Pelicanto, le chœur LGBT+ d’Alsace, qui se produit même sur scène.

Dans un registre plus professionnel, la troupe Les Caramels Fous proposent des spectacles au casting entièrement gay, bien qu’elle s’entoure également de gays friendly aux postes artistiques et de coordination. Le chœur gay de Toulouse monte également des spectacles hauts en couleur, toujours bons à découvrir.

Si vous connaissez d’autres chorales locales, départementales ou régionales, qu’elles soient professionnelles ou amateures, n’hésitez pas à nous les faire découvrir.

 

GIF d’une femme faisant un clin d’œil très caricatural.

Nous remercions très chaleureusement Marielle pour cette interview et l’ensemble des Gamme’Elles pour leur prestation lors du festival, très en voix (huhuhu).