Quelques YouTubeureuses ont accepté de répondre à nos questions ; aujourd’hui nous vous présentons les quatre premier·es. Pour les trois suivant·es, il faudra patienter jusqu’à mercredi, ce qui vous laisse le temps de regarder quelques vidéos !

Il a été porté à notre attention que deux questions (celle sur le rapport à la musique et sur la possibilité de regarder des vidéos non sous-titrées) étaient problématiques et validistes. Nous avons donc décidé de les retirer des différentes interviews. Nous tenons à nous excuser.

Qui êtes-vous ? Présentez-vous en quelques mots et décrivez votre chaîne YouTube.

Mélanie : Je suis Mélanie et je suis sourde de naissance. J’oralise depuis petite et j’ai appris la langue des signes en 2011. Je possède deux chaînes YouTube, une où je signe, cela concerne l’apprentissage de la LSF et l’autre où je parle. La deuxième chaîne permet de montrer aux entendant·es que certaines personnes sourdes peuvent parler !

Laurelaïde : Je m’appelle Laurelaïde, j’ai 15 ans et je suis en 3ème. Je sais signer depuis que j’ai cinq ans. Je suis sourde profonde implantée. Sur ma chaîne YouTube, je fais des vidéos de divertissement et aussi un peu d’humour.

Lucas : Je m’appelle Lucas Wild, j’ai 22 ans. Je suis sourd de naissance et je m’exprime en langue des signes dans mes vidéos. Sur ma chaîne Youtube, il y a différents sujets mais en général, ça parle de la surdité, de la culture sourde, etc. En gros, c’est plutôt tout et rien avec une petite touche d’humour.

Dhafer : Je me présente : Dhafer, je viens de créer ma chaîne Made In Dhafer. Mon but est de réaliser des vidéos avec de l’humour sur la surdité et d’autres thèmes également.

Est-ce que l’étiquette de YouTubeureuses sourd·es vous dérange ? Préféreriez-vous que l’on dise juste YouTubeureuses ?

Mélanie : Au départ, cela me gênait oui car je ne me considérais pas comme une YouTubeuse tout court. Mais aujourd’hui, avec les avis des personnes, je prends confiance en moi et j’accepte le terme « YouTubeuse » en ajoutant « sourde » bien sûr !

Laurelaïde : Non, ça me dérange pas d’avoir l’étiquette de YouTubeuse sourde. Je ne préfère pas qu’on dise juste YouTubeuse car être sourde fait partie de mon identité. Dire juste « YouTubeureuse », pour moi ça fait référence aux entendant·es.

Lucas : Non, ça ne me dérange pas vraiment. Je suis sourd, c’est mon identité. Mais c’est vrai qu’après, ça fait qu’on me dit trop souvent « ah oui, c’est toi le YouTubeur sourd ! » Je ne suis pas le seul YouTubeur sourd, il y en a d’autres. J’ai l’impression que je suis le seul.

Dhafer : C’est normal que vous demandiez puisqu’il n’y a pas beaucoup de YouTubeureuses sourd·es, ça ne me dérange pas mais j’espère qu’un jour, on dira un super YouTubeur, c’est tout !

Le saviez-vous ?

Même si vous n’êtes pas YouTubeureuse, vous pouvez contribuer à l’ajout de sous-titres si les YouTubeureuses ont laissé cette option possible. Pour cela, cliquez sur la petite molette située en bas à droite de la vidéo puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Ajouter des sous-titres ». Vous pouvez ajouter des sous-titres en français mais aussi dans d’autres langues.

Quel genre de vidéos aimez-vous regarder ? Quels sont vos sujets préférés ?

Mélanie : J’aime regarder des vidéos sur l’humour, les bêtisiers, la culture sourde française ou d’ailleurs.

Lucas : J’aime bien plutôt style blog/vlog, humour et aussi les témoignages sur le parcours de vie de la personne.

 

Dhafer, ta chaîne est un peu différente par rapport aux autres. Tu n’évoques pas forcément les mêmes thèmes, comme celui de l’entretien d’embauche et du monde du travail. Qu’est-ce qui t’a poussé à faire une vidéo sur ce thème ? Et tu te mets beaucoup en scène. As-tu une âme d’acteur ?

Dhafer : J’aime les vidéos humoristiques à l’instar de celles de Cyprien. Il est important de parler du monde du travail en lien avec la surdité, le taux de chômage chez les sourd·es s’élève à 40 % environ, c’est beaucoup quand même… Oui il est vrai que je joue beaucoup de personnages, on m’a envoyé un message : « Mais Dhafer, tu es partout ! » Mdr ! Oui, je pense que j’ai une âme d’acteur.

Mélanie, tu as deux chaînes YouTube dont une où tu nous apprends un peu la LSF. Connais-tu d’autres langues des signes ? Tu donnes aussi des cours de LSF. Pourquoi cette envie ? Comment se déroulent les cours de LSF ? Est-ce difficile d’enseigner à des entendant·es ?

Mélanie : Je connais un peu l’ASL, j’ai appris la base mais j’aimerais apprendre plus. J’apprendrai quand j’aurais le temps. Je donne des cours de LSF car je souhaite devenir professeure de LSF puis j’aimerais également diffuser la langue des signes à beaucoup de personnes. Il existe des entendant·es qui ont du mal avec la langue des signes car iels ne sont pas assez « visuel·les ». C’est souvent comme ça le début d’un apprentissage, c’est tout à fait normal pour ma part.

Laurelaïde : Je connais la LSF et l’internationale.

Lucas : Je sais déjà signer en LSF. Et aussi en internationale (un peu maladroitement mais on m’a dit que je signe plutôt bien en internationale).

Lucas et Laurelaïde, on associe toujours les personnes sourdes à des personnes muettes. Souffrez-vous de ce cliché car contrairement à d’autres YouTubeureuses vous oralisez peu ?

Laurelaïde : Non mais c’est énervant car certain·es sourd·es savent parler. Et si des sourd·es refusent de parler, ce n’est pas parce qu’iels sont muet·tes, c’est qu’iels ont grandi avec des parents sourd·es qui ont refusé aussi de parler ou c’est simplement leur choix.

Lucas : Malheureusement oui, c’est un des plus gros clichés sur les sourd·es. Souvent, il y a des gens qui pensent que je suis malentendant parce que je sais parler alors que non, je suis sourd mais je parle. Donc, je suis sourd et PAS muet.

 

Est-ce qu’il y a des œuvres (séries, films, livres) qui représentent bien la surdité et que vous voulez conseiller ? Par exemple, en tant qu’entendant·es, on pense souvent à Switched at birth. Est-ce qu’elle est vraiment bien au niveau représentation ?

Mélanie : Il y a très peu de films/séries malheureusement… Je conseillerais Marie Heurtin. Mais un documentaire qui représente vraiment la surdité c’est Le Pays des sourds. Oui, Switched at Birth c’est une bonne série qui représente bien la culture sourde.

Lucas : Un film documentaire J’avancerai vers toi avec les yeux d’un sourd, c’est un bon film (mais malheureusement, je trouve qu’il y a quand même quelque chose qui manque mais bon, c’est déjà un bon début pour comprendre la surdité). Sinon, il y a aussi un livre Le Cri de la mouette de Emmanuelle Laborite. Pour la série, c’est pas mal ! Elle représente bien la situation des sourd·es aux États-Unis. Parce qu’ici en France, ce n’est pas pareil… (malheureusement…)

Laurelaïde : Comme films, soit Les Enfants du silence soit Marie Heurtin et en séries, Switched at Birth, qui est bien au niveau représentation. Et il y a pleins livres de LSF.

Dhafer : Un très bon film Miracle en Alabama avec l’excellente Anne Bancroft (Oscar de la meilleure actrice pour ce film) même s’il parle d’une petite fille aveugle et sourde, cela ne présente pas forcément la surdité comme l’autre film Marie Heurtin. Je vous conseille aussi de lire la géniale BD Léo l’enfant sourd, j’aime beaucoup son humour et elle présente parfaitement le monde des sourd·es.

 

Est-ce que suivre l’actualité est facilement accessible pour les sourd·es ?

Mélanie : Non car dans les médias, pour tout ce qui concerne l’actualité, les sous-titres sont en retard ou il n’y en a pas (BFMTV). C’est très difficile pour certain·es sourd·es de suivre les médias donc je dirais que ce n’est pas encore accessible à 100 %.

Lucas : C’est vrai que ce n’est pas facile de suivre l’actualité… Par exemple, sur la politique, c’est très compliqué ! C’est très important l’accessibilité pour que nous puissions voter pour le président en mai 2017, par exemple.

Dhafer : Parfois j’ai le temps de suivre et parfois non.

Est-ce que vous vous considérez comme militant·es pour la cause de la surdité ? Pour d’autres causes ? Est-ce que vous vous considérez comme féministes ?

Lucas : Je ne sais pas ce que c’est exactement militant… Mais je me bats pour l’accessibilité des sous-titres. Et aussi, pour faire comprendre la surdité aux gens, c’est ça être militant·e ? Je ne sais pas si je suis vraiment un militant parce que je ne connais pas tout sur la culture sourde… Pour moi, être militant·e, c’est avoir des bons arguments pour se battre. Mais moi, pour trouver les bons arguments, je suis nul.

Dhafer : Moi militant ? Non pas forcément mais au travers de mes vidéos, j’essaye de porter la voix des sourd·es et aussi des plus faibles comme celleux qui subissent la misère, le racisme, la violence envers les femmes, etc. Je respecte énormément les femmes et la liberté de leurs choix, simplement.

 

Laurelaïde, tu nous dis sur ta chaîne que tu as eu des moments gênants avec les entendant·es. Que voudrais-tu leur dire pour améliorer la communication entre elleux et les sourd·es ?

Oui ! Iels doivent arrêter de se moquer des sourd·es et respecter celleux qui ont des appareils !

Quelle est la question que vous aimeriez qu’on vous pose dans les FAQ mais que personne ne vous pose ? Et quelle est la réponse à cette question ?

Mélanie : J’ai fait une vidéo FAQ Snapchat, j’ai remarqué que beaucoup posent des questions sur la surdité et je vois que les entendant·es ont du mal à comprendre la situation des sourd·es car il y a un gros manque d’informations. J’aimerais qu’on me pose le même genre de questions que l’on pose aux entendant·es, c’est-à-dire en dehors de la surdité. Je n’ai pas de préférence pour une question en particulier.

Lucas : Je ne vois pas trop quelle question manque… J’en reçois tellement que je ne n’ai pas vraiment remarqué s’il en manquait une.

Dhafer : Et alors c’est pour quand ton 2e album de BD ? Oui, c’est pour bientôt !