Bonjour à tou·tes !

Je vous propose que l’on se retrouve chaque mois pour un rendez-vous nature douceur… et quoi de plus doux que de regarder un petit bout de verdure depuis le fond de son plaid, s’épanouir devant les yeux de vos petits chats émerveillés (ou autres compagnon·nes bien entendu !) ?

Petit chat et fleurs.

Petit chat et fleurs.

Vous pourrez découvrir ou redécouvrir ici la botanique d’une fleur, que je choisirai de saison, que l’on rencontre assez couramment à l’état sauvage, ou à moindre coût chez votre fleuriste læ plus proche (boycottons le supermarché).

Nous verrons aussi en bref sa petite histoire et comment bien la soigner.
C’est parti !

Pour la première fleur du mois, j’ai l’honneur de vous présenter l’anémone, vivace représentante de ce mois de décembre.

 

Petites présentations

L’anémone la plus couramment rencontrée est « Anemone coronaria » ou « anémone couronnée ». C’est une plante à fleurs de la famille des Renonculacées (oui c’est une cousine des renoncules !).

Nous la trouvons en ce moment dans les régions méditerranéennes, dans les endroits humides et mi-ombragés, elle se sent au mieux autour de 10-15 degrés. C’est une espèce protégée à l’état naturel, présente sur la liste rouge des espèces menacées de France : il est interdit de la cueillir dans les espaces naturels. Dans le commerce vous la trouverez par botte de 10 entre 3 et 5 €.

Description

Anémones dans un vase.

Anémones dans un vase.

L’anémone voudrait dire « fille du vent », du grec ancien ánemos (« vent »), car le vent entraîne ses graines duveteuses au loin. L’anémogamie est d’ailleurs le terme pour décrire la pollinisation par le vent.

Anémone.

Anémone.

L’anémone est une fleur diversement colorée ; rose, rouge, violet, mauve et blanc sont les tons les plus classiques. Scientifiquement, elle n’a pas de pétales, mais des « sépales » – vous savez, les drôles de petites feuilles vertes qu’on observe collées sous les fleurs comme la rose ?

Croquis d’une rose, avec les pétales en rose et les sépales en vert.

Croquis d’une rose, avec les pétales en rose et les sépales en vert.

Elle est plus précisément composée de « sépales pétaloïdes », vu qu’ils ressemblent quand même fort à des pétales, et d’une seule couronne de feuilles rassemblées en un point sur sa tige.

Anémones.

Anémones.

Les soins

En fleurs coupées, elles ont une tenue assez courte dans nos appartements chauffés (chez moi approximativement 6 jours).
Taillez-les régulièrement en biseau (c’est-à-dire en biais). Pas de soucis elles continuent de pousser en vase !

Changez l’eau tous les 2 jours et mettez-les si possible dans une pièce fraîche la nuit pour une conservation au top !

Usages

Dans les plantes communément appelées « anémones », certaines ont traditionnellement des usages médicinaux comme l’anémone pulsatille (Pulsatilla vulgaris) utilisée pour les migraines et la toux, ou l’anémone chinoise (Pulsatilla chinensis) qui est anti-inflammatoire. Vous pouvez les retrouver en tisanes et autres décoctions en herboristerie !

Son langage

Anémone : « Faisons ensemble le tour du monde. »
D’après Le Langage des fleurs de M. L. Sondaz (1950).

« L’anémone et l’ancolie
Ont poussé dans le jardin
Où dort la mélancolie
Entre l’amour et le dédain. »

G. Apollinaire, « Clotilde », Alcools (1913).

Attention !

Ces fleurs comme beaucoup d’autres sont toxiques, et les ingérer en grandes quantités n’est vraiment pas recommandé. À éviter dans la salade, donc !

J’attire également votre attention sur le poinsettia (ou étoile de Noël), très présent lors des fêtes de fin d’année. Sa sève est très toxique ! Soyez vigilant·es pour les enfants et les animaux trop curieuxes.

Voilà ! J’espère que cet article de vulgarisation vous a plu, si vous avez des suggestions n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires.

À bientôt ami·es de la nature !